chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Amon Amarth - Deceiver of the Gods

Chronique

Amon Amarth Deceiver of the Gods
Ce qui est bien, quand tu chroniques du Amon Amarth, c'est que tu n'as pas à changer le line up. Voilà un groupe stable, pour une fois. Ce qui est tout aussi bien, c'est de pouvoir copier / coller ta chronique du précédent album, et être déjà en train de rédiger celle de leur prochain qui sortira très exactement dans 2 ans. Alors, reprenons nos notes...tiens, j'avais collé un 5/10 à "Surtur Rising". Ah oui, leur Hollywood Metal avait cette fois ci carrément dépassé les bornes du bon sens, et l'absence de titres percutants m'avait laissé un goût amer en bouche. Je précise qu'avec le recul de 2 ans désormais...et bien j'avais complètement raison. Qu'en est-il de "Deceiver of the Gods"? Et bien sans surprise, malheureusement, ce n’est guère mieux.

Cet album n’est en aucun cas inécoutable : quand on aime Amon Amarth on sait à quoi s’attendre, et la médiocrité ne fait pas partie de leur catalogue. Par contre, difficile de ne pas ressentir une certaine lassitude à l’écoute d’un « Deceiver of the Gods » ouvrant l’album, et qui asseoit d’emblée le ton de l’album : du classique, de l’archi classique, et un peu de « comme avant » pour enrober le tout. « As Loke Falls », l’un des meilleurs titres, arrive à point nommé pour réveiller l’auditeur qui commençait déjà à s’assoupir, avec son tapping à la « Death in Fire » en plus véloce. Mais l’ennui regagne vite du terrain avec un « Father of the Wolf » anecdotique et ce malgré un « Shape Shifter » dont le tremolo picking de refrain rappelle les grandes heures de la sainte Trinité « The Avenger / The Crusher / VS The World ». « Under Siege » fait son possible pour regagner un peu de terrain avec ses rythmiques un brin plus techniques que d’habitude ; mais ce n’est qu’avec « Blood Eagle », le titre « coup de poing » de milieu d’album que l’adrénaline recommence à monter. On passera sur un « We Shall Destroy » sans saveur (malgré sa mélodie d’intro volée à Hypocrisy) pour consacrer davantage d’attention à la (petite) surprise que constitue « Hel », sur lequel Amon Amarth se la joue un peu gothique, faisant intervenir le chanteur de Candlemass qui apporte enfin de la fraîcheur à l’album. Le résultat est surprenant mais pas désagréable. « Coming of the Tide » est un titre aux sonorités Iron Maiden-esques qui parvient à donner le change, mais je suis particulièrement déçu par les 8 minutes de « Warriors of the North », qui de par sa durée aurait pu donner un sublime titre épique et sauver le naufrage du drakkar, mais qui au contraire s’embourbe dans ses propres longueurs et n’aligne pas suffisamment de riffs accrocheurs pour convaincre.

Ne nous attardons pas sur cette pochette kitch au possible (je préférais la « sobriété » (sic) du géant rouge de « Surtur Rising ») et parlons de la seule surprise de l’album, qui est ironie du sort, ce second CD qui accompagne l’édition limitée, intégrant 4 inédits où Amon Amarth compose « à la façon de » : AC/DC, Black Sabbath, Motorhead et Judas Priest sont ainsi à tour de rôle parodiés pour une petite quinzaine de minutes. Pour le coup, l’initiative est rigolote et apporte un peu de fraîcheur bienvenue après 45 mn de soupe réchauffée au micro onde. C’est quand même le paradoxe ultime : ce sont les morceaux « à la façon de » qui sont les plus originaux ; quand je vous disais qu’Amon Amarth s’autoparodiait…

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

crowysterik citer
crowysterik
21/11/2016 11:25
note: 7.5/10
Un album correct d'Amon, j'ai pris du plaisir à l'écouter, c'est sûr qu'avec ce groupe, on sait à quoi s'attendre. Finalement, ce serait presque un groupe à faire écouter à ceux qui veulent s'intéresser au genre. C'est plutôt efficace entrainant, du bon death mélo qui tourne un peu en rond au fur et à mesure de leur discographie. Mais j'apprécie les personnages et l'imagerie Viking qu'ils nous pondent !
Asmoddym citer
Asmoddym
07/06/2015 22:13
note: 8/10
C'est méchant ! Il est quand même pas mal cet album...
Henrik citer
Henrik
28/05/2014 13:16
J'avais pas trop campé les 3 précédents donc je peux difficilement comparer avec celui-ci. Mais ce que je sais c'est qu'il passe super bien en caisse !!!!
Epique, kitsch, entraînant et bien produit. C'est ça Amon Amarth non?
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
04/09/2013 21:54
Pas terrible cet album. Au moins avec Surtur il y a avait 3-4 titres bien efficaces comme War of the Gods mais là... à part le titre éponyme et ses riffs sympas je vois pas :/
DetoxAAA citer
DetoxAAA
29/06/2013 20:26
note: 8/10
Chris a écrit : tout n'est pas à vénérer religieusement dans leur discographie Oui, c'est l'évidence même Sourire C'est clair que c'est moins bon que ce qu'ils ont pu faire précédemment, mais à titre personnel ça ne me paraît pas mauvais pour autant. Clin d'oeil
citer
(ancien membre)
30/06/2013 09:44
note: 3/10
Parfaitement d'accord avec toi "With Oden" et "Twilight" sont des petites bombes.
J'aime également beaucoup Amon Amarth, voilà pourquoi celui-là m'a bien emmerdé.
C'est comme pour Motörhead, font toujours la même chose mais "March Or Die" et dans une moindre mesure "1916" c'est de la merde.
Chris citer
Chris
29/06/2013 17:25
note: 6/10
DetoxAAA a écrit : C'est clair que c'est de la redite ("Amon Amarth fait du Amon Amarth", la phrase qu'on retrouve dans toutes les chroniques de tous les albums de tous les webzines), c'est-à-dire un album pas original pour un sous mais pour moi ça ne mérite pas une note aussi sévère. Je trouve les chansons toujours aussi efficaces et j'écoute pas AA en espérant y trouver de l'originalité.

Je ne critique pas le fait qu'Amon Amarth s'autoparodie, mais qu'il le fasse relativement mal cette fois. Quand une envie d'Amon Amarth me prend, dans leurs récentes productions je prend toujours mon pied avec "Twilight..." et "With Oden ...", mais rien ne me fera revenir vers "Deceiver..". Et pourtant j'adore ce groupe, et être fan permet aussi d'établir une échelle de valeur entre leurs meilleurs et plus mauvais albums: tout n'est pas à vénérer religieusement dans leur discographie..tout ceci bien entendu selon mon point de vue de merde à moi que j'ai Sourire

@ Crom: justement j'ai réécouté Surtur y'a pas longtemps, j'ai presque envie d'interchanger les notes, 6 à l'autre et 5 à celui ci...je laisse mijoter l'idée.
citer
(ancien membre)
04/09/2013 22:03
note: 3/10
Deux morceaux intéressants, le reste m'a fait autant d'effet qu'un pet de mouche. Des solos guimauves particulièrement chiants, seuls le chant passe encore. Le 6/10, je l'aurais mis à Surtur.
Allez hop : poubelle
DetoxAAA citer
DetoxAAA
29/06/2013 13:41
note: 8/10
C'est clair que c'est de la redite ("Amon Amarth fait du Amon Amarth", la phrase qu'on retrouve dans toutes les chroniques de tous les albums de tous les webzines), c'est-à-dire un album pas original pour un sous mais pour moi ça ne mérite pas une note aussi sévère. Je trouve les chansons toujours aussi efficaces et j'écoute pas AA en espérant y trouver de l'originalité.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Amon Amarth
Heavy / Death Mélodique
2013 - Metal Blade
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (13)  6.58/10
Webzines : (43)  7.73/10

plus d'infos sur
Amon Amarth
Amon Amarth
Heavy / Viking Metal - 1992 - Suède
  

tracklist
01.   Deceiver of the Gods
02.   As Loke Falls
03.   Father of the Wolf
04.   Shape Shifter
05.   Under Siege
06.   Blood Eagle
07.   We Shall Destroy
08.   Hel
09.   Coming of the Tide
10.   Warriors of the North

line up
parution
25 Juin 2013

voir aussi
Amon Amarth
Amon Amarth
The Avenger

1999 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
The Crusher

2000 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Versus The World

2002 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Twilight of the Thunder God

2008 - Metal Blade
  
Amon Amarth
Amon Amarth
Surtur Rising

2011 - Metal Blade
  

Essayez plutôt
Dispatched
Dispatched
Motherwar

2000 - Metal Mind Productions
  
Torchbearer
Torchbearer
Warnaments

2006 - Regain Records
  
Satariel
Satariel
Phobos and Deimos

2002 - Hammerheart Records
  
Arch Enemy
Arch Enemy
Burning Bridges

1999 - Century Media
  
Scar Symmetry
Scar Symmetry
Symmetric in Design

2005 - Metal Blade
  

Déception de l'année
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique