chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Tiil Sum - In Articulo Mortis

Chronique

Tiil Sum In Articulo Mortis
Je ne vais pas reparler longuement des étiquettes, Ikea en a déjà touché un mot dans sa chro de OOZING WOUND et finalement elles ne sont là que pour attirer l’auditeur vers un groupe qui pourrait éventuellement l’intéresser, mais j’ai tout de même un petit coup de gueule à passer ! Il y a une différence entre le black dépressif et le black misanthropique ! Alors c’est vrai que l’un et l’autre sont très souvent l’œuvre d’un homme seul, et c’est vrai que musicalement on retrouve des ambiances liées au désespoir, mais voilà, elles ne sont pas traitées de la même manière. Mais si, c’est flagrant ! Le premier inspire le chagrin et l’envie d’en finir avec notre vie misérable alors que le second est encore vivant, empli de haine et de déception de notre société. En une formule bidon, le dépressif, c’est le misanthrope qui a perdu la bataille…

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement ? Comment cela se manifeste et permet de séparer chacun de ces deux sous-genres ? Sûrement pas grâce à la musique en elle-même vu qu’on y retrouve les mélodies mélancoliques et un rythme qui ralentit fréquemment. Non, en fait ce sont principalement et presque uniquement les vocaux qui vont déterminer l’étiquette. Les cris du black misanthropique ne sont pas pleureurs pour un sou, mais torturés, violents, chargés d’envie de vengeance et donc bien plus vivants. Le rendu et les émotions procurées sont bien différents !

Alors où se situe TIIL SUM dans tout ça ? Eh bien justement, il parvient à faire une jonction idéale entre les deux. Demiurg, le seul et unique membre du projet, joue sur les deux tableaux en même temps en faisant appel à une large palette de timbres vocaux et donc de sensations. Il passe de la misanthropie à la dépression au sein même d’un seul morceau. Il peut ainsi hurler en polonais une rage qui vient égaler celles des cultissimes BRANIKALD, ARYAN ART ou LUTOMYSL. Lorsque c’est le cas, il est difficile de résister à l’envie d’envoyer bouler toute l’humanité pour se retrancher au fond de sa grotte préférée. On peut penser alors à STRIBORG dans le sens où le ressenti prend le pas sur la technique ou la « beauté » musicale en elle-même. Mais à côté de ce chant, on en trouve d’autres plus touchants, presque pleurnicheurs et désespérés, qui laissent entrevoir des passages d’abattement de leur géniteur.

Les 6 titres jouent avec aisance et efficacité sur ces changements d’ambiances, qui ne sont pas contradictoires mais complémentaires. On comprend que notre homme est perturbé et déçu par l’humanité. Sa musique nous pénètre et nous emplit d’images très claires. C'est un personnage qui veut se défaire de cette société qu’il ne peut plus supporter et part se réfugier dans des lieux ruraux comme en témoignent samples de cris de corbeaux et cloches d’église. Mais il a beau pouvoir fuir ses pairs, il n’en reste pas moins lui aussi un membre et ne peut pas se défaire se sa propre condition. Et ce fait lui est difficile à surmonter... Pardon ? Je fais des descriptions mystiques pour présenter un album ? Oui, mais c’est bien la preuve que ces 37 minutes sont parvenues à me transporter, à me faire adhérer à cette histoire peut-être banale mais racontée avec justesse. Ce sont ces émotions que j’aime retrouver dans le black.

Du coup, même si la formule n’est pas nouvelle et que l'on peut comparer certains passages avec des groupes reconnus (DRUDKH également) je suis tombé sous le charme de ce black misanthropique à tendances dépressives. Il est froid, mélancolique et prenant et particulièrement conseillé à ceux qui aiment les petits groupes qui jouent plus avec leur âme qu’avec leurs doigts de musiciens. Le morceau "..." est excellent avec ses nombreux changements de rythme et des déclamations bien senties en son milieu. Je suis persuadé que cet album tournera encore pas mal chez moi !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
19/01/2014 19:43
Tu peux par exemple le contacter directement ici :
tiilsum[at]wp.pl
Tu as aussi le facebook :
https://www.facebook.com/TiilSum?fref=ts
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
07/02/2014 03:01
Je n'ai écouté que l'extrait et ça me plaît déjà beaucoup. Le timbre de voix est spécial mais ça a son effet. Une bonne découverte, merci Sakrifiss, merci Thrasho.

Par contre, vous savez où on peut l'acheter ?
Sakrifiss citer
Sakrifiss
24/11/2013 09:48
J'ai été contacté par Demiurg après cette chro, qui me signalait que c'était la pemière qu'il voyait, sur tout le net...
Et c'est vrai que j'ai enchainé 3 albums peu ou pas chroniqués ailleurs ! Vive Thrasho tout de même ! ^^
Fra Hedensk Ti, Tiil Sum, Breizh Occult !

Et d'autres arrivent.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tiil Sum
Black misanthropique à tendances dépressives
2013 - Dark Omens Production
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Tiil Sum
Tiil Sum
Black misanthropique à tendances dépressives - 2011 - Pologne
  

écoutez
tracklist
01.   Nadchodzi Noc
02.   Opłyń mnie, ciemny lesie
03.   ...
04.   Płacz mój żałobny
05.   W ciemności
06.   Turpizm

Durée : 37:32

line up
parution
6 Juin 2013

Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique