chargement...

haut de page
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hypocrisy - Into the Abyss

Chronique

Hypocrisy Into the Abyss
« Into the Abyss » est un retour aux premiers amours d’HYPOCRISY, à savoir le gros death bien burné. Composé en quelques semaines seulement (et à peine un an après le sublime « Hypocrisy »), cet album respire une spontanéité qui est pour beaucoup dans l’énergie quasiment punk qui s’en dégage.

J’ai toujours eu l’impression qu’ « Into the Abyss » était un concept album sur la descente aux enfers, mais difficile d’en être certain sans avoir les paroles qui comme toujours sont absentes du livret…Toujours est-il que musicalement c’en est bien une de descente aux enfers, débutant par un « Legions Descend » ultra violent (et annonçant le retour des blasts beats chez HYPOCRISY) pour se conclure quelques 10 titres plus tard par une « ballade » qui fait froid dans le dos (« Deathrow (No Regrets »). 10 titres de pur agressivité malsaine donc, soutenus par d’excellents riffs parfaitement exécutés et le chant black de Peter Tagtgren, qui donnent l’œuvre la plus sombre et brutale du groupe depuis « Obsculum Obscenum ».

On retrouve en effet ici les ambiances sépulcrales et sinistres du black avec « Ressurrected » (qui arrive malgré tout à groover sur les couplets); « Deathrow (No Regrets) », peut-être bien la meilleure « ballade » jamais composé par Peter, les arrangements y sont parfaits (notez ce larsen de guitare à moitié entendu qui fait le lien entre les deux couplets) et le refrain est dramatique tout en étant magnifiquement accrocheur ; « Fire in the Sky » qui est un véritable tube taillé pour la scène. L’aspect thrashisant des choses n’est pas oublié avec la surboostée « Sodomized » et son plus qu’efficace riff d’intro, « Blinded » simple mais efficace, et « Unleash the Beast ». Les compos restent assez simples dans l’ensemble et bâtis à chaque fois sur quelques riffs particulièrement bien trouvés, afin de garder ce fameux coté spontané désiré au départ. La production est tout bonnement monstrueuse, Peter ayant une fois de plus chouchouté son bébé en lui offrant les services des Studios Abyss qui lui appartiennent.

Au final, ce n’est pas le meilleur album d’HYPOCRISY (surtout après un « Hypocrisy » d’anthologie) mais un bon album de plus dans la carrière d’un groupe qui n’a jamais fait aucun faux pas. A écouter pour se rappeler qu’HYPOCRISY n’a pas oublié ses racines death métal et son penchant pour l’agression brute…
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

3 COMMENTAIRE(S)

Nathan citer
Nathan
18/01/2009 21:38
note: 6.5/10
J'ai toujours eu un avis assez mitigé sur cet album. Le bon et le chiant sont réunis. Rien d'indispensable même s'il y a des moments mémorables et une ambiance assez sympa bien que pas très homogène. Il faudrait que je le ré-écoute.
DarkLord citer
DarkLord
21/05/2006 13:53
deathrow est sublime, l'une des plus belles balades de Hypocrisy.
Krow citer
Krow
24/07/2004
Bonne chronique, qui m'a donné envie d'écouter ce cd Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Hypocrisy
Death métal
2000 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  7.11/10
Webzines : (12)  7.61/10

plus d'infos sur

écoutez
vidéos
Fire in the Sky
Fire in the Sky
Hypocrisy

Extrait de "Into the Abyss"
  

tracklist
01.  Legions Descend
02.  Blinded
03.  Resurrected
04.  Unleash the Beast
05.  Digital Prophecy
06.  Fire in the Sky
07.  Total Eclipse
08.  Unfold the Sorrow
09.  Sodomized
10.  Deathrow (No Regrets)

Durée totale: 42:06

paroles
line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Hypocrisy
Hypocrisy
Hypocrisy Destroys Wacken (Live)

1998 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Osculum Obscenum

1993 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
10 Years of Chaos and Confusion (Compil.)

2001 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22

2002 - Nuclear Blast
  

Essayez aussi
Masada
Masada
Suffer Mental Decay (Démo)

2011 - Autoproduction
  
Evocation
Evocation
Apocalyptic

2010 - Cyclone Empire
  
Zombiefication
Zombiefication
Reaper's Consecration (EP)

2012 - Pulverised Records
  
Bloodbath
Bloodbath
The Fathomless Mastery

2008 - Peaceville Records
  
Luciferion
Luciferion
The Apostate

2003 - Listenable Records
  

chronique Chronique
Onheil
Storm Is Coming
chronique Chronique
Last Days Of Humanity
Putrefaction in Progress
chronique Chronique
Ulvegr
The Call of Glacial Emptiness
chronique Chronique
Dust Bolt
Awake The Riot
chronique Chronique
Funest
Desecrating Obscurity
chronique Chronique
Harm Done
Harm Done (EP)
chronique Chronique
Theosophy
Eastlands Tales – Part I
chronique Chronique
Empyrium
The Turn of the Tides
chronique Chronique
Empyrium
Into the Pantheon (Live)
chronique Chronique
Killer Be Killed
Killer Be Killed
chronique Chronique
Janvs
Nigredo
chronique Chronique
Vintersorg
Naturbål
chronique Chronique
Algebra
Feed The Ego
interview Interview
Bent Sea pour le split ''Usurpress/Animalist''
chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful