chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Verminous - The Unholy Communion

Chronique

Verminous The Unholy Communion
The Unholy Communion ou l’Arlésienne selon Verminous. Ressuscité d’entre les morts en 2009 après six longues années d’absence, le groupe marquait son retour avec l’annonce d’un nouvel album dont la sortie devait être "imminente". Un deuxième opus véritablement inespéré faisant suite à l’excellent Impious Sacrilege paru en 2003 sur le label espagnol Xtreem Music. Mais malgré cette annonce aguicheuse, il aura pourtant fallu s’armer de patience avant de constater le retour officiel des Suédois sur le devant de la scène. Après l’excellent concert donné l’année dernière au Kill-Town Death Fest, 2013 marque finalement le vrai retour de ce groupe, certes discret, mais à l’aura diabolique et surtout à la personnalité très affirmée. Un groupe qui encore aujourd’hui ne ressemble à aucun autre malgré son affiliation évidente à la scène old school Scandinave.

Sans cesse repoussé pour des raisons diverses (maladie, studio, artwork, projets parallèles…) The Unholy Communion verra finalement le jour plus de trois ans après l’annonce de sa sortie. Autant dire que les petits gars de Verminous ne sont pas parmi les plus pressés. C’est une fois de plus sur le label de Dave Rotten, Xtreem Music, que paraît ce nouvel album dont l’artwork a été confié encore une fois à Timo Ketola (Dead Congregation, Cruciamentum, Deathspell Omega, Watain…). A noter qu’un titre supplémentaire figure sur la version vinyle de l’album, il s’agit d’une reprise des Japonais de Sabbat avec le titre "Devil Worship" présent sur l’album Envenom.

Si vous suivez un peu mes chroniques sur Thrashocore, vous savez à quel point je tiens en estime les Suédois de Verminous. Et si le EP du groupe est plutôt bien noté, Impious Sacrilege à quant à lui obtenu la note maximale. Autant vous dire que j’attendais énormément de The Unholy Communion. Néanmoins un petit coup d’œil à la note, en haut à droite, devrait vous suffire pour comprendre que ce nouvel album n’est pas tout à fait à la hauteur de son prédécesseur et cela pour une raison très simple : l’effet de surprise. Car là où Impious Sacrilege m’avait littéralement mis le cul par terre il y a maintenant dix ans grâce à un niveau d’intensité rarement égalé, il est juste de reconnaître qu’aujourd’hui la recette déployée sur The Unholy Communion ne surprend plus autant qu’avant. Mais c’est finalement bien là le seul vrai défaut de cet album pourtant calqué trait pour trait sur ce premier jet qui continue toujours autant de tourner chez moi.
En effet, on ne peut pas dire que malgré les dix ans qui séparent ces deux albums, Verminous ait décidé de changer son fusil d’épaule. Bien lui en a pris car j’aurai certainement été le premier à lui en vouloir. Non, les Suédois demeurent ainsi fidèles à ce Death Metal délicieusement old school à la fois intense et éreintant mais aussi terriblement malsain. The Unholy Communion débute ainsi sur une introduction toujours aussi dérangeante bien que pour le coup, je la trouve tout de même moins réussie que celle d’Impious Sacrilege. Un point de détail bien vite oublié à la découverte de l’excellent "Keepers Ov Chaos" qui rassure d’emblé sur la capacité de Verminous à toujours produire du chaos même après dix ans d’inactivité. Deux minutes de haine, à grand coup de riffs putrides et glacés, de leads sinistres (0:22) et de solo toujours aussi foutraque (1:20). Remercions également Andreas Johansson qui n’a rien perdu de son jeu survolté et hyper dynamique ainsi que le chant arraché et possédé de Linus Björklund. Pas de demi mesure, tout juste l’esquisse d’un break discret afin de reprendre son souffle.
Le reste de l’album suit donc le même schéma en offrant peut-être davantage de relief que sur Impious Sacrilege. Aussi, si l’on retrouve évidemment quantité de passages bourre-pif, le groupe hésite beaucoup moins à ralentir la cadence afin d’offrir peut-être plus de consistance à ce nouvel album comme en témoigne par exemple les très bons "I.N.R.I. (Iesus Nazarenus Rex Insecta)", "In The Name" ou encore "Verminous Fluids – Part II". Verminous aurait-il ainsi gagné en maturité ? Oui, c’est fort probable mais pour autant le groupe n’a pas sacrifié aux éléments qui ont fait son succès. Aussi, et comme je le précisais déjà un peu plus haut, il est heureux de voir que la batterie conserve cette intensité et cette dynamique Punk/Thrash qui représente en grande partie la musique de Verminous. Un jeu vif et incisif, presque bordélique, dont l’atout principal est de ne pas oublier l’intérêt que peuvent jouer les cymbales dans la dynamique générale notamment grâce à ces frappes sur le sommet des cloches.

La production se veut quant à elle très naturelle. La musique de Verminous conserve ainsi cet aspect particulièrement abrasif grâce à des guitares incisives desquelles n’émane aucune véritable lourdeur (on n’est jamais très loin des sonorités développées dans le Black Metal). Idem pour la batterie qui sonne particulièrement crue. Chaque instrument est ici à sa place sans prendre à aucun moment le pas sur un autre. Un choix intéressant puisque plus proche de ce qui se faisait à la fin des années 80 que des années 2000. Aussi, cela permet à Verminous de mettre l’accent sur les ambiances développées au fil de The Unholy Communion. Ambiances toujours aussi sinistres et blasphématoires qui procurent énormément de cachet à ce genre d’album.

Il est toujours difficile de revenir avec un nouvel album lorsque l’on a été absent durant dix longues années. Le risque est de signer son comeback par un album souvent bien loin des aspirations des quelques fans dont la patience et la tolérance n’est pas souvent le fort. Heureusement, Verminous n’a rien perdu de sa superbe et demeure le groupe unique qu’il était déjà à l’époque du redoutable Impious Sacrilege. Certes, les Suédois ont muri, offrant davantage de mid tempo qu’auparavant. Certes, l’effet de surprise est aujourd’hui loin derrière nous mais pour autant The Unholy Communion n’en reste pas moins un album franchement réussi et surtout hautement recommandable. Un album de Death Metal à l’intensité exacerbée, simple mais radical et foutrement malsain. Un retour particulièrement attendu par moi-même et qui ne m’a pas déçu. Merci Verminous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
03/06/2013 10:28
note: 8.5/10
Je n'ai pas forcément trouvé utile de faire le rapprochement avec Grotesque. Peut-être à tord en effet. Grotesque est l'une de mes lacunes en matière de Death Metal. Mais j'ai récemment chopé la compilation en CD et LP. Je corrigerai le tir à l'occasion Clin d'oeil
Invité citer
N.D.N.S.
02/06/2013 02:13
Ce que je trouve quelque peu dommage avec ta chronique, c'est que tu n'évoques pas la grosse influence Grotesque du groupe, ni que ça commence quelque peu à lorgner du côté de Merciless (d'où le côté toujours plus blackisant de leurs compos, pour ce que j'en ai entendu, mais pour ma part ça reste à confirmer). Good job néanmoins, et merci.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Verminous
Death Metal
2013 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (5)  7.46/10

plus d'infos sur
Verminous
Verminous
Death Metal - Suède
  

tracklist
01.   Intro
02.   Keepers Of Chaos
03.   I.N.R.I (Iesus Nazarenus Rex Insecta)
04.   Hordes Ov Vermin
05.   In The Name
06.   Glorious Sacrilege
07.   Verminous Fluids - Part II
08.   Old Is The Shadow Of Death
09.   Immersed In Semen
10.   The Gospel Of Verminous

Durée : 32:24

line up
parution
18 Avril 2013

voir aussi
Verminous
Verminous
Impious Sacrilege

2003 - Xtreem Music
  
Verminous
Verminous
The Curse Of The Antichrist (EP)

2013 - Blood Harvest
  
Verminous
Verminous
Smell The Birth Of Death (EP)

2003 - Nuclear Winter
  

Essayez aussi
Lost Soul
Lost Soul
Genesis XX: Years of Chaoz (Compil.)

2013 - Witching Hour Productions
  
Obituary
Obituary
Slowly We Rot

1989 - Roadrunner Records
  
The Seven Gates
The Seven Gates
Angel Of Suffering

2009 - Heavy Artillery Records
  
Coldworker
Coldworker
Rotting Paradise

2008 - Relapse Records
  
Funebrarum
Funebrarum
The Sleep Of Morbid Dreams

2009 - Cyclone Empire
  

Phrenelith
Desolate Endscape
Lire la chronique
Grief
Miserably Ever After
Lire la chronique
Falaise
My Endless Immensity
Lire la chronique
King Satan
King Fucking Satan
Lire la chronique
Father Befouled
Desolate Gods
Lire la chronique
Pagliacci : Genèse d'un Opéra Metal
Lire l'interview
Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique