chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
82 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Suffocation - Pinnacle Of Bedlam

Chronique

Suffocation Pinnacle Of Bedlam
Je ne plaçais pas beaucoup d'espoirs en ce nouvel album de Suffocation, pourtant mon groupe de brutal death préféré. Ce, pour plusieurs raisons: un dernier opus, Blood Oath (2009), en demi-teinte, des caprices de line-up conduisant au départ de Mike Smith remplacé par Dave Culross et à la désormais non-présence de Frank Mullen aux concerts européens, des extraits pas vraiment convaincants ainsi qu'un titre d'album qui sonne mal et dont la police sur la pochette est tout simplement affreuse. Tout cela n'incitait pas à l'optimisme. Du coup j'ai longtemps repoussé l'achat, attendant qu'il passe sous la barre des 10€ sur Amazon. Voilà pourquoi la chronique de Pinnacle Of Bedlam a tant tardé. Au final, j'aurais dû me jeter dessus parce que ce nouveau Suffocation s'avère une vraie bonne surprise.

Une bouffée d'air frais souffle même sur ce Pinnacle Of Bedlam sorti en février dernier chez Nuclear Blast. Non, Suffocation n'a pas changé de registre mais il a su se renouveler tout en conservant son style de brutal death maintes fois imité, jamais égalé. Une évolution exemplaire. Le septième full-length des New-Yorkais se place ainsi comme le plus rapide et le plus mélodique de leur discographie. Si j'ai été déçu du départ de Mike Smith, LE batteur de Suffocation, son remplacement par Dave Culross a fait du bien au combo américain. Celui qui avait déjà collaboré avec la bande de Mullen sur l'excellent Despise The Sun apporte une énergie incroyable, gavant l'opus de rafales de double, de blast-beats et de tchouka-tchouka (feeling thrash savoureux sur "As Grace Descends" notamment). Certaines accélérations blastées renvoient d'ailleurs directement à l'EP de 1998 comme sur "Eminent Wrath" (0'25 et 2'40), "As Grace Descends" (2'12) et "My Demise" (2'53). On reprochera juste un son de batterie un peu plastique qui ne gâche toutefois pas l’écoute.

Mais l'instigateur numéro un de la réussite de Pinnacle Of Bedlam reste Terrance Hobbs, principal géniteur de la bête, Guy Marchais ayant écrit le très bon "My Demise" (miam ce riff d’intro sur les salves de double) et co-écrit "Purgatorial Punishment" et "Rapture Of Revocation", Boyer s'étant lui invité sur "Inversion" et "Rapture Of Revocation". Le guitariste dreadlocké se montre en effet particulièrement inspiré. On retrouve avec grand plaisir ces riffs gras et huileux qui ont fait le succès du groupe, ces breakdowns heavy et ces accélérations jouissives. On a aussi le droit à quelques riffs plus simples et entraînants fort sympathiques ("Eminent Wrath" à 0'40, "As Grace Descends" à 2'44, "Sullen Days" à 3'16, "My Demise" à 2'40). Pinnacle Of Bedlam renferme ainsi tout un tas de riffs de qualité à la fois brutaux, sombres et mélodiques, ce dernier aspect étant trop souvent oublié chez les jeunes formations de brutal death. Non content de nous sortir un véritable récital en rythmique, Hobbs fait également la leçon niveau leads. À tel point qu’il nous offre sa meilleure performance à ce jour avec des solos mélodiques et travaillés plein de feeling. On pourrait les citer tous mais "Cycles Of The Suffering" à 1’09 (morceau introductif très convaincant qui va donner le ton de toute l’œuvre), "Purgatorial Punishment " à 1’42 sur de la double saccadée, "Pinnacle Of Bedlam" à 0’55 (aérien!) et "Inversion" à 1’27 ont ma préférence.

Batterie: check. Guitares: check. Qu'en est-il de la basse et du chant, deux composantes tout aussi importantes chez Suffocation? Les lignes de basse de Derek Boyer restent inférieures à celles de Chris Richards mais son instrument se fait bien entendre, apportant la lourdeur, le groove et le côté froid et implacable nécessaires à la musique du géant new-yorkais. Quant à Frank Mullen, qui boude désormais l'Europe, forçant le groupe à engager des intérimaires de luxe pour les concerts (Bill Robinson de Decrepit Birth et John Gallagher de Dying Fetus, on a vu pire!), on sait qu'il n'a plus le même coffre que sur Effigy Of The Forgotten et Pierced From Within. Rien de plus normal après tout. Ses growls sont désormais plus étouffés, moins puissants. Mais Mullen reste Mullen, c'est à dire plus le growler le plus impressionnant de la scène mais doté d’une signature toujours clairement identifiable. LA voix de Suffocation. Et s'il pouvait revenir nous voir, ça nous ferait plaisir!

Ceux qui doutaient de Suffocation après un album moyen (voire plus pour certains), vont pouvoir se rassurer. Avec Pinnacle Of Bedlam, le groupe prouve qu'il est bien vivant et qu'il garde encore de l'avance sur une nouvelle génération loin de sortir des albums de cette qualité, à quelques exceptions près (Defeated Sanity en particulier). Démonstration de riffing, solos mélodiques inspirés, brutalité revigorante, ce nouvel opus regorge de tueries. On saluera aussi, comme le groupe en a l'habitude, le réenregistrement d'un titre du mal-produit Breeding The Spawn. Cette fois, c'est "Beginning Of Sorrow" qui connaît les honneurs d'un ravalement de façade donnant davantage de punch à la version originale. Finalement, je n'émettrai un bémol que pour "Sullen Days", morceau assez mollasson malgré une grosse rasade de blasts au milieu et une belle introduction étonnante en son clair, et pour la première partie peu convaincante de "Inversion", pourtant très sombre et mettant en valeur le jeu complémentaires des deux guitares. Après le solo par contre, ça dépote! Meilleure production post-reformation du quintette derrière Souls To Deny, Pinnacle Of Bedlam a en plus passé l'épreuve du live avec brio le mois dernier. Vraiment un très bon album, d'autant plus crucial qu'il pouvait donner le coup de grâce à cette légende. Au lieu de cela, il la relance et lui offre même une seconde jeunesse!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
16/07/2017 15:47
note: 7/10
Un album pas dégueu du tout ! Les mecs ont réussi à produire quelque chose de carré et pourtant avec un son assez particulier dans un genre où les groupes se bousculent. Très différent de Effigy of the Forgotten et Pierced From Within que j'apprécie pas mal, mais justement quand c'est bien fait comme ça, avec une prod soignée, ça fait plaiz' !
Jean-Clint citer
Jean-Clint
16/02/2017 13:47
note: 9/10
Leur meilleur album depuis leur reformation et probablement un des meilleurs de leur discographie tout simplement ! Un retour inspiré, porté par des riffs en béton, des solos de grande qualité et un Dave Culross qui montre qu'il est bel et bien un des meilleurs frappeurs de la scène U.S ! Du grand art !
xjieffx citer
xjieffx
01/09/2013 17:56
AxGxB a écrit : Très chouette album en effet.
Moderne, efficace, parfaitement exécuté. Suffocation bien dans l'ère du temps.


Peut-être trop dans l'ère du temps pour moi,Souls to deny est bien mieux à mon sens depuis la reformation du groupe.
La_girondelle citer
La_girondelle
01/09/2013 12:20
note: 8/10
Leur meilleur album depuis leur reformation (?)
Jotun35 citer
Jotun35
13/06/2013 16:21
note: 8.5/10
Bonne chro, sauf que j'aime beaucoup Sullen Days. Et oui un peu en dessous de Souls to Deny niveau compo, mais ce dernier avait une prod à chier (guitare qui saturait sur les solos, c'était bien dégueu), donc au final je les mettrais sur la même marche du podium (la 3ème).
AxGxB citer
AxGxB
09/06/2013 16:34
note: 8/10
Très chouette album en effet.
Moderne, efficace, parfaitement exécuté. Suffocation bien dans l'ère du temps.
Ander citer
Ander
09/06/2013 14:11
note: 7.5/10
Un bon album évidemment encore venant de Suffo' mais j'ai du mal à voir en lui plus qu'une suite logique de Blood Oath avec cette fois-ci une prod' plus moderne et des séquences blastées un peu plus présentes... A part As Grace Descends qui se démarque, je trouve le groupe plutôt en pilotage automatique.

Ma préférence ira toujours à Souls To Deny pour ce qui est des albums post-reformation.
Invité citer
Pothra
09/06/2013 13:26
Une vraie boucherie ce nouveau Suffo' !
goriyaz citer
goriyaz
09/06/2013 13:16
"Au lieu de cela, il la relance et lui offre même une seconde jeunesse!" Complètement d'accord, c'est une tuerie cet album, le meilleur qu'ils aient sorti depuis pierced from within
TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
09/06/2013 12:31
note: 9/10
Une bonne branlée comme je les aime, rien à re-dire sur cette chro.
Oublié le faux-pas de "Blood Oath", cet album défonce !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Suffocation
Brutal Death
2013 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (21)  8.24/10
Webzines : (37)  8.27/10

plus d'infos sur
Suffocation
Suffocation
Brutal Death - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
As Grace Descends
As Grace Descends
Suffocation

Extrait de "Pinnacle Of Bedlam"
  

tracklist
01.   Cycles Of Suffering
02.   Purgatorial Punishment
03.   Eminent Wrath
04.   As Grace Descends
05.   Sullen Days
06.   Pinnacle Of Bedlam
07.   My Demise
08.   Inversion
09.   Rapture Of Revocation
10.   Beginning Of Sorrow

Durée : 38'23

line up
parution
15 Février 2013

voir aussi
Suffocation
Suffocation
Effigy Of The Forgotten

1991 - Roadrunner Records
  
Suffocation
Suffocation
Blood Oath

2009 - Nuclear Blast Records
  
Suffocation
Suffocation
Breeding The Spawn

1993 - Roadrunner Records
  
Suffocation
Suffocation
Human Waste (MCD)

1991 - Relapse Records
  
Suffocation
Suffocation
Despise The Sun (MCD)

1998 - Vulture Records
  

Essayez aussi
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Knee Deep In Disease (EP)

2008 - Autoproduction
  
Beyond Mortal Dreams
Beyond Mortal Dreams
Lamia (EP)

2014 - Lavadome Productions / Unholy Prophecies
  
Arsebreed
Arsebreed
Munching The Rotten

2005 - Neurotic Records
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  

Album de l'année
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report