chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Tombthroat - Eden Apocalypse

Chronique

Tombthroat Eden Apocalypse
Je ne sais pas trop pourquoi mais j’avais jusqu’ici un peu boudé cet album de Tombthroat. Sorti en milieu d’année, les quelques extraits ayant filtré sur le web ne m’avaient pas spécialement fait mouiller le caleçon. Mais en bon professionnel que je suis je décidai quand même d’acquérir la bête afin d’approfondir le sujet et de vérifier si les quelques chroniques plutôt élogieuses lues çà et là avaient vu juste ou bien si leurs auteurs étaient aussi à l’ouest que ceux qui ont vu en Omar Sy le meilleur acteur français cette année. Et je dois avouer que mes dernières écoutes ont définitivement fait pencher la balance en faveur de la première proposition (ce qui ne veut pas pour autant dire qu’Omar Sy est un bon acteur, pas de sophisme s’il vous plaît). Alors approfondissons donc un poil plus la bête.

Je dois dire que je fus tout d’abord étonné de constater que les Teutons affichaient douze ans d’existence et qu’ « Eden Apocalypse » et sa pochette signée Marco Hasmann était déjà leur quatrième album (leur discographie comptant également une démo et deux EPs) car je n’avais pour ma part jamais entendu parler d’eux jusqu’ici ni en ces pages ni ailleurs, il faut donc croire que je ne suis pas le seul. Il faut bien dire aussi que le combo navigue dans un style assez surchargé car les sorties brutal death se succèdent aussi rapidement que les bourdes de nos politiques et faire le tri parmi toutes ces offrandes demande un maximum de temps. « Eden Apocalypse » est donc un gros déluge de brutal death au final assez varié et plus intéressant qu’il ne m’était apparu au premier abord. Précisons d’entrée de jeu que le terme ‘’brutal’’ n’est absolument pas usurpé tant Tombthroat envoie la purée à coup de gros blasts la plupart du temps et même si les variations rythmiques ne sont pas rares c’est principalement à une batterie marteau piqueur que l’on aura droit. De la même manière ne cherchez aucune subtilité dans les vocaux de Ralf Keitel tout ici n’est que growl, growl et encore growl, tout juste le bonhomme se permet-il quelques petits pig squeals à l’occasion. Mais si personne ne démérite derrière les fûts ou au micro c’est essentiellement grâce à ses riffs que le quintette réussit à sortir son épingle du jeu. La paire Köppler/Hildenbrand nous sert en effet des riffs assez typés brutal death US (avec quelques harmoniques, assez peu heureusement), clairs et facilement mémorisables et assez régulièrement agrémentés d’influences autres : que ce soit thrash (on sent sur le titre éponyme à 30’’ qu’ils ont été bercés au grand Sepultura période « Beneath The Remains »/ »Arise », de même sur « On The Gallows ») ou même plus sombre (ne seraient-ce pas des traces d’Incantation à 27’’ sur « Psychological Disharmonism » ?). Et si je vous disais plus haut que les cinq de Ludwigshafen vous assomment la plupart du temps à grand renfort de blasts, ils n’hésitent pas (et ils ont bien raison) à éclaircir le tableau grâce à moult breaks plus lents (« Condemned At Procreation » à 32’’) voire carrément de très courts passages slammisant (« I, Supremacy » à 1’18, 1’31 puis 2’52) ou mid-tempo (« A-Dominion ») et même à la limite du d-beat (« Psychological Disharmonism » à 1’14) ! La cerise sur le gâteau étant ces trois soli signés Mr Dave Suzuki qui, même si on l’a déjà vu bien plus impressionnant chez Vital Remains, vient apporter une touche de fraicheur à des compos déjà bien chiadées. A noter les deux guests, plus anecdotiques, venant épauler le frontman que sont Daniel Baeriswyl (Amagortis) et Mario Petrovic (Deadborn).

Le tableau pourrait sembler presque idyllique si deux ou trois petits grains de sable ne venaient atténuer l’impact d’un « Eden Apocalypse » sinon exemplaire. Hormis l’aspect redondant de l’ensemble (point sur lequel les Allemands s’en sortent toutefois nettement mieux que certains) et un ou deux titres en dessous du reste (« Of the Goat And The Lamb »), c’est tout d’abord la batterie dont les blasts manquent un chouïa de vélocité qui apportera un premier petit bémol, suivi d’une petite réserve sur la performance vocale de Keitel dont le growl sonne parfois trop rauque à mon goût et manque comme souvent de modulation. Mis à part cela et auréolé d’une production qui aurait pu gagner en densité mais qui fait parfaitement ressortir par sa clarté chaque instrument (notamment une basse généreuse) les fans de brutal death devraient se délecter de ce « Eden Apocalypse » dont la qualité du riffing et les quelques relents slam (minimes ici je le répète) m’évoque par moments l’excellent « Ingesting Putridity » de Visceral Disgorge. Un opus que quelques défauts priveront d’une place parmi les albums de l’année mais ne lui sucreront pas sa place au sein des bonnes surprises de 2012.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
08/01/2013 23:02
note: 7.5/10
Nan t'as raison c'était pas clair, au temps pour moi. J'ai viré le 1er. Clin d'oeil
Invité citer
Darkmorue
08/01/2013 22:51
"un peu boudé ce premier album de Tombthroat."
Disons que le mot "premier" a semé la confusion dans l'esprit du boulet Gros sourire
Niktareum citer
Niktareum
08/01/2013 21:57
note: 7.5/10
Je vois pas en quoi ma première phrase porte à confusion mais peu importe. Tu es un boulet. Mr Green
Invité citer
Darkmorue
08/01/2013 21:24
*J'avais lu en biais, tu raconte bien que c'est effectivement le 4e, aussi je suis assez septique sur la première phrase de la chronique mais oublions je suis un boulet*
Invité citer
Darkmorue
08/01/2013 21:20
Hum, c'est absolument pas leur premier album par contre, mais genre pas du tout Moqueur

Sinon pour moi un des gros opus de l'année dans le genre, à ranger avec le Unfathomable Ruination comme leaders dans la catégorie du gros Death moderne qui tache mais avec un bon petit truc derrière.
Keyser citer
Keyser
08/01/2013 20:21
note: 5/10
J'ai du mal à comprendre les chroniques élogieuses sur cet album. C'est plat et ultra répétitif. Ok y'a bien quelques bons riffs par-ci par-là mais sinon zzzzz

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tombthroat
Brutal Death
2012 - Blast Head Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  6.67/10
Webzines : (7)  8.37/10

plus d'infos sur
Tombthroat
Tombthroat
Brutal Death - 1996 † 2015 - Allemagne
  

tracklist
01.   Manifestation
02.   Eden Apocalypse
03.   I, Supremacy
04.   Condemned at Procreation
05.   Breed of Depravity
06.   Psychological Disharmonism
07.   A-Dominion
08.   Of the Goat and the Lamb
09.   Bleed for Me
10.   On the Gallows
11.   Lord of the Cremation Ground

Durée : 39'38

line up
parution
12 Juin 2012

Essayez aussi
Virvum
Virvum
Illuminance

2016 - Autoproduction
  
Brodequin
Brodequin
Festival Of Death

2001 - Unmatched Brutality
  
Fleshrot
Fleshrot
Traumatic Reconfiguration

2010 - Deepsend Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Osculum Obscenum

1993 - Nuclear Blast Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Killing On Adrenaline

1998 - Relapse Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique