chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Strynn - Decadence

Chronique

Strynn Decadence
Je ne vais pas encore vous rebalancer la rengaine habituelle sur l’immense variété de la scène française, je pense que tous ceux qui suivent mes chros commencent à croire que je radote. Donc je vais pour une fois faire l’impasse et entrer directement dans le vif du sujet pour présenter ce jeune trio bordelais. Avant de s’appeler STRYNN, les deux hommes et la demoiselle composaient BLACK STORM et ils étaient alors accompagnés d’un bassiste, Alakihel. Non seulement celui-ci a été perdu en chemin, mais c’est carrément le poste de bassiste qui a été supprimé. Du coup, ne cherchez pas, il n’y a pas de basse ici. Mais finalement cela ne porte pas vraiment préjudice, sans doute parce qu’ils officient dans un style où beaucoup de groupes rechignent à mettre cet instrument en avant. Ainsi, le black metal de base est emporté par une batterie rageuse, des guitares agressives qui se permettent de placer quelques riffs envolés par-ci par-là, et des vocaux constamment graves, typiques du black metal. Il paraît que la demoiselle se chargent de certains d’entre eux, ce sera difficile à deviner tant ils sont sans concession.

Decadence est leur premier album et il pète bien dans une veine trve black. Il « pète bien » mais sans que cela aille plus haut que son cul. Ce n’est pas STRYNN qui va essayer de se démarquer des autres ou de révolutionner quoi que ce soit. Il se contente d’apporter sa pierre à l’édifice, et celle-ci est solide. Les titres sont directs et ne se lancent pas non plus dans des longueurs inutles. Ils naviguent ainsi entre 3 minutes et 4 minutes 45, pour totaliser 43 minutes intemporelles. Ils sortent en 2013, ils auraient très bien pu être estampillés 2003 ou 2023 ! La plus grande qualité de cette sortie est qu’une fois lancé, l’album s’écoute d’une traite sans avoir un seul moment pesant. On hôche inconsciemment la tête sur les mélodies qui parsèment un black rageur, et on est somme toute satisfait du niveau satisfaisant de l’ensemble, surtout que rien d’intempestif ne vient déranger l’oreille. D’une certaine manière, c’est aussi ce qui empèche le groupe de dépasser un certain palier. On sent bien que les musiciens se font plaisir en reproduisant leur style de prédilection et c’est évidemment contagieux, mais au final il n’y a rien qui les fasse préférer aux autres. Ils viennent s’ajouter à la liste des groupes honorables mais pas indispensables, au côté des ABIME, ANIMUS HERILIS, CARNYX, CORPUS DIAVOLIS et consorts. Rien qu’en France, on en a déjà un bon paquet !

STRYNN est un bon défouloir avec des riffs blacks bien sentis. Ses compositions suent des ambiances démoniaques qui doivent à coup sûr rendre l’assistance folle durant un concert. On ne dira pas que c’est une révélation mais un bon groupe de chez nous ! Cet album étant sorti en collaboration sur deux labels, vous le trouverez au choix soit auprès de celui du groupe : Le Crépuscule du Soir, soit auprès des découvreurs de talent Mortis Humanae Productions. Limité à 500 exemplaires.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
13/10/2013 11:54
note: 5/10
C'est un peu l'effet qu'il m'a fait, un disque assez générique qui s'essouffle au fil des écoutes. Passé la plaisante première écoute, je trouve qu'il n'y a pas grand chose à creuser, comme tu l'as dit c'est plus le disque d'un groupe qui se "fait plaisir" que quelque chose de réellement profond. L'artwork est très beau, le son est bon... Mais c'est tout.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Strynn
Trve black metal
2013 - Mortis Humanae Productions
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  5/10
Webzines : (6)  7.18/10

plus d'infos sur
Strynn
Strynn
Trve black metal - 2011 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Awakening
02.   Burial
03.   Uncreation
04.   Emptiness
05.   Datura
06.   Despair
07.   Burnt
08.   Arsonist
09.   Degeneracy
10.   Anguish
11.   Decline

Durée : 43:36

line up
parution
22 Mars 2013

Essayez plutôt
Darkened Nocturn Slaughtercult
Darkened Nocturn Slaughtercult
Necrovision

2013 - War Anthem Records
  
Vargsang
Vargsang
In the Mist of Night

2014 - Obscure Abhorrence Productions
  
Ordem Satanica
Ordem Satanica
Monte da lua

2017 - Signal Rex
  
Sargeist
Sargeist
Feeding the Crawling Shadows

2014 - World Terror Committee Records
  
Hate Meditation
Hate Meditation
Scars

2013 - Indie Recordings
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique