chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Orategod - With Love From Sinister

Chronique

Orategod With Love From Sinister
Je vous parle régulièrement du Chili, pays d'Amérique du Sud souvent oublié au profit des scènes plus connues du Brésil et du Mexique. Et pourtant, c'est un véritable vivier de bons groupes de death metal. Et Orategod, c'est ma dernière petite découverte. Bon, j'avoue, je suis sacrément en retard. La formation du combo de Santiago remonte à 1999 et a sorti, après plusieurs démos, un premier full-length en 2004, Fall Slowly Until The Hell Abyss. Pas vraiment des nouveaux venus! À ma décharge, Orategod a ensuite fait profil bas puisqu'il faudra attendre 2009 pour voir réapparaître le groupe avec un EP. Le deuxième album, qui reprend les trois titres de cet EP, viendra trois ans plus tard sur le label national Charred Remains Records.

C'est sur les conseils avisés du boss de Lavadome Productions que je me suis penché sur ce With Love From Sinister. Et à première vue, ça partait bien. Non seulement par l'origine chilienne du groupe mais aussi grâce à ce joli artwork dont la disposition et la thématique égyptienne évoquent le dernier Coffin Texts (et Nile bien sûr). Une seule écoute a suffi à confirmer cette bonne première impression. Car pas besoin d'analyser l'opus pendant des semaines. Le brutal death de Orategod va droit au but, ne fait pas dans la finesse et son effet est immédiat. With Love From Sinister, c'est 24 minutes de blast-beats frappés lourdement et de riffs en tremolo noirs comme du charbon la nuit à 100 mètres et brûlants comme le front des esclaves bâtissant les grandes pyramides des années durant en plein cagnard. C'est huit titres de 3 minutes qui bourrent comme s'il n'y avait pas de lendemain. C'est du Immolation brutalisé à la sauce sud-américaine.

Alors c'est sûr ça ne varie pas des masses, que ce soit au niveau de la rythmique peu nuancée ou des riffs très semblables, et ce malgré quelques passages bien placées au groove dark à la Morbid Angel ("Chamber Ov The Veils" à 2'10, "Full Ov Shade Virtues" à 1'26) ou des ralentissements assez gras (le début de "The Anthem Ov Teitan" entre deux tranches de blasts, "Origin Ov Charm" à 0'42, "Celebration Ov Tradition" à 1'44). La courte durée de l'album est ainsi une bonne chose. Un quart d'heure de plus et l'efficacité d'un opus sans concession aurait sans doute eu du plomb dans l'aile. Mais dans cette configuration expéditive, la musique du quintette se savoure sans retenue. Tout a beau être très classique et sans aucune surprise, du growl typique aux riffs evil, c'est bien foutu et ça suffit à mon bonheur. Les riffs sont excellents (rha l'enchaînement "Full Ov Shade Virtues", "Opening The Portal Of Divinity", "Origin Ov Charm", j'en ai encore la quéquette toute collante!), la production puissante et pas trop proprette dont le mix met même bien en valeur la basse et les nombreux blast-beats autant de raisons d'agiter sa caboche vidée par cette tornade d'une rare intensité. Il y aurait juste à redire sur les solos brefs et chaotiques qui ne servent pas à grand chose. À ce niveau, le travail est un peu bâclé (à part la lead tourbillonnante de "Full Ov Shade Virtues", pas trop mal) mais ça colle parfaitement à l'esprit de ces gros bourrins pas très finauds.

Et puis après tout, c'est de brutal death dont il s'agit, merde! Si vous cherchez un bon gros défouloir qui ne vous donnera pas à réfléchir, With Love From Sinister vous tend les bras! Évidemment, ce deuxième full-length de Orategod ne restera pas dans les annales à cause de son manque d'imagination et de ses compositions monotones bas du front. Mais tout un tas de bons riffs sinistres, un quotient de brutalité plus que suffisant, une ambiance dark et evil chaud bouillante rappelant Immolation et quelques touches à la Morbid Angel en font un album très satisfaisant qui remplit parfaitement sa tâche.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
21/01/2013 11:39
Yep pas mal pas mal mais 24 min ? Même pour du brutas c'est quand même cours...
gulo gulo citer
gulo gulo
20/01/2013 11:39
La 5ème piste fait un interlude chugga-chugga ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Orategod
Brutal Death Metal
2012 - Charred Remains Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Orategod
Orategod
Brutal Death Metal - Chili
  

tracklist
01.   Chamber Ov The Veils (In Abiegnis Chamber)
02.   Hoor Triumvirate
03.   The Anthem Ov Teitan
04.   Full Ov Shade Virtues
05.   Opening The Portal Of Divinity
06.   Origin Ov Charm
07.   Ohpion Court's
08.   Celebration Ov Tradition

Durée : 24'26

line up
parution
4 Septembre 2012

Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique
Charnel Winds
Verschränkung
Lire la chronique
Desecresy
The Mortal Horizon
Lire la chronique
Venomous Maximus
No Warning
Lire la chronique
Mirrored in Secrecy : de l'autre côté du miroir
Lire l'interview
Profanity
The Art Of Sickness
Lire la chronique
Rings Of Saturn
Ultu Ulla
Lire la chronique
Human Magnet
A New Kind Of Start
Lire la chronique
Triumvir Foul
Spiritual Bloodshed
Lire la chronique
Alory
A Life Story
Lire la chronique
Snjór
Les fleurs maladives (Démo)
Lire la chronique