chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rotting Christ - Khronos

Chronique

Rotting Christ Khronos
Ah! Nostalgie quand tu nous tiens! « Khronos » fût l'un des premiers albums de metal dit extrême que j'ai acheté. Je me souviens encore comment j'ai découvert le groupe, c'était vers la fin 2000 alors que j'écoutais un sampler de Hard n' Heavy, il y avait une chansons intitulé « Fateless » d'un certain groupe grec nommé Rotting Christ sur lequel j'avais vraiment accroché. J'ai alors courru jusqu'au disquaire le plus proche pour me procurer cet album. Et j'ai bien fait.

Bizarrement j'avais du mal à accrocher sur cet album au début, simplment parce que j'espererais que l'album ressemble un peu à « Fateless ». Une grosse erreure, mais en même temps je n'avais pas encore l'oreille à cette musique parce que j'étais encore dans mes CD de Korn et autres Soulfly. Au fils des mois je découvris d'autres groupes aussi aboutit musicalement que Rotting Christ et c'est ainsi que j'ai pu me forger un oreille plus sensible à la musique. Puis je me suis mis à réécouter « Khronos »... le choc!! J'ai enfin réalisé à quel point cet album était génial!

Ça commence doucement avec la pièce « Thou Art Blind » qui nous plonge tout de suite dans le bain: guitares mises en arrière plan pour mieux se mélanger aux clavier discret, riffs bien choisis (on sent vraiment que les guitariste se font plaisir à jouer), voix crade et véhémente (je l'adore), double pédale pas aggressante du tout, qui se contente de donner le rythme comme il faut... pas le meilleur titre de l'album mais tout de même efficace. « If It Ends Tomorow » annonce plus de calme avec ses ambiences atmospherique et son solo mélodique au possible. « My Sacred Path » sort doucement telle une vapeur de volcan pour ensuite laisser passer une lave chaude. Cette piece est tout bonnement géniale et ce qui fait tout le charme n'est nul autre que la guitare qui, même si elle est mise en arrière, donne vraiment l'impression de mener toute la chansons par elle même d'une manière sereine. Ce secret réside dans la façon dont elle joué, je ne sais pas exactement comment ils s'y ont pris mais je pense à une guitare synthétisé ou alors à une pédale à effet qui fait un genre de 'wuuuuuuaaaaaaaaaaoooooooonnnn' et ça rend carrémment bien, il faut entendre absolument pour se rendre compte du phénomène. Un autre titre majeur est la raprise de Current 93, « Lucifer Over London » que le groupe a très bien su maîtriser et réussis faire sonner comme un titre typique de Rotting Christ. Le seul point mineur est la répétition presque irritante du refrain, mais outre cela cette pièce est un monument de metal atmospherique: Sakis adopte ici une voix plus sereine et les guitare se fondent toujours aussi bien avec le clavier.

Vous l'aurez remarqué cet album est plutôt atmospherique dans son ensemble, mais il contient aussi son lot de brutalité. Je pense nottamment « Aeternatus » avec sa double pédale et la voix bien hargneuse de Sakis et à « You Are I », la plus agressive de l'album qui démarre en trombe tout de suite après une intermède (Pour une description, ça donne un peu l'effet d'un glaçon dans le dos au moment du réveil).

Il y a aussi une chanson qui se trouve à mis chemin entre brutalité et sereinité et j'ai nommé « Fateless »! L'émotion que l'on ressent à l'écoute de cette pièce est indescriptible: le titre commence d'un manière sacadée où la guitare rejoint les mots du chanteur. Puis ensuite moment calme au clavier pour repartir avec des guitares en arpèges reproduisant un peu la même mélodie mais jouées avec des harmoniques artificielles(!). Le 'chant' s'agence vraiment bien avec cette chanson, cela en est presque hallucinant!

L'album se clot sur « Glory Of Sadness », titre un peu agressif, mais pas trop qui contient à la fois un feeling Black Metal plutôt agréable.

« Khronos » est pour moi un album qui a une valeur sentimentale (je crois que le début de la chronique justifie bien ce propos). Ce que j'aime beaucoup aussi sur cet album est l'espece de sentiment d'être dans une profonde abysse sombre mais avec un ou deux rayons de lumière blanc venant du ciel, pour laisser présager, peut-être, l'espoir d'une sortie possible... mais je m'égare. Enfin bref, tout ça pour dire que j'ai passer de bons moment avec cet album et qu'il est certain que je vais continuer. Un excellent opus dans la carrière de Rotting Christ!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

NightSoul citer
NightSoul
16/09/2009 22:33
note: 8.5/10
L'album avec lequel j'ai commencé avec ce groupe. Après l'avoir laissé mûrir un bon moment histoire de découvrir le reste je dois dire qu'il est pour moi l'album du "renouveau" pour ce groupe et la prod' du studio Abyss est carrément énorme!
C'et album, sans être le meilleur, est tout bonnement excellent!
Holy citer
Holy
15/08/2004
note: 8/10
très bonne initiative!

je crois que tu vas aimer cet album!
narog citer
narog
15/08/2004
Yeah!! J'ai retrouvé le titre en question, c'était aussi "Fateless" pour ma part!
(toujours aussi énorme)
narog citer
narog
15/08/2004
Excellente chronique!
J'ai moi aussi flashé il y a un bon moment sur un titre de cet album (je ne me souviens plus lequel) mais j'ai eu la bêtise de ne pas l'acheter et cette chronique me ramène la chôse à l'esprit. Un achat prochain!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rotting Christ
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.67/10
Webzines : (7)  7.9/10

plus d'infos sur
Rotting Christ
Rotting Christ
Black Metal Orchestral Ritualiste - 1987 - Grèce
  

tracklist
01.   Thou Art Blind
02.   If It Ends Tomorrow
03.   My Sacred Path
04.   Aeternatus
05.   Art Of Sin
06.   Lucifer Over London
07.   Law Of The Serpent
08.   You Are I
09.   Khronos
10.   Fateless
11.   Time Stands Still
12.   Glory Of Sadness

line up
voir aussi
Rotting Christ
Rotting Christ
Sleep Of The Angels

1999 - Century Media Records
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Genesis

2002 - Century Media Records
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Theogonia

2007 - Season Of Mist
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Aealo

2010 - Season Of Mist
  
Rotting Christ
Rotting Christ
Kata Ton Daimona Eaytoy

2013 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Katatonia
Katatonia
Brave Murder Day

1996 - Avantgarde Music
  
October Tide
October Tide
Rain Without End

1997 - Vic Records
  
October Tide
October Tide
Grey Dawn

1999 - Avantgarde Music
  
Dawn Of Relic
Dawn Of Relic
Lovecraftian Dark

2003 - Season Of Mist
  
Naglfar
Naglfar
Harvest

2007 - Century Media Records
  

FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique