chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nocturnal Depression - L'Isolement

Chronique

Nocturnal Depression L'Isolement (EP)
Avantgarde Music, le label italien le plus important dans le black, est connu et respecté pour avoir signé des groupes aussi variés que CARPATHIAN FOREST, BEHEMOTH, SHINING, NORTT, KVIST ou NIGHTBRINGER. Il a proposé une palette variée et souvent de qualité en s’intéressant aussi bien à des groupes déjà cultes que d’autres encore jeunes qu’il a bien aidés. Il ne se fixe aucune limite et n’hésite pas non plus à varier les formats, sortant également des EP en cassette, CD ou vinyle. En 2013, il a ainsi présenté un 2 titres de 10 minutes d’ABIGOR, un 4 titres de 54 minutes des tout neufs THACLTHI, et le 4 titres de 26 minutes des Français de NOCTURNAL DEPRESSION sur lequel nous allons nous pencher en détails maintenant.

Tout d’abord, rappelons que ce groupe fêtera ses 10 ans d’existence en 2014, et qu’il est l’un des plus actifs de l’Hexagone évoluant dans le black metal (à l’origine) dépressif. On lui doit 4 albums officiels sortis en 2006, 2007, 2008 et 2010, ainsi qu’un « faux » 5ème sorti en 2011 qui voyait sa première demo réenregistrée et réarrangée. Il faut ajouter à tout cela un bon nombre de splits, avec FUNERAL RIP, WEDARD, BENIGHTED IN SODOM, DEATHROW, KAISERREICH, ACEDI, GRIMLAIR, BLACK HATE et BLODARV. Bref, le groupe n’a jamais été en panne d’inspiration.

Mais l’on peut se demander si cela va continuer vu l’important changement dans le lineup : la défection de Herr Suizid, l’une des deux figures importantes du groupe . Il s’était occupé de tous les instruments sur certaines sorties entre 2004 et 2011. Il laisse ainsi l’unique fondateur survivant Lord Lokhraed (AGHONE) poursuivre le chemin avec deux nouvelles recrues : V, un Danois connu pour avoir participé également à MYRD, ANGANTYR et MAKE A CHANGE… KILL YOURSELF et un guitariste français répondant au pseudo de Avskrius. Le trio livre là sa première sortie sous cette mouture et ma foi, ça passe assez bien même s’il est difficile de juger avec seulement deux nouveaux titres. Oui deux, puisque sur les 4 proposés la moitié sont des reprises de FORGOTTEN TOMB (un titre mélangeant « Disheartenment » et « Love’s Burial Ground ») et de NARGAROTH (« Seven Tears are Flowing Into the River »). Le choix n’étonnera pas grand monde puisque c’était déjà ces deux formations qui avaient été choisies en 2005 sur la demo Soundtrack for a Suicide. On y trouvait « Springtime Depression » en version instrumentale et « Manchmal Wenn Sie Schläft ». Alors en 2013, on reprend les mêmes, peut-être pour indiquer que « non, non, rien n’a changé ! ».

Alors concernant la qualité de ces deux reprises, on regrettera d’abord qu’elles sont trop fidèles aux originales comme 90% des cas. Je ne sais pas pour vous, mais personnellement j’ai toujours envie qu’une reprise soit jouée à la façon de celui qui reprend. J’ai envie de sentir un message du style : « Nous sommes un grand groupe et voilà comment nous, nous aurions joué ce morceau ! ». Là, NOCTURNAL DEPRESSION nous susurre simplement : « Nous sommes des musiciens fans de NARGAROTH , en voici un hommage ». C’est vraiment dommage que le seul changement effectué vienne de la durée ! Au lieu de faire quinze minutes comme l’original, la version des Français n’en fait plus que six. Ceci dit il y a tout de même deux intérêts à ces reprises. Le premier est de donner envie de ressortir les originaux, trouvables sur les albums Songs to Leave / Love’s Burial Ground pour FORGOTTEN TOMB (2004) et Black Metal ist Krieg pour NARGAROTH (2001). Le deuxième est de remplir un peu l’EP et d’éviter de se retrouver avec seulement deux titres. Car aussi nouveaux soient-ils, ils ne cumulent que 12 minutes à tout casser.

Ces deux nouveautés sont donc « L’Isolement » et « Beskidt Og Forladt ». Premier constat, la langue choisie pour les titres. Alors que l’anglais primait récemment chez NOCTURNAL DEPRESSION, c’est le français et le danois (pour « Sale et Abandonné ») qui ont été retenus, comme un reflet de la nationalité des membres actuels de la formation. Mais si le langage est différent, les ambiances sont quant à elles similaires. On a effectivement une pensée pour les groupes fétiches et en priorité à NARGAROTH car les ambiances dépressives se font encore plus rares au profit de la mélancolie. Les guitares envoient des mélodies trop claires pour être déprimantes comme du FORGOTTEN TOMB, et le résultat s’approche finalement fortement de ce que font les autres Français de MORTIFERA. Encore un tout petit peu plus de clarté et l’on pensait carrément à CELESTIA. Il est en tous cas devenu difficile de classer NOCTURNAL DEPRESSION dans le clan des pleureuses et même le nom du groupe est devenu une publicité mensongère. Le groupe a repris des couleurs et l’envie de vivre - ou de survivre - est palpable. Ce n’est plus « la nuit », mais « l’aube »… Alors attention ce n’est pas nécessairement un mal, d’autant que les émotions sont bien présentes, mais en connaissant le passé du groupe, on pouvait espérer plus de noirceur et de mélancolie encore. On entrevoit donc la lumière d’un soleil qui se lève, mais nous avons encore les pieds dans l’obscurité. Chacun des deux titres parvient à nous toucher au cœur et à maintenir l’attention.

Un petit EP qui donne l’eau à la bouche finalement, laissant prévoir un album de qualité. Un poil de noirceur en plus, du niveau de la première partie de « L’Isolement » et ce sera excellent.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nocturnal Depression
Black Mélancolique
2013 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nocturnal Depression
Nocturnal Depression
Black Metal en fin de dépression - 2004 - France
  

écoutez
vidéos
Teaser
Teaser
Nocturnal Depression

Extrait de "L'Isolement"
  

tracklist
01.   L'Isolement
02.   Beskidt og forladt
03.   Disheartenment/Love's Burial Ground (Forgotten Tomb cover)
04.   Seven Tears Are Flowing into the River (Nargaroth cover)

Durée : 26:00

line up
parution
29 Novembre 2013

voir aussi
Nocturnal Depression
Nocturnal Depression
Spleen Black Metal

2015 - Avantgarde Music
  

Essayez aussi
Sombre Croisade
Sombre Croisade
Litanie au mal

2012 - Mortis Humanae Productions
  
Blood Red Fog
Blood Red Fog
On Death's Wings

2014 - Saturnal Records
  
Asyndess
Asyndess
L'Accomplissement

2002 - Sacral Productions
  
Mystic Forest
Mystic Forest
In the End...

2012 - Deus Ex Machina Division
  
Ostots
Ostots
Ezer ezaren araztasuna

2017 - Altare Productions
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique