chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
81 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brutal Truth - Extreme Conditions Demand Extreme Responses

Chronique

Brutal Truth Extreme Conditions Demand Extreme Responses
S’il y en a un qui mérite sa place au panthéon des plus féroces offensives grind, c’est bien celui là : de part son formidable intitulé, déjà, qui promet une réponse à la hauteur du préjudice subi par son principal initiateur, Dan Lilker. Lourdé d’ANTHRAX pour faire la place au neveu de Charlie Benante (Frank Bello) après une sombre histoire de loyer impayé, le bassiste n’a depuis eu de cesse de monter le curseur de l’extrémisme sur chacun de ses autres projets. NUCLEAR ASSAULT, puis S.O.D. (à qui l’on doit pour bonne part le regain de virilité de ses ex sur « Among The Living ») et enfin BRUTAL TRUTH, formé en 1990. Deux démos et EPs plus tard, la charge s’avère on ne peut plus lourde : early nineties oblige, « Extreme Conditions Demands Extreme Responses » conserve la force de frappe des sorties death metal de l’époque, conjuguée à la crasse punk à l’origine du mouvement. La date de sortie de cette dirty bomb coïncidant étrangement avec celle d’une autre pierre angulaire du genre, difficile d’échapper au tentant parallèle avec NAPALM DEATH.

« Utopia Banished » donc, avec qui « ECDER » ne partage pas seulement le même producteur (Colin Richardson, de retour aux manettes en 2013 avec … CARCASS !!!), mais pléthore d’ingrédients en faisant des indispensables. Le grain des guitares déjà, aussi abrasif que le jeu de fond de court du tennis espagnol. A l’instar de nos compatriotes Français (pardon, Suisses !) en rupture d’entraînement, les joueurs de baballe risquent fort d’exploser au bout de trois frappes – la seule triplette « Birth Of Ignorance »/« Stench Of Prophet »/« Ill-Neglect » justifie la note ultime - tant le contenu de ce premier full length s’avère aussi foudroyant qu’efficace. Où l’on retrouve du riff aliénant par palettes entières, issu de de la même aciérie que celle de leurs confrères de Birmingham : mention vol au dessus d’un coup de grisou pour celui de « Birth Of Ignorance », qui fait l’effet d’un rollercoaster façon mines du temple maudit, sans ce bon vieux Indiana pour éviter le grand plongeon ! Un bon bain chaud dans une cuve de lave en fusion, voilà pour le programme. Un passage en revue de tous les fondamentaux grind en vigueur à l’époque, voilà pour l’application d’une formule qui baignait alors fortement dans le death metal. A l'instar d' « Utopia Banished », on retrouve quelques solis égarés venant semer le trouble au dessus du grand barnum (« Anti-Homophobe », « Birth Of Ignorance »), des cris exaspérés de mégère foldingue à chaque déferlante de blasts (copyright Mitch Harris) et une rapidité d’exécution proprement hallucinante. Comme de bien entendu, les traditionnelles éjaculations précoces sont également de sortie (« Collateral Damage » et « Blockhead », 11 secondes cumulées), même si BRUTAL TRUTH aère déjà son grind furibard de quelques plages doom du plus bel effet (« Time », « Wilt »), le temps d’achever quelques mutilés au couteau dans le fond du cratère.

Si NAPALM DEATH s'apprête à opérer sa mue post death-industriel, les quelques samples bruitistes qui émaillent l’écoute de « ECDER » ne préfigurent pas pour autant la prise de tête « Need To Control », livrée deux ans plus tard avec force antidépresseurs et camisole de force. Ce premier sang a beau pousser très loin les limites de l’entendement, l’ensemble reste suffisamment classique pour accrocher les casuals, privilégiant les shots d’adrénaline aux coups de bluff noisy dont BRUTAL TRUTH s’est depuis fait une spécialité. Dès lors, la mitrailleuse Scott Lewis arrose généreusement des compos brûlant toute la gomme au démarrage (la basse starter de Lilker sur « Stench Of Prophet », grosse œillade à Shane Embury), quitte à finir sur les jantes le temps d’un gimmick carcassien en diable (« Regression-Progression», qui singe « Ruptured In Purulence »). Si l’album n’est pas exempt des délires vocaux d’un Kevin Sharp passé par la case expérimentation sur animaux, celui-ci s’adonne au growl typiquement death plus qu’à l’accoutumée ; d’une manière générale, « ECDER » pousse déjà le grindcore dans ses derniers retranchements, tout en restant fidèle à ses codes. On n’échappera pas à quelques adjuvants samplesques toujours réjouissants – Do you believe in god ? I believe in myself - ainsi qu'aux thématiques politiquement orientées (Good cops are dead cops!). C’est sans doute la clé du succès d’un opus se payant le luxe d’être à la fois le BRUTAL TRUTH le plus accessible, mais également le plus frontal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
thomas johansson
15/02/2013 12:38
pete bondurant a écrit : c'est pas rich hoak à la batterie mais scott lewis
leurs styles sont assez différent....
tres bon album


Ah? Mea culpa, j'avais pas percuté. Merci pour le correctif!
Invité citer
pete bondurant
15/02/2013 01:17
c'est pas rich hoak à la batterie mais scott lewis
leurs styles sont assez différent....
tres bon album
Invité citer
Gregwar
13/02/2013 20:43
Ça fait 21 ans que je vénère cet album qui fait partie à jamais de mon top 10 métal extrême. Concernant la chronique, je n'aurais pas insisté autant sur un prétendu parallèle avec utopie banished de ND. Pour moi, ce premier brutal truth est 20 fois mieux.
DR.Jkl citer
DR.Jkl
13/02/2013 13:26
note: 9.5/10
Découverte tardive chez moi, mais mes aïeux quelle boucherie!
Megaduf citer
Megaduf
13/02/2013 13:20
note: 10/10
Mon album grind préféré avec le Symphonies of Sickness de Carcass !
Pour la peine je me le repasse Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brutal Truth
Grindcore
1992 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (15)  8.8/10
Webzines : (8)  8/10

plus d'infos sur
Brutal Truth
Brutal Truth
Grindcore - 1990 † 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.  P.S.P.I.
02.  Birth Of Ignorance
03.  Stench Of Prophet
04.  Ill-Neglect
05.  Denial Of Existence
06.  Regression-Progression
07.  Collateral Damage
08.  Time
09.  Walking Corpse
10.  Monetary Gain
11.  Wilt
12.  H.O.P.E.
13.  Blockhead
14.  Anti-Homophobe
15.  Unjust Compromise

Durée : 45:04

line up
voir aussi
Brutal Truth
Brutal Truth
Sounds Of The Animal Kingdom

1997 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
End Time

2011 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Need To Control

1994 - Earache Records
  

Essayez aussi
Terrorizer
Terrorizer
World Downfall

1989 - Earache Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Cursed

2011 - Relapse Records
  
Phobia
Phobia
Remnants Of Filth

2012 - Willowtip Records
  
Grind-O-Matic
Grind-O-Matic
Welcome To Grind-O-Land

2009 - Autoproduction
  
Inhumate
Inhumate
Expulsed

2013 - Autoproduction
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report