chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

In Vain - Ænigma

Chronique

In Vain Ænigma
In Vain ne m’est pas étranger. Découvert en 2010 grâce à Mantra, je dois vous avouer que l’album m’avait laissé de marbre… Mille excuses, mes souvenirs sont assez flous mais occupé en plus de cela par d’autres activités envahissantes (cours d’aquabike et repassage), le promo d’Indie Recordings pris malencontreusement la poussière. Voilà qu’arrive le troisième opus des Norvégiens. Sauf que bien des choses ont changé entre temps de mon côté (zumba et pressing), Sindre Nedland (chant clair et piano) est devenu le nouveau frontman de Funeral. Sa prestation sur Oratorium (sortie fin 2012) m’aura bluffé… L’extrait proposé (le redoutable « Against The Grain ») enfoncera le clou. J’enfile ainsi mon short rouge et mes Ray-Ban, mon devoir est de vous chroniquer Ænigma.

Un Ænigma qui pourrait grossièrement se découper en deux parties. La première moitié de la galette devrait étonner ceux suivant In Vain depuis leurs débuts. Un metal très « catchy » et vite assimilable où s’entremêlent mélodies en tremolo et refrains accrocheurs au chant clair dans des structures relativement « simples ». La maîtrise y est. L’ouverture « Againt The Grain » (qui m’aura fait sauter le pas) résumant au mieux cette description, est tout bonnement imparable. Cela sous les manettes de la coqueluche du moment (quelques jours après le dernier Soilwork) Jens Brogen (Opeth, Katatonia, Borknagar), pour un son des plus puissant (double pédale et hurlements au front) et chaud (les mélodies n’en sont que plus embellies). In Vain continuent à user de cinq hurleurs échangeant entre guttural, criard et même un chant typé « hardcore » (« Culmination of the Enigma » à 1:37). La dynamique déjà importante d’Ænigma est exponentiellement accrue. Mais ce sera surtout le chant clair de Sindre Nedland qui interpellera. Funeral ne s’était pas trompé en le recrutant, assurément l’un des musiciens les plus prometteurs du moment. Moins glacial et dépressif que dans Funeral, Sindre suit les traces d’un Vintersorg. Présent sur chaque refrain du trio de tête « Against The Grain », « Image Of Time » (épaulé du duo de Solefald) et l’épique « Hymne til Havet » (et sa mélodie indécrottable) ou encore « To The Core » (4:20). Son timbre angélique en fera chavirer plus d’un malgré quelques escapades « too much » sur « Hymne til Havet » (refrain à chanter en famille au coin du feu pendant le réveillon de Noël) ou « To The Core » (3:44). On regretterait même que son chant ne soit pas d’avantage utilisé.

La deuxième partie d’Ænigma plus « progressive », reste elle dans la continuité des précédents brûlots, sous des influences diverses et variées de chaque musicien. En résulte des morceaux éclectiques possédant une quantité assez impressionnante de riffs et d’arrangements différents (claviers inclus). On passe ainsi d’un metal hermétique rugueux et bas du front (façon death moderne d’un As You Drown) à une envolée planante et gorgée d’émotions. Comme en témoignent « Culmination of the Enigma » (aux accents postcore) et « Times Of Yore » (4:20). La vitrine de metal extrême progressif « Floating on the Murmuring Tide » (meilleur titre à mon sens) dévoilera le vrai potentiel d’In Vain. L’utilisation d’un saxophone pourra paraître étonnante mais le résultat est assez probant. On redemande des morceaux de ce calibre. Un « melting pot » manquant malgré tout parfois de cohésion (Between The Buried And Me comme exemple) et souffrant de quelques passages anecdotiques (le titre bonus « Rise Against », très proche d’un Nightfall nouvelle génération) gâchant les émotions générées. On aurait apprécié une fusion entre les aspects et expérimentaux, plutôt que cette scission en deux parties mais l’efficacité dégagée reprendra le dessus. L’auditeur ne fera même pas attention aux 59 minutes. Une fluidité remarquable.

Lorgnant entre une musique accrocheuse et des expérimentations sous des étiquettes variées, la maîtrise de composition, les mélodies entêtantes et les frissons ressentis assureront à ce Ænigma un certain succès. Là où Mantra était bien difficile à enfiler, l’heure de cet album s’écoutera sans réel effort. Un metal extrême mélodique et progressif de grande qualité. Avec un style affiné et des émotions plus conséquentes, l’album aura inéluctablement eu une note d’excellence. La suite peut-être ? Tentez donc Ænigma, l’écoute n’aura rien de vaine. Coup de cœur de ce début d'année.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
31/08/2017 14:02
note: 9/10
Ha, bonne nouvelle ça ! Merci pour l'info Sourire
Mitch citer
Mitch
31/08/2017 13:51
note: 8.5/10
Le nouvel album est en boîte, une question de jours avant de connaître la date de sortie. Sourire
Mera citer
Mera
31/08/2017 13:24
note: 9/10
Réécouté récemment et c'est quand même une petite pépite cet album ! Ça démarre très très fort, Image of Time en particulier, quelle chanson ! A 3min52, frissons garantis ! Des passages mémorables de partout, un très bel équilibre calme / violence, des textes, des expérimentations (le saxo, une réussite !), j'espère que le groupe n'en restera pas là.
Chris citer
Chris
24/02/2014 18:57
note: 9/10
Une petite merveille.
cglaume citer
cglaume
20/05/2013 13:29
note: 8/10
Une putain de belle découverte ! Un melting-pot dark/main sur le coeur/sucre glace/vicking metal au sommet. J'approuve des 2 oreilles !!
Dark Nico citer
Dark Nico
20/04/2013 11:22
note: 9/10
Dark Nico a écrit : Avec In Vain y souvent à boire et à manger mais quand c'est bon c'est vraiment très bon (In The Midnight Hour, The Titan, Captivating Solitude
par exemple). Leurs 2 premiers albums sont excellents une fois qu'on a épuré les 2 ou 3 bizarreries de la tracklist, j'attend celui ci avec impatience.
l'extrait en écoute me fait un peu peur, je trouve qu'on se rapproche beaucoup du dernier Borknagar, y a pire comme comparaison...wait and listen


Après qq semaines d'écoute : il est clairement très bon cette album. Plus aucune crainte.
Les pistes 1, 2 et 9 sont justes parfaites.
Il subsiste encore à droite à gauche qq riff un peu trop rythmique à mon gout mais sinon on est pas loin du sans faute.
Et puis ce trio de chanteur...death, clair et core (?)
Une question d'ailleurs à ce sujet : en temps normal j'ai une sainte horreur de tout ce qui est core : suis je le seul à trouver qu'ici le chant core tire franchement vers le black ?
Chris citer
Chris
09/03/2013 18:08
note: 9/10
Ce groupe a tout pour me plaire. Oui y'a un côté Borknagar dans l'agencement des lignes de chant clair. Good.
Zef citer
Zef
07/03/2013 17:05
note: 9/10
Mitch a écrit : Les membres d'In Vain sont les musiciens "live" de Solefald. Clin d'oeil

C'est vrai ? Evidemment ça expliquerait beaucoup de choses ! Parce qu'en matière d’expérimentations jazzy, le dernier Solefald n'était pas en reste ! Hâte d'écouter ce prochain In Vain en tout cas ! Et bien content qu'il soit chroniqué sur Trasho !
Mitch citer
Mitch
07/03/2013 16:31
note: 8.5/10
Zef a écrit : Encore du saxophone ? Le dernier Solefald (Norron Livskunst) fait décidément des émules ! Pas étonnant que les deux groupes tournent ensemble ces temps-ci ! (à Paris début avril, je crois)

Les membres d'In Vain sont les musiciens "live" de Solefald. Clin d'oeil
Zef citer
Zef
07/03/2013 16:29
note: 9/10
Encore du saxophone ? Le dernier Solefald (Norron Livskunst) fait décidément des émules ! Pas étonnant que les deux groupes tournent ensemble ces temps-ci ! (à Paris début avril, je crois)
Dark Nico citer
Dark Nico
06/03/2013 18:51
note: 9/10
Avec In Vain y souvent à boire et à manger mais quand c'est bon c'est vraiment très bon (In The Midnight Hour, The Titan, Captivating Solitude
par exemple). Leurs 2 premiers albums sont excellents une fois qu'on a épuré les 2 ou 3 bizarreries de la tracklist, j'attend celui ci avec impatience.
l'extrait en écoute me fait un peu peur, je trouve qu'on se rapproche beaucoup du dernier Borknagar, y a pire comme comparaison...wait and listen
NightSoul citer
NightSoul
06/03/2013 16:40
Hé bien pourquoi pas Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
In Vain
Death/Black progressif
2013 - Indie Recordings
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.22/10
Webzines : (18)  8.23/10

plus d'infos sur
In Vain
In Vain
Death/Black progressif - 2003 - Norvège
  

tracklist
01.   Against the Grain
02.   Image of Time
03.   Southern Shores
04.   Hymne Til Havet
05.   Culmination of the Enigma
06.   Times of Yore
07.   Rise Against (bonus)
08.   To the Core
09.   Floating on the Murmuring Tide

Durée : 59:06

line up
parution
11 Mars 2013

voir aussi
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  

Essayez aussi
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  
Dysylumn
Dysylumn
Conceptarium

2015 - Autoproduction
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique