chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Grave Miasma - Odori Sepulcrorum

Chronique

Grave Miasma Odori Sepulcrorum
Il s’est fait attendre ce premier album. Cela fait aujourd’hui un tout petit peu plus de quatre ans que l’on attendait une suite à l’excellent Exalted Emanation, premier EP des Anglais de Grave Miasma sorti en 2009. Bien sur il y a bien eu entre temps le EP Realm Of Evoked Doom mais il ne s’agissait là que d’une compilation de titres plus anciens parus à l’époque où le groupe se faisait encore appeler Goat Molestör. Bref, rien de neuf à se mettre sous la dent jusqu’à ce mois de septembre 2013 qui aura vu la sortie de ce premier album intitulé Odori Sepulcrorum sur le label allemand Sepulchral Voice.

Pour l’occasion, Grave Miasma a opté pour un digipack à l’artwork particulièrement réussi et tout à fait dans l’ambiance dans laquelle souhaite nous plonger le groupe. On regrettera simplement que l’ouverture du digipack soit inversée. Problème de fabrication, souhait du groupe lui-même... Mystère, mais dans la main, c’en est presque gênant. Enfin bon, je chipote et ce n’est surtout pas le plus important.

En effet, ce qui nous intéresse ici est bel et bien le contenu de ce premier album. Huit titres dont un instrumental pour un petit peu moins de cinquante minutes d’un Death Metal toujours aussi intéressant sur le plan du feeling et de l’atmosphère qui s’en dégage.
Mon cher collègue Keyser vantait déjà les mérites de ces fameuses ambiances lors de sa chronique d’Exalted Emanation et bien rien n’a véritablement changé de ce côté là. Odori Sepulcrorum pue la mort, le souffre, la pourriture, l’humidité et la terre à pleines narines. Une ambiance menaçante qui plane telle une ombre au dessus de chaque titre et qui jamais ne s’estompe. Vous avez peur. C’est tout à fait normal. Il faut dire que le chant de C.C.O.T.N. qui, en toute simplicité se fait maintenant appeler Y., n’est pas totalement étranger à ce ressenti. Son chant grave et profond vient se poser naturellement sur la musique des Anglais. Imperturbable et plutôt monotone (malgré quelques cris hystériques ici et là), elle ne laisse absolument transparaître rien d’autre que le froid et la mort. Une voix glaciale bardée de réverb’ pour une atmosphère de caveau poussiéreux toujours aussi old school. A ce titre, le nom de l’album est donc parfaitement trouvé.

Ce travail sur les ambiances ne s’appuient par seulement sur le chant mais aussi sur deux autres éléments tout aussi importants : l’aspect rythmique et un profond travail sur les guitares. Comme pour Exalted Emanation, Grave Miasma n’a pas choisi de faire la démonstration d’une brutalité et d’une technique hors du commun. Au contraire, la musique des Anglais se veut rampante et sournoise, relevée régulièrement par quelques (légères) accélérations salvatrices qui viennent apporter un soupçon de relief à des titres plutôt longs (exception faite du bien nommé "Interlude", on oscille ici entre six et huit minutes par titre). Bien entendu, Grava Miasma n’a rien d'un groupe de Funeral Doom mais ne cherchez pas ici la rapidité dans l’exécution ni la technique dans la mise en place. Le propos du groupe n’est pas là. Bien au contraire.
Quant au travail réalisé par R. et Y. sur les guitares, celui-ci est tout à fait jubilatoire. Les riffs transpirent cette atmosphère noire et pesante par toutes les notes. Les leads et soli, a priori plus nombreux que sur Exalted Emanation, sont eux aussi habités par cette sensation étrange de mort qui flotte dans un air vicié et s’invite insidieusement par vos narines... La vie a ainsi quitté toute chose pour ne laisser place qu’à la désolation... Effrayant.

Malgré les quatre années qui séparent Exalted Emanation et Odori Sepulcrorum, Grave Miasma ne fait que reprendre là où il s’était arrêté. Beaucoup plus proche de la scène finlandaise que suédoise, la musique des Anglais s’inscrit toujours en plein revival old school mais ne doit pas être boudée par cette fausse idée de monotonie qui peut se dégager d’une écoute succincte ou partielle. Certes rampante, la musique de Grave Miasma offre néanmoins une certaine variété rythmique qui permet de ne pas sombrer dans l’ennui. Et puis de toute façon, il me semble tout à fait impossible de se laisser aller à l’ennui lorsque l’on est submergé par ces ambiances glaciales et terrifiantes qui vous forceront quoi qu’il arrive à garder l’œil ouvert.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
03/04/2014 14:34
note: 8/10
Momos a écrit : j'aurai plutôt dit l'éruption du Vésuve, soyons encore moins humains.


Teuteuteu ! Tu le vois pas sur la pochette, le Néné ? Mr Green
Momos citer
Momos
03/04/2014 14:30
note: 9/10
Ikea a écrit : Bon, ça fait que deux jours mais comme je l'ai déjà usé pas mal de fois... Un putain de disque de putain de death metal, j'en reviens pas tant ça me le fait en long en large et en travers comme trop peu souvent. La décadence pompière type grand incendie de Rome et persécution de Néron (oubliez vos satanistes à deux sous là, les Romains étaient juste au-dessus) et qui arrive à être cauchemardesque tout en proposant de la vraie bonne terrine de riffs à tartiner jusqu'à l'indigestion.

Le death metal, c'est génial.

Tu parles tellement bien, mais j'aurai plutôt dit l'éruption du Vésuve, soyons encore moins humains.

Ah, et j'avais oublié de le noter lui. C'est fait.
Ikea citer
Ikea
03/04/2014 09:34
note: 8/10
Bon, ça fait que deux jours mais comme je l'ai déjà usé pas mal de fois... Un putain de disque de putain de death metal, j'en reviens pas tant ça me le fait en long en large et en travers comme trop peu souvent. La décadence pompière type grand incendie de Rome et persécution de Néron (oubliez vos satanistes à deux sous là, les Romains étaient juste au-dessus) et qui arrive à être cauchemardesque tout en proposant de la vraie bonne terrine de riffs à tartiner jusqu'à l'indigestion.

Le death metal, c'est génial.
Keyser citer
Keyser
06/11/2013 09:48
note: 5/10
KPM a écrit : Je profite de la chronique pour préciser que Cruciamentum N'A PAS SPLITTÉ, ils ont clarifié la situation une fois pour toute sur les réseaux sociaux.

Ils ont pas très bien communiqué là-dessus faut dire. Dan devait partir aux USA, ce n'est plus d'actualité donc? Tant mieux en tout cas, je préfère Cruciamentum à Grave Miasma. Plus grosses balloches ET ambiance dark.
KPM citer
KPM
06/11/2013 09:34
Je profite de la chronique pour préciser que Cruciamentum N'A PAS SPLITTÉ, ils ont clarifié la situation une fois pour toute sur les réseaux sociaux.
Keyser citer
Keyser
06/11/2013 09:27
note: 5/10
Après l'avoir écouté 2-3 fois, je ne pense pas y retourner. J'avais bien aimé l'EP mais là, ça passe beaucoup moins bien. C'est trop long, trop répétitif et surtout trop mou. En plus, je trouve les riffs assez fades par rapport à l'EP qui arrivait à me faire frissonner. Là je m'ennuis ferme tout du long sauf sur le morceau où ça blastouille un peu. Bref, déçu.
KPM citer
KPM
23/10/2013 12:24
Le genre de cd que tu veux accrocher à ton mur dans un beau cadre, comme ça tu vois plus qu'il s'ouvre à l'envers.

Faut que je le réécoute une paire de fois pour continuer sur ma très bonne première impression.
AxGxB citer
AxGxB
23/10/2013 12:08
note: 8.5/10
Ouais il est beau, mais du coup quand tu tiens l'album face à toi, il s'ouvre à l'envers. Bref, un détail Mr Green
gulo gulo citer
gulo gulo
23/10/2013 10:15
note: 9/10
Je pense que c'est un choix, le digi Profound Lore est inversé aussi. Quant à moi j'aime bien, surtout qu'il est trës beau.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Grave Miasma
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (12)  8.08/10
Webzines : (14)  8.25/10

plus d'infos sur
Grave Miasma
Grave Miasma
Death Metal - 2006 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Death's Meditative Trance
02.   Ascension Eye
03.   Ovation To A Thousand Lost Reveries
04.   έσχατος
05.   Odoratus Sepulcrorum
06.   Interlude
07.   Seven Coils
08.   Ossuary

Durée : 48:42

line up
  • Y / Chant, Guitare
  • R / Guitare, Chant
  • A / Basse
  • D / Batterie

parution
13 Septembre 2013

voir aussi
Grave Miasma
Grave Miasma
Exalted Emanation (EP)

2009 - Sepulchral Voice Records
  
Grave Miasma
Grave Miasma
Endless Pilgrimage (EP)

2016 - Sepulchral Voice Records
  

Essayez aussi
Bone Gnawer
Bone Gnawer
Feast Of Flesh

2009 - Pulverised Records
  
Witchrist
Witchrist
Curses Of Annihilation (Compil.)

2009 - Crush Until Madness
  
Hypocrisy
Hypocrisy
Hell Over Sofia (DVD)
(20 Years of Chaos and Confusion)

2011 - Nuclear Blast Records
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
Those Once Loyal

2005 - Metal Blade Records
  
Taphos
Taphos
Demo MMXVI (Démo)

2016 - Autoproduction
  

Akercocke
Renaissance in Extremis
Lire la chronique
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique