chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sad - Devouring the Divine

Chronique

Sad Devouring the Divine
Depuis 2005, les Grecs de SAD font leur petit bonhomme de chemin, bien cachés dans les miasmes du Black Metal Underground sans jamais briller outre mesure. Toujours plus ou moins considérés comme faisant partie de la longue liste des éternels seconds couteaux, au gré d'albums plus ou moins bons, les méditerranéens pourtant mené par l'émérite Ungod, aux projets de qualité (NARGOTHROND, NECROHELL...) peinaient clairement à m'intéresser : trop de facilités mélodiques dans leurs riffs, trop de mièvrerie dans certains morceaux et une audace soit complètement atrophiée, ne sortant presque jamais des bornes propres au style, soit complètement exagérée... pensons à l'échec lamentable qu'était la reprise de RADIOHEAD, « Street Spirit » ! Du coup, vous devez déjà vous demander ce qui me pousse aujourd'hui à m'intéresser de plus près à ce Devouring the Divine, au point de se l'infliger plusieurs fois en vue d'une chronique ? Je ne vais pas vous le cacher, c'est d'abord son artwork tout bonnement somptueux qui m'a instantanément pris l’œil en otage pour ne le relâcher qu'une fois l'acquisition du vinyl chez l'excellent Hass Weg Productions accomplie. Exit les sempiternels clichés, place à une illustration personnelle et accrocheuse, exposant une sinistre chimère qui affirme à merveille les progrès évidents effectués par SAD qui allait, au travers des extraits qu'on pouvait entendre sur le net avant sa sortie en février, déverser dans cette cuvée 2013 son lot de surprises.

Et pour ce qui est de la surprise, elle est bien présente ! Qui attendait SAD à ce niveau ? Sûrement pas moi. Je n'étais vraiment pas de ceux qui pensaient taper du pied en rythme tout en secouant inconsciemment la caboche et me remplir de frissons à l'écoute de ce Devouring the Divine. « Cursed By The Light » introduite par ses cinglants coups de caisse claire, plante la bannière d'un duo revigoré, à l'atmosphère revancharde. « Vous nous avez pris pour des buses ? Tant pis pour vous ! », semblent-ils rugir au travers de textes certes clichés mais toujours fielleux et désespérés. Les progrès accomplis sur les riffs sont criants, à l'image de l'énorme « Grim Reflexion » et de ses lignes mélodiques déchirantes, à mille lieux des tremolos vaguement mélancoliques qu'on pouvait entendre sur certains morceaux clairement dispensables des précédentes sorties. Ici, les ralentissements (« Grim Reflexion », « Messenger of Corrosion ») sont parfaitement exécutés et ne coupent la dynamique que pour mieux poignarder le cœur de l'auditeur livré en pâture à la beauté et à la grâce évidente de ces riffs, ascenseurs express vers la transe. S'il pourra rester sceptique au début (« non mais calme toi Michel, c'est SAD quoi... ») le fanatique de Black Metal classique à la Finlandaise par exemple ne manquera pas de pousser des cris transcendés (« quand même ! Merde ! ») à l'écoute des rythmes endiablés sur lequel jongle cet album. On reconnaîtra évidemment les influences de combos emblématiques comme SARGEIST ou HORNA dans ces hymnes pleins de profondeur proposés par SAD.

Le point fort de ces Grecs a toujours été la voix ultra criarde de Nadir, contribuant bon-grès mal-grès à leur façonner une identité par le passé. Ici, cette voix trouve enfin des riffs auxquels répondre, et ce sans aucune fioriture malvenue. La douleur de ce vocaliste qui habite avec panache les hymnes Black Metal qui composent ce Devouring the Divine n'en est que plus crédible ! Ses cris sont amples et sa voix reste très sèche, très naturelle : aucun effet ne semble être utilisé pour lui donner un supplément de puissance, qui se suffit à elle-même. Son agonie sur les fins de cris lui octroie une vraie intensité dramatique, maintenue durant tout l'album. Au milieu de ce son fort équilibré et juste, elle n'est que plus marquante et assommante ! Si elle reste toujours assez aiguë, elle explore aussi d'autres registres, lançant notamment avec un dégoût salvateur la sublime dernière piste « I Bleed A Lake ». Même si les textes restent très classiques et assez peu inventifs, jonglant sur les thématiques blasphématoires et guerrières habituelles pour le style, la fougue homogène inhérente à ces sept cantiques les compense assez largement.

La morsure d'énergie créée par l'enchaînement « Unholy Crusade » / « Messenger Of Corrosion » est mortelle. Voilà deux morceaux qui brillent par leur efficacité extrême, véritable maître-mot d'un album qui sait varier les plaisirs sans jamais tomber dans la lassitude. Morceaux plus courts, plus concentrés... même sur « I Bleed a Lake », dernier morceau de l'album caractérisé par sa longueur, SAD ne retombe pas dans ses travers, sachant varier l'assaut tout en restant à la fois binaire notamment au niveau de la batterie et subtil au niveau des riffs. On pourrait croire que l'intensité redescend sur « The Fossilisation Process » ? Pas un brin les gars, l'introduction un peu bateau et en dessous du reste s'efface rapidement au profit d'une déferlante de riffs alternant entre un « poum tchac » salement bonnard et un blast beat surplombé par une mélodie obsédante qui restera durablement en tête. T-E-R-R-I-B-L-E. En plein milieu du morceau, le pont continue l'agression et maintient l'auditeur dans une dynamique constante. Les méditerranéens développent sur cet album une science du riff efficace qui séduira à n'en pas douter les amateurs de ce genre de Black Metal crû et direct tout comme les énergumènes moins rompus à l'exercice qui prendront le temps de poser l'oreille dessus.

« Arrêtes de t'enflammer, Arsène ! », me dit-on dans l'oreillette... Bon sang, mais puisque je vous dis que ce très bon Devouring the Divine relègue les précédentes sorties au rang d'anecdotiques ! À l'évidence, SAD passe de « groupe pas-dégueu-mais-trop-générique » à « groupe sous-estimé » en 2/2. Passement de jambes, dépôt de carte de visite et passe décisive, le tour est joué : leur Black Metal ira dans la lucarne sans se perdre dans des dribbles inutiles ou des combinaisons foireuses. Sans nul doute, ils passeront au travers de n'importe quelle défense préparée à ce genre d'assaut délicieusement régressif. Défauts et clichés mis à part, les Grecs affirment avec leur fière nouvelle offrande qu'on peut encore sortir un très bon disque de ce registre en 2013. En espérant qu'ils parviennent à retrouver la même inspiration brûlante pour un successeur digne de ce nom, pour dépasser ce statut nouvellement acquis et débroussailler davantage les branches envahissante de l'Underground qui les condamnait jadis à stagner.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
coussin-grogneur
31/10/2014 16:11
ENORME album de SAD. Le meilleur, sans doute, avec "A curse in disguise" (2007). Sans conteste, un des opus les plus réussi de 2013 !
Invité citer
Moonshield
22/07/2013 18:35
@ Sakrifiss : Mais c'est du tout bon aussi ça ! jvais mle faire cet album du coup, merci. "Faaaaaaaaaaaaaaaaaalll From Graaaaaaaaaaaaaaaaaaaace" \m/

@ Geisterber : Mourning Forest j'aime beaucoup "Au Coeur de l'Ombre" que jme repasse souvent!
Dommage sur le dernier ça s'est un peu assagi je trouve mais quand même de très belle mélodies.
Geisterber citer
Geisterber
22/07/2013 11:54
note: 7.5/10
Même si je fais mon délicat sur les sorties précédentes, je te conseillerais aussi le split avec MOURNING FOREST, autant pour la partie SAD que pour la partie de notre groupe hexagonal d'ailleurs (si tu ne le connais pas...) qui a clairement atteint son meilleur niveau sur cette sortie à mon avis.

MOURNING FOREST, "Artefact Maudit"
http://www.youtube.com/watch?v=G60LRjVLt_Q

SAD, "With The Moon's Final Sign" (leur meilleur morceau du split à mon sens)
http://www.youtube.com/watch?v=g1YoVVKuyM8
Sakrifiss citer
Sakrifiss
22/07/2013 03:14
note: 7.5/10
 Un morceau de l'album précédent :
Démoniaque et possédé sur le début, les riffs deviennent envoutants avant la première minute. Ce n'est certes pas "beau", mais représentatif d'un black torturé et mélodique que j'apprécie beaucoup...
http://www.youtube.com/watch?v=tqt1R4h1jvg
Invité citer
Moonshield
22/07/2013 00:02
Les bonnes chroniques des black ne s'arrêtent plus en ce moment 0_o
Ben merci en tout cas! c'est exactement ce qui me plait.
Dommage que la chronique ne me motive pas à écouter ce qui à été fait avant de la part du groupe...
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
21/07/2013 22:00
Je connais juste le split avec Warwulf... Et putain qu'est ce que je m'emmerde sur la partie de Sad...

Après, pourquoi pas tenter celui-çi, étant donné que tu as l'air du même avis que moi en ce qui concerne leurs précédents travaux et que celui-ci à l'air bien plus réussi...
Invité citer
Cyco
21/07/2013 20:17
Libérez Daisy!!! Donald va vous défoncer!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
21/07/2013 18:11
note: 7.5/10
Le petit désaccord me concernant vient de la comparaison qualitative avec les albums précédents, car même si celui-ci est bon, j'e trouve que les deux derniers étaient plus prenants...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sad
Black Metal
2013 - Hass Weg Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7.25/10
Webzines : (1)  7.5/10

plus d'infos sur
Sad
Sad
Black Metal Mélodique - 2005 - Grèce
  

tracklist
01.   Cursed by the Light
02.   Grim Reflexion
03.   Satan's Lullaby
04.   Unholy Crusade
05.   Messenger of Corrosion
06.   The Fossilisation Process
07.   I Bleed a Lake

Durée : 46:20

line up
parution
23 Février 2013

voir aussi
Sad
Sad
Utter Nihil Worship

2016 - Drakkar Productions
  

Essayez aussi
Bekëth Nexëhmü
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna

2010 - Ancient Records
  
Lifestream
Lifestream
Post Ecstatic Experience

2015 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Uškumgallu
Uškumgallu
Rotten Limbs in Dreams of Blood

2016 - Vrasubatlat
  
Brume d'Automne
Brume d'Automne
Brume d'Automne

2012 - Sepulchral Productions
  
Keiser
Keiser
The Succubus

2017 - Autoproduction
  

Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique
Feral
Forever Resonating In Blood
Lire la chronique
Talv
Entering a Timeless Winter
Lire la chronique