chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Shining - 8 ½ – Feberdrömmar i vaket tillstånd

Chronique

Shining 8 ½ – Feberdrömmar i vaket tillstånd (Compil.)
Même si personnellement je reste très touché par ce que font les Suédois, il faut se rendre à l’évidence que beaucoup estiment que SHINING est devenu inintéressant depuis quelque temps et plus précisément depuis 2009 et un VI – Klagopsalmer qui n’était pas au niveau de l’immense et désormais culte V – Halmstad. Par la suite, le style du groupe a évolué et les apports se sont faits plus nombreux, décevant certains puristes. Eh bien que tous les grincheux approchent tout de même puisque cette nouvelle sortie pourrait bien les intriguer. Car comme son nom le laisse bien présager, il ne s’agit pas d’un album « normal », pas d’une réelle suite à Redefining Darkness en tout cas. ! Un titre dont on peut déjà conclure trois points avant même d’aller plus loin. Tout d’abord le « demi » laisse présager qu’il ne s’agit pas d’un réel nouvel album. Ensuite on imagine bien un retour en arrière puisque c’est le retour des chiffres après un Redefining Darkness qui rompait avec la tradition commencée avec III - Angst - Självdestruktivitetens emissarie. Enfin on se doute qu’il y a également une évolution car si les chiffres sont de retour, ils ne sont pas en écriture romaine mais arabe ! Le titre est ainsi excellement choisi puisqu’il fait comprendre ce que l’écoute va confirmer : ce faux nouvel album propose un contenu tiré du passé mais avec une vision plus actuelle !

Et c’est bien de cela qu’il s’agit ! Ces 6 titres ont été écrits aux débuts du groupe, aux alentours des 2ème et 3ème albums mais afin de leur redonner de l’intérêt ils ont été remaniés. Avant tout, ils sont habillés de claviers légers, qui ne tirent pas la couverture vers eux mais sont employés pour apporter un côté atmosphérique à la LUNAR AURORA. Elégant ! Mais surtout chaque morceau est interprété par un chanteur différent. Et il y a du gros gibier, à commencer par notre Famine national, le leader de PESTE NOIRE, qui n’a pas pris sa tâche à la légère et s’époumonne en français sur un « Terre des Anonymes » qui ouvre l’album. Sa voix est tellement reconnaissable qu’il est difficile de trouver les touches SHINING. Pourtant en se concentrant on retrouve un mid-tempo traître brouillé par des guitares saturées en fond. C’est léger et du coup, on a plus l’impression d’être devant un nouveau groupe de Famine. Le résultat est tout de même intéressant puisque l’on se retrouve durant 10 minutes dans une zone inédite et hypnotique, perdue entre les deux univers des protagonistes.

Par contre SHINING se reconnaît bien plus aisément lorsque les chanteurs sont moins « grossiers ». Et force est de constater qu’Attila Csihar, Pehr Larsson (VINTERLAND), Gaahl et Maniac ont des timbres qui se fondent parfaitement aux compositions. Kvarforth, qui interprète tout de même un titre ici, peut prendre sa retraite, on lui a trouvé d’éventuels remplaçants ! Et les compositions de ces 5 titres ont des saveurs très proches de notre vieux SHINING, avec juste l’ajout de claviers oniriques, fins, planants au dessus des autres instruments sans jouer le rôle principal. Ils apportent à la musique toujours sombre des nuances intéressantes, carrément cosmiques sur « Szabadulj Meg Önmagatol » ou « Black Industrial Misery », faisant parfois penser à DARKSPACE. Malgré ces apports, ces titres manquent un peu d’efficacité, mais s’écoutent sans heurts. Sur « Ett liv utan mening » et « Selvdestruktivitetens Emissarie » par contre, la musique vient nous rappeler que SHINING est un groupe qui a toujours su émouvoir en flirtant avec le dépressif, notamment FORGOTTEN TOMB, n’hésitant pas à inclure de la guitare sèche. C’est alors un régal, surtout sur le deuxième cité qui nous tient en haleine durant 8 minutes. Par contre, le petit dernier, « Through Corridors of Oppression » et ses accents BURZUMiens n’arrive pas à convaincre et fait figure de pâle conclusion de 4 minutes...

Cette sortie est intéressante, mais ne vaut pas les meilleurs albums du groupe. C’est vraiment un petit apéritif en attendant le nouvel opus. Il a son originalité et ses petites touches personnelles et c’était une bonne idée d’inviter des grands noms, mais le résultat aurait été sûrement plus jouissif pour les fans comme moi si ces invités ne s’étaient pas accaparés les titres mais les avaient partagés avec Kvarforth. Des échanges entre les deux vocalistes auraient donné un meilleur cachet et aurait encore plus donné l’impression d’écouter un album « de » SHINING plutôt qu’un album « par » SHINING. Ce faux album est donc destiné aux fans purs et durs ainsi qu'aux anciens fans qui pourraient retrouver quelques sensations.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

4 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
11/08/2014 00:28
note: 4/5
Mauvais goût et black metal, c'est si contradictoire...
Invité citer
Charly
10/08/2014 22:07
Un peu étrange cette intro. J'ai jamais écouter Peste Noire, mais cette intro parodique "Si si la Famine" est d'assez mauvais goût. Musicalement ça reste du black bien dégueulasse et sombre, c'est très bon, mais cette intro...
gulo gulo citer
gulo gulo
24/09/2013 18:14
note: 4/5
Alors sans le texte sous les yeux et avec le peu de connaissance que j'ai du gars (Famine) c'est difficile d'être sûr, mais y a, si non une parodie, du moins un gros clin d’œil à Diapsiquir, dans ledit morceau d'entame.
Sinon l'album est excellentissime, un de ses meilleurs - et jusque-là je n'y arrivais pas du tout avec sa première période.
gulo gulo citer
gulo gulo
22/09/2013 19:09
note: 4/5
Hahaha, le morceau avec Famine est prodigieux.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Shining
Black sombre
2013 - Dark Essence Records
notes
Chroniqueur : 3/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Shining
Shining
Metal sombre et désenchanté - Suède
  

tracklist
01.   Terres des anonymes
02.   Szabadulj meg önmagadtól
03.   Ett liv utan mening
04.   Självdestruktivitetens emissarie
05.   Black Industrial Misery
06.   Through Corridors of Oppression

Durée : 48:47

parution
23 Septembre 2013

voir aussi
Shining
Shining
III - Angst
(Självdestruktivitetens Emissarie)

2002 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
IV - The Eerie Cold

2005 - Avantgarde Music
  
Shining
Shining
Redefining Darkness

2012 - Spinefarm Records
  
Shining
Shining
V - Halmstad
(Niklas Angående Niklas)

2007 - Osmose Productions
  
Shining
Shining
VII: Född Förlorare

2011 - Spinefarm Records
  

Pure
Kingdom of Wrath
Lire la chronique
Skelethal
Interstellar Knowledge Of T...
Lire la chronique
Bastard Sapling
Instinct Is Forever
Lire la chronique
Eternal Sex And War
Negative Monoliths
Lire la chronique
13th Moon
Abhorrence Of Light (EP)
Lire la chronique
Sacrificia Mortuorum / Orthanc
Split (Split-CD)
Lire la chronique
Maybeshewill
Fair Youth
Lire la chronique
Ancient Crypts
Devoured By Serpents (Démo)
Lire la chronique
Overkill
White Devil Armory
Lire la chronique
Deathronation
Hallow The Dead
Lire la chronique
Pornography : interview à l'occasion de la sortie de leur compilation
Lire l'interview
Horrendous
Ecdysis
Lire la chronique
The Duskfall
Where The Tree Stands Dead
Lire la chronique
Khold
Til Endes
Lire la chronique
''Betty'' 20th Anniversary Tour
Helmet
Lire le live report
Absentia Lunae
Vorwärts
Lire la chronique
Mudvayne
L.D. 50
Lire la chronique
Queens Of The Stone Age
...Like Clockwork
Lire la chronique
Midnight
No Mercy For Mayhem
Lire la chronique
Oozing Wound
Earth Suck
Lire la chronique
Sam Bean, ou la vie à 300 BPM
Lire l'interview
Dagoba lors de leur passage à Lyon
Lire l'interview
Down
Down IV Part II (EP)
Lire la chronique
Saille
Eldritch
Lire la chronique
Schammasch
Contradiction
Lire la chronique
Striker
City Of Gold
Lire la chronique
Chroniques à la con ! 12 : Back from the dead
Lire le dossier
Anathema
Distant Satellites
Lire la chronique
Eyehategod
New Orleans Is The New Viet...
Lire la chronique
Itnuveth
The Way of the Berserker
Lire la chronique