chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
32 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Funebre - Children Of The Scorn

Chronique

Funebre Children Of The Scorn
Les Xtreem Cult Series ont été crées par le label espagnol Xtreem Music dans le but de proposer aux auditeurs quelques vieilles pépites parfois oubliées et le plus souvent hors de prix. Afin d’offrir un contenu qui ait du sens et d’en avoir pour son argent, les albums réédités sont souvent accompagnés par les quelques démos les ayant précédés. Une initiative louable qui a vu le jour en 2004 et qui continue aujourd’hui d’être proposé par le label de Dave Rotten pour le plus grand bonheur de tous les archéologues de la scène Metal. Le seul regret à propos de ces Xtreem Cult Series concerne selon moi la mise en forme plutôt moyenne avec ces inscriptions un peu partout et ces artworks presque systématiquement retravaillés. Mais peu importe...
Le premier volet de cette fameuse série concerne la réédition de l’unique album des Finlandais de Funebre. Intitulé Children Of The Scorn et paru en 1991 sur Spinefarm Records, celui-ci s’est vu proposer deux rééditions d’abord en 2004 puis en 2011. Hormis l’artwork, le contenu de ces deux versions est en tout point identique : Children Of The Scorn est ici accompagné des démos Cranial Torment (1989) et Demo II (1990). Si cette réédition se veut plutôt complète sur un plan strictement musical, on remarquera toutefois l’absence d’informations contextuelles au sujet de Funebre. Un faux pas qui sera corrigé sur les autres volets de la série mais qui fait quelque peu défaut ici, notamment pour bien comprendre la portée de ce disque pourtant important dans le paysage musical finlandais de l’époque.

Car peu importe ce que l’on pense de ce premier album, Funebre n’en reste pas moins l’un des tout premiers groupes de Death Metal a avoir émergé en Finlande à la fin des années 80 en compagnie de quelques autres (Abhorrence, Disgrace et Xysma). Si le groupe n’est pas responsable de l’essor du Death Metal à l’échelle internationale comme certains de ses cousins suédois, il a néanmoins contribué dans une moindre mesure à l’émergence d’un style complètement nouveau à une époque où tout était encore à faire. Un groupe pionnier dont l’œuvre doit être respectée pour ce qu’elle a pu apporter à toute une certaine jeunesse de l’époque.

Toutefois, si le caractère historique de cette œuvre ne doit pas être occulté, cela ne doit pas non plus nous empêcher d’en constater les faiblesses et justement, Children Of The Scorn en compte malheureusement quelques unes. Enregistré en 1991 par Tomi Kaukolehto (guitariste de Stratovarius), on ne peut pas dire que la production soit tout à fait au niveau des standards de l’époque. Je trouve que le son de guitare n’aide pas à la bonne compréhension des compositions. Tomi Kaukolehto a probablement dû vouloir s’inspirer du travail fait par Tomas Skogsberg sans en tirer le meilleur. Résultat, les guitares grésillent plus qu’autre chose sans même apporter un soupçon de puissance à l’ensemble. Dommage car on a finalement plutôt l’impression d’être face à une simple démo plutôt qu’à un album enregistré en studio par un professionnel. Et puis qu’est-ce que c’est que ces fade out qui manquent clairement de nuance. Ca ou stopper net le morceau reviendrait presque à la même chose.
Mais outre ce problème de production qui, replacé dans son contexte, n’est finalement qu’un léger détail dans l’appréciation d’un tel disque, ce qui me gêne ici c’est davantage la relative médiocrité des riffs. En effet, on ne peut pas dire que Funebre brille par la qualité de ces derniers. La preuve en est ainsi faite dès "Waiting For Arrival" mais ce n’est malheureusement qu’un exemple parmi tant d’autres ("Blood On White"). Malgré plusieurs écoutes, j’ai encore bien du mal à me remémorer d’un riff en particulier et quand on voit ce qu’était capable de sortir à l’époque des groupes comme Entombed, Carnage ou même Demilich et Convulse, il semble évident que Funebre avait encore un peu de chemin à parcourir. Attention, c’est loin d’être mauvais et Children Of The Scorn trouve également son lot de bons moments ("Shiver", "Walls That Held Screams", "Slumber End", "Grip Of Insanity") mais dans l’ensemble aucun de ces titres n’a le pouvoir de capter l’auditeur comme ont pu le faire d’autres groupes à la même époque.
Cependant, Children Of The Scorn révèle aussi quelques qualités à commencer par un sens de la composition plutôt intéressant qui le place probablement parmi les groupes dit "techniques" de l’époque (ce n’est ni Atheist ni Demilich pour autant). Funebre sort souvent des sentiers battus pour proposer des constructions rythmiques tordues, des breaks qu’on n’avait pas vu venir ou encore des riffs alambiqués etc... Un travail de composition qui lui permet de se distinguer des autres groupes de l’époque. On notera également, à l’inverse des riffs, la qualité des nombreux leads/solos ponctuant ce premier et unique album. Tomi Kaukolehto oblige, leur rendu est tout à fait impeccable. Net et sans bavure, ils offrent quelques moments de bravoure que les amateurs de guitare sauront reconnaître et apprécier à leur juste valeur. Un sens de la mélodie propre à beaucoup de groupe finlandais et qui ne fait pas défaut à Funebre, bien au contraire. Enfin, l’autre atout de ce disque c’est le chant profond et guttural de Jari Hainonen qui à lui seul construit toute l’atmosphère de ce premier album.

Après ces dix titres, on retrouve l’intégralité de la démo de 1990 intitulée Demo II. Deux titres inédits ainsi que "Grip Of Insanity" déjà présent sur l’album. La production est à l’image des démos de cette époque à savoir plutôt horrible. Un son de basse incroyablement dégueulasse et un mixage tout aussi hasardeux qui la place au dessus des guitares. Cependant, en matière de riffing et d’ambiance, je trouve le rendu ici beaucoup plus intéressant car moins propre et nettement plus occulte. Tout semble se mélanger pour un résultat sale et particulièrement evil à l’image de ces vocalises d’un autre monde.

Enfin pour conclure, on retrouve les cinq titres de la première démo de Funebre. Etonnement, le son n’est pas moins bon. Il serait même dans l’ensemble plutôt meilleur que sur cette seconde démo évoquée un peu plus haut. Ces cinq titres contrastent ainsi plus nettement avec ceux de l’album Children Of The Scorn, notamment en matière de complexité. Ici, Funebre pratique un Death Metal primaire hérité du Thrash. Le son des guitares y est étouffé, les lignes de chant se montrent plutôt linéaires tout comme la section rythmique en mode Punk/Thrash des familles efficace mais qui n’a rien d’extraordinaire.

Sous-estimés pour certains, Funebre ne représente pas pour moi l’excellence à la Finlandaise. Sans être mauvaise, la musique qu’a proposée le combo durant sa courte carrière n’a jamais été à la hauteur de groupes comme Demilich, Convulse ou Demigod. La faute à des riffs passe-partout qui ont souvent bien du mal à convaincre et à s’inscrire dans le cortex de l’auditeur. D’un autre côté, Funebre est l’un des tout premiers représentants de son pays à évoluer dans les sphères du Death Metal. De fait, cette compilation constitue tout de même un bon moyen de comprendre comment les choses se sont mises en place à une époque ou la plupart d’entre vous n’étaient encore que de jeunes adolescents en devenir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
12/10/2013 20:25
note: 6.5/10
Darkmorue a écrit : Ouaif 'fin, ça reste le premier album du genre en son Pays hein, faut être un peu plus indulgent avec le Left Hand Path Finlandais quoi Moqueur

Sinon le côté "riffs pourris" je l'ai vu nulle part, et je trouve que cet album dégage une ambiance assez froide très particulière, rappelant DEMILICH mais en bien plus light, ce qui n'est pas du tout pour me déplaire.


C'est d'ailleurs pour ça que le début de ma chronique est axé sur cet aspect purement historique. Après, ce disque je le chronique en 2013, soit plus de vingt ans après sa sortie donc forcément mes repères ne sont pas les mêmes. Et pour moi, ça serait mentir de dire qu'il s'agit là d'un album mémorable. Après, les goûts et les couleurs Clin d'oeil
Niktareum citer
Niktareum
12/10/2013 14:58
note: 7/10
Ca ne rivalise pas avec Adramelech, Demilich ou Convulse non mais je trouve quelques charmes à cet album malgré tout. Les riffs ont un côté un peu désuet qui me séduit en fait et puis y'a quelques passages plus accrocheurs. Et puis j'aime bien le son très granuleux des guitares.Bref je le ressors pas tous les jours mais il passe bien une fois de temps en temps.
Invité citer
Darkmorue
12/10/2013 14:52
Ouaif 'fin, ça reste le premier album du genre en son Pays hein, faut être un peu plus indulgent avec le Left Hand Path Finlandais quoi Moqueur

Sinon le côté "riffs pourris" je l'ai vu nulle part, et je trouve que cet album dégage une ambiance assez froide très particulière, rappelant DEMILICH mais en bien plus light, ce qui n'est pas du tout pour me déplaire.
Keyser citer
Keyser
12/10/2013 11:32
note: 6/10
D'accord avec toi. Cet album ne m'a jamais emballé à cause de la médiocrité des riffs et de la faiblesse du son. Les démos sont plus couillues. Clairement pas un indispensable pour moi, tout comme le Purtenance réédité à la même époque. Je préfère Adramelech, Demilich, Convulse, Disgrace ou même Demigod.

Et puis ces rééditions sont une bonne idée mais c'est trop ras la gueule de morceaux et du coup c'est dur de s'enfiler tout le CD, qui plus est quand la qualité n'est pas spécialement au RDV comme ici.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Funebre
Death Metal
1991 - Spinefarm Records
2004 -
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (4)  6.75/10
Webzines : (5)  8/10

plus d'infos sur
Funebre
Funebre
Death Metal - 1988 † 1991 - Finlande
  

tracklist
01.   Waiting For Arrival
02.   Sinner's Eve
03.   Blood On White
04.   Shiver
05.   Congenital Defeat
06.   Walls That Held Screams
07.   Spirits Bewail
08.   Slumber End
09.   Redeemed From Time
10.   Grip Of Insanity
11.   Expunging Mortalities (Demo II)
12.   Grip Of Insanity (Demo II)
13.   Imminent Salvage (Demo II)
14.   Cranial Torment (Cranial Torment Demo)
15.   Necropolis Discomposure (Cranial Torment Demo)
16.   Brainspoon (Cranial Torment Demo)
17.   Carbonized (Cranial Torment Demo)
18.   Leprophiliac (Cranial Torment Demo)

Durée : 74:40

line up
Essayez plutôt
Drowned
Drowned
Idola Specus

2014 - Sepulchral Voice Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (Compil.)

1991 - Strange Fruit
  
Comecon
Comecon
Megatrends in Brutality

1992 - Century Media Records
  
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Ectovoid
Ectovoid
Fractured In The Timeless Abyss

2012 - Hellthrasher Productions
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique