chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sigh - Scenes From Hell

Chronique

Sigh Scenes From Hell
Oui, je suis un grand fana de Sigh depuis leurs débuts. D'ailleurs, au vu des notes que j'ai collé aux vieilles sorties du groupe, je pense que ça se voit. Pas la peine de vous la faire une nouvelle fois en introduction, j'adore l'univers développé par Mirai et ses compères. Seulement, dans le Black Metal, c'est comme en Lorraine, il ne fait pas beau pendant toute l'année, et encore moins pendant toute la vie. C'est donc comme ça que j'ai lâché Sigh, après un « Gallows Gallery » à mon sens bâclé et un « Hangmann's Hymn » décidément bien trop facile pour me séduire sur le long terme... Seulement, le temps passe et quand un groupe vous apporte autant que Sigh m'a apporté, vient forcément le moment ou vous allez retenter le coup avec les albums que vous avez dénigrés dans l'espoir que la petite étincelle se produise...

« In Somniphobia » avait certes retenu mon attention à sa sortie, sans pour autant la marquer au fer rouge, la faute aux quelques titres un peu clichés qui s'incrustaient dans l'opus. Et c'est donc sans grande conviction que je me lançais dans l'écoute d'un « Scenes From Hell » que j'avais volontairement occulté, peut-être à tort puisqu'il s'avère être le meilleur disque des japonais post- « Imaginary Sonicscape ». Les témoignages faisant office d'un retour à une production plus rude n'était pas pour me déplaire et j'imaginais déjà Sigh retrouvant sa hargne et flirtant avec le son rétro de ses jeunes années. Au final, le rendu est résolument coincé entre une batterie et des claviers résolument modernes et un petit grain de saleté dans les guitares. Soit, pourquoi pas... Depuis le temps que ce bon vieux Kawashima est dans le business, il doit sûrement savoir quelle production donner au disque pour que ce dernier vive dans son ambiance. Je choisis donc d'accepté ce parti pris ni trop sale, ni trop propre en me disant que ça servira probablement l'intérêt des compositions.

Ici, le ton est clairement guerrier, comme peuvent en témoigner les trompettes et les sirènes militaires qui ornent « The Red Funeral ». D'ailleurs, tout ceci se confirme avec le travail visuel oscillant entre scènes de mort (la pochette) et para-boots peintes sur le CD. Un layout qui n'offre pas le choc de certaines productions mais bon, c'est globalement bien foutu... D'ailleurs on notera également les tonalités ultra-épiques de compositions de cet album qui décidément en foutent plein la vue, parfois même un peu trop... « Prelude to the Oracle » par exemple, en fait à mon sens un poil trop dans l'utilisation des claviers, rappelant le mauvais dans « Hangmann's Hymn » ou dans « In Somniphobia ». Quelques fautes de goût se matérialisant par une orchestration grandiloquente et un peu « à la vas-y que je te pousse » donc, qui cependant n’entament pas tant que ça la qualité globale de la chose...

Ce qu'on regrette amèrement par contre, ce sont les pétages de plombs à l'ancienne qui manquent cruellement au Sigh actuel. Où sont les fanfares, les valses, les flûtiaux, les passages à moitié reggae qui égayaient les écoutes des disques plus anciens ? Mystère et boules de gomme, comme dirait l'autre. Il semble que Mirai ait totalement occulté cette face de son projet pour mon plus grand désarroi... Alors certes on retrouves quelques fantaisies comme dans certains passages (une marche militaire par-ci, quelques voix distordues par là, deux ou trois mélodies étranges au piano – le très bon break de « The Summer Funeral » par exemple ou quelques instants dans « Musica In Tempora Belli », de loin la piste la plus folle...) mais rien d'aussi trippé qu'auparavant. Moins jeune et fou, Sigh vieillit et s'assagit dans cet opus qui privilégie l'aspect rentre-dedans et couillu aux passages délirants sous acides.

Malgré ces déceptions qui frapperont automatiquement l'amateur des albums précédents, « Scenes From Hell » s'en tire quand même avec un sentiment final plutôt positif. Là où les deux disques précédent semblaient soit bourriner dans le vide, soit manquer de travail, celui-ci a du fond. Rien à dire, le fil conducteur est suivi, l'ambiance se lie bien dans chaque piste et rien ne viendra troubler la cohérence de l'opus. De plus, certaines chansons ont le mérite d'être bien réussies au niveau des émotions et l'on est parfois emportés (je cite à nouveau « The Summer Funeral », meilleur titre de la galette...). Même si on se fait parfois un peu chier sur le disque – surtout sur les titres du début, à mon sens-, le tout s'apprécie comme une cuvée tout à fait correcte de nos japonais.

Si vous étiez rebutés par la folie douce des premiers disques ou par leurs sonorités trop cheap et farfelues, « Scenes from hell » est fait pour vous. Sigh a modifié son style au fur et à mesure du temps qui passe en mettant l'accent sur efficacité et l’aspect épique et s'est attiré un nouveau public qui apprécie leur style actuel. Néanmoins, si vous êtes plutôt amateur des vieilles sorties, « Scenes From Hell » vous décevra forcément un peu. Cependant, passé ce cap, l'album vous apparaîtra comme une production de qualité, surpassant par sa cohérence et son concept les autres albums récents de nos japonais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sigh
Black Metal Avant-Gardiste
2010 - The End Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (3)  5.83/10
Webzines : (15)  8.11/10

plus d'infos sur
Sigh
Sigh
Black / Avant-Garde / Vintage - 1990 - Japon
  

tracklist
01.   Prelude to the Oracle
02.   L'art de Mourir
03.   The Soul Grave
04.   The Red Funeral
05.   The Summer Funeral
06.   Musica in Tempora Belli
07.   Vanitas
08.   Scenes from Hell

Durée : 43.16 min.

line up
parution
13 Février 2010

voir aussi
Sigh
Sigh
Hangman's Hymn
(Musikalische Exequien)

2007 - Osmose Productions
  
Sigh
Sigh
Scenario IV : Dread Dreams

1999 - Cacophonous Records
  
Sigh
Sigh
Imaginary Sonicscape

2001 - Century Media
  
Sigh
Sigh
Graveward

2015 - Candlelight Records
  
Sigh
Sigh
In Somniphobia

2012 - Candlelight Records
  

Essayez aussi
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique