chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deeds Of Flesh - Portals To Canaan

Chronique

Deeds Of Flesh Portals To Canaan
Mine de rien cela fait déjà cinq ans qu’est sorti l’excellent « Of What’s To Come », septième album de Deeds Of Flesh qui avait trôné sur le podium de nombreux fans de death metal en cette année 2008. Bizarrement, difficile pourtant pour moi de vous dire que j’attendais son successeur avec une impatience infinie. Est-ce un certain degré de blasement, les variations de line-up suspectes ou simplement des extraits bons mais sans grande valeur ajoutée au premier abord ? Je n’en sais rien, mais ce qui est sûr c’est que « Portals To Canaan » a profité d’une petite pause chroniquatoire personnelle pour tourner, tourner et retourner encore dans mon lecteur CD… Et si les premières écoutes semblaient confirmer un album bien mais sans plus, le temps joua en sa faveur et finit par me révéler une rondelle qui viendra en définitive faire jeu égal avec son ainé.

Si certains avaient, il y a cinq ans, pointé du doigt le groupe semblant prendre en marche un train brutal death technique en pleine expansion, rares étaient ceux qui avaient remis en cause la qualité intrinsèque d’ « Of What’s To Come ». Globalement « Portals To Canaan » persévère dans la même voie, même si quelques subtilités n’échapperont pas aux plus attentifs. Ce n’est en tout cas pas l’artwork toujours signé Raymond Swanland qui marquera la plus grande différence tant on demeure ici dans le même esprit scientifico-post-apocalyptico-futuristico-intersidéral avec beaucoup d’aliens. Une bien belle pochette s’il en est qui colle probablement parfaitement aux thèmes abordés par Erik Lindmark dans ses textes, malheureusement la police d’écriture proche du supplice visuel m’empêche de vous en dire davantage, j’ai épuisé mon stock de triptans. Si la continuité est de mise ici, le personnel a quant à lui subit un remaniement sans précédent puisque les Californiens ont accueilli deux nouveaux membres : exit donc Erlend Caspersen (dommage !) et Sean Southern (retourné à son ancien groupe Anonyme-A) remplacés par Craig Peters (ex-Arkaik) à la guitare et Ivan Munguia (Arkaik, Brain Drill, Insanity) à la basse. Si le départ de Sean Southern passera totalement inaperçu, on ne peut que déplorer le départ du plus grand bassiste death metal actuel qui, même si son remplaçant est loin d’être manchot, avait illuminé de son jeu génial la précédente offrande du combo. Mais quand bien même 50% du line-up est nouveau, la musique de Deeds Of Flesh n’en reste pas moins reconnaissable entre mille et ce dès les premières notes de « Admist The Ruins ». On retrouvera donc ici les riffs saccadés portant, même dans leur évolution plus technico-mélodique, la marque tellement identifiable d’Erik Lindmark avec leurs petites dissonances. Ces derniers sont une fois de plus travaillés aux petits oignons : techniques sans trop en faire, mélodiques tout en restant extrêmement incisifs, difficile de faire la fine bouche. D’autant plus lorsque les riffs sont accompagnés et pigmentés de mélodies aux accents spatiaux (le début de « Admist The Ruins », « Entranced In Decades Of Psychedelic Sleep » à 2’14 repris à 4’48 avec ces petits samples, « Portals To Canaan » à 3’40), on sent qu’un effort particulier a été fait sur l’ambiance générale de l’album et c’est une franche réussite, peut-être l’un des points sur lesquels « Portals To Canaan » surpasse d’emblée « Of What’s To Come ». Les quelques interventions solistes assez pertinentes de Craig Peters se fondent d’ailleurs parfaitement dans l’ensemble (celui à la fin de « Xeno-Virus » est particulièrement bon) même si le gus semble encore quelque peu sur la réserve, ses interventions au premier plan se faisant assez brèves dans l’ensemble. Plus difficile en revanche pour Ivan Munguia de succéder à Caspersen. Si sa prestation est loin d’être décevante, elle est d’emblée atténuée par une production qui ne lui rend pas forcément la tâche facile et semble dès lors moins clinquante que sur le précédent. Plus rares sont les moments où la basse se faufile entre les guitares pour venir se la jouer en solo, dommage.

Si « Portals To Canaan » reprend en gros les mêmes ingrédients que son prédécesseur on sent pourtant que la balance brutalité/mélodie s’est sensiblement rééquilibrée et bien qu’il reste plus mélodique et moins monolithique que les débuts du groupe, il n’en demeure pas moins un album bien brutal, grâce notamment à un Mike Hamilton frappant toujours aussi fort et juste. Toujours oublié lorsque l’on parle de batteurs extrêmes, le gus lamine une nouvelle fois son kit avec une précision chirurgicale. C’est clair, net et sans fioritures mais qu’est-ce que ça avoine ! Et quand Mike lâche le mode mitraillette c’est pour nous balancer de bons gros breaks bien lourds (« Rise Of The Virvum Juggernaut » à 2’28, « Xeno-Virus » à 4’00) sans oublier quelques moments parmi les plus groovy que nous ait offert Deeds Of Flesh jusqu’ici (« Rise Of The Virvum Juggernaut » à 20’’, « Celestial Serpents » à 1’25, « Hollow Human Husks » à 42’’).

Mais malgré une ambiance globalement très réussie, on déplorera toutefois quelques longueurs qui représenteront le principal point noir d’un opus sinon hautement recommandable. En effet certains samples trainent un peu (le début de « Celestial Serpents ») et l’interlude « Caelum Hirundines Terra / The Sky Swallows the Earth » (composée par Fabiano Penna Corrêa, ex-Raebelliun et ex-The Ordher) est d’un intérêt très limité, les mélodies qui parsèment l’album s’avérant bien plus efficaces que n’importe quel sample utilisé ici. En dehors d’une basse qui aurait mérité un peu plus de considération à mon goût, la production offre quant à elle plus de puissance à l’ensemble (écouté à un volume suffisant) notamment à la batterie, les guitares sonnant de manière plus sèche que sur « Of What’s To Come ».

« Portals To Canaan » aurait parfaitement pu trouver sa place entre « Crown Of Souls » et « Of What’s To Come », poursuivant le virage technico-mélodique engagé par ce dernier tout en retrouvant une brutalité plus affirmée. Se terminant sur une reprise du « Orphans Of Sickness » de Gorguts assez fidèle à l’originale (les Canadiens n’ont jamais été un de mes groupes de chevet), ce nouvel opus moins immédiat que son prédécesseur se révèlera au fil des écoutes (un grower comme disent les initiés) et finira par lui tenir tête. Une belle surprise que je n’attendais pas forcément.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Atreyu citer
Atreyu
03/02/2014 15:53
Achètes !
Invité citer
Pothra
13/10/2013 22:40
Du brutal death bien gras qui m'a énormément plu. Je recommande !!
Ander citer
Ander
13/10/2013 16:49
note: 8.5/10
Niktareum a écrit : Ander a écrit :
Ha sinon pourquoi Ex-Arkaik pour Craig Peters, il a quitté le groupe? Oo

Ben d'après MA visiblement oui. J'en sais pas plus.

Sinon perso plus je l'écoute et plus je trouve qu'il fait jeu égal avec OWTC. J'y reviendrais même presque plus facilement.


Si Metal Archives le dit... C'est peut-être pas plus mal qu'il se concacre à Deeds Of Flesh vu comme le dernier Arkaik était mal foutu...

Sinon oui je pinaille, je pinaille mais ça met à l'amende n'importe quelle autre sortie 2013 du style, Suffo' en tête.
Keyser citer
Keyser
13/10/2013 15:49
note: 7.5/10
« Portals To Canaan » aurait parfaitement pu trouver sa place entre « Crown Of Souls » et « Of What’s To Come ».

Exactement ce que j'en pense. Un petit retour en arrière car plus typé brutal death US que Of What’s To Come mais toujours dans cette direction plus mélodico-technique qu'avant. Un album qui m'a clairement déçu au début mais qui comme pour toi a fini par faire son petit effet, même s'il est clairement inférieur à son prédécesseur.
Niktareum citer
Niktareum
13/10/2013 15:20
note: 8/10
Ander a écrit :
Ha sinon pourquoi Ex-Arkaik pour Craig Peters, il a quitté le groupe? Oo

Ben d'après MA visiblement oui. J'en sais pas plus.

Sinon perso plus je l'écoute et plus je trouve qu'il fait jeu égal avec OWTC. J'y reviendrais même presque plus facilement.
Ander citer
Ander
13/10/2013 15:52
note: 8.5/10
Globalement d'accord' avec Nikta', l'album est très bon mais il souffre pas mal de la comparaison avec son prédécesseur quasi inattaquable! Pas mal de concessions faites à la brutalité avec des passages plus lourds, des soli qui font un peu pièce rapportée, la cover de Gorguts qui fait assez tâche (j'adore Gorguts, mais c'est clairement pas un de leurs meilleurs titres), une basse nettement moins présente et mélodique, ces putains d'interludes qui cassent le rythme...

Mais en dehors de ça je prends un pied terrible, sur les trois premiers titres notamment, et de toute façon je savais pertinemment qu'ils feraient pas mieux que Of What's To Come, et je me dis qu'à côté de certains autres groupes (Origin et Decrepit Birth pour ne pas les nommer) Deeds Of Flesh a plutôt bien commencer cette décennie.

Ha sinon pourquoi Ex-Arkaik pour Craig Peters, il a quitté le groupe? Oo

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deeds Of Flesh
Brutal Death Technique
2013 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  7.5/10
Webzines : (14)  8.24/10

plus d'infos sur
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Brutal Death Technique - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Amidst the Ruins
02.   Entranced in Decades of Psychedelic Sleep
03.   Rise of the Virvum Juggernaut
04.   Celestial Serpents
05.   Caelum Hirundines Terra / The Sky Swallows the Earth
06.   Xeno-Virus
07.   Hollow Human Husks
08.   Portals to Canaan
09.   Orphans of Sickness (Gorguts cover)

Durée : 42'23

line up
parution
11 Juin 2013

voir aussi
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Gradually Melted (EP)

1995 - Wild Rags Records
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Of What's To Come

2008 - Unique Leader Records
  

Essayez aussi
Ontogeny
Ontogeny
Pillars Of Perversion

2007 - Autoproduction
  
Infinitum
Infinitum
Behold Eradication

2008 - Slime Shaft Productions
  
Suffocation
Suffocation
Effigy Of The Forgotten

1991 - Roadrunner Records
  
Atheretic
Atheretic
Apocalyptic Nature Fury

2006 - Galy Records
  
Inimicality
Inimicality
Relics Of Disorder (Démo)

2008 - Autoproduction
  

Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique
Nuit Macabre
Perversion de Dieu (EP)
Lire la chronique