chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Woods Of Desolation - As The Stars

Chronique

Woods Of Desolation As The Stars
Porté par son compositeur et fondateur D., Woods Of Desolation est devenu l‘un des groupes de black metal incontournable de la scène australienne (et a fortiori du black metal dépressif). Le deuxième album Torn Beyond Reason aura changé la donne. Encensé à sa sortie (2011), la signature chez Northern Silence et l’arrivée de l’ex-Austere Tim Yatras (Sorrow) n’y sont évidemment pas étrangères. Un nouveau duo malheureusement encore instable, Tim partira se consacrer à son groupe de post-black/shoegaze Germ. D. (à la guitare) décide alors de ne recruter que des musiciens de session pour son nouvel opus As The Stars. Old (Drohtnung, ex-Wardaemonic) qui avait déjà participé à une démo et un split de Woods Of Desolation (sous le pseudonyme Thrydwulf), se charge des vocaux. Luke Mills (Drowning The Light, Nazxul, Pestilential Shadows) récupère la basse. Quant à la batterie, il s’agit ni plus ni moins que de Vlad (Drudkh).

Décriée, la transition des débuts « raw black » vers le deuxième album de Woods Of Desolation aura clairement été abrupte. D. délaisse cette fois la production (trop ?) imposante et claire de Torn Beyond Reason pour revenir vers un son plus « rudimentaire » (black metal en somme) des premières œuvres. Le mixage remet ainsi en valeur les guitares saturées pour placer les vocaux et la batterie en retrait, à la manière d’accompagnements. La musique semble ainsi plus intimiste mais garde cet aspect « accessible » (loin de Toward The Depths et Sorh donc). Le musicien gomme les quelques longueurs qui faisaient défauts, il raccourcit ses titres (une moyenne de 5 minutes) pour capter l’attention mais aussi contenir cette intensité émotive dégagée. On sentait déjà l’appétence pour le post-rock (Explosions In The Sky comme principale référence) sur les précédentes œuvres, cette fois elle devient plus qu’explicite. Point d’expérimentations et de morceaux de plus de 10 minutes, il ne reprend que les tremoli « aériens » sous effets « delay » (et « reverb ») inhérent au genre. Le pattern de composition est aussi utilisé tout le long d’As The Stars : une montée en puissance crescendo pour pleinement imploser en fin de titre. Des structures certes très élémentaires sur le papier mais à l’efficience incommensurable... D. tel un perfectionniste, a recherché pour chacun de ses titres « le riff » simple à la fois entêtant et bouleversant.

Là où Torn Beyond Reason grattait au fur et à mesure votre barrière émotionnelle, bien que solide, celle-ci volera en éclat en quelques secondes à l’arrivée du break. Sous une thématique de l’automne, le processus cathartique débutera dès l’ouverture « Like Falling Leaves ». Et dire que Woods Of Desolation vient de Sidney… Contrairement aux groupes post-rock majoritairement instrumentaux, le socle black metal et des vocaux sont présents. De facto les hurlements déchirants et sincères d’Old servent de coefficient multiplicateur à ces riffs « chocs ». « Like Falling Leaves », « Unfold », « And If All The Stars Faded Away » (aux relents d’un Bergtatt d’Ulver) ou « This Autumn Light » ne vous laisseront pas indemnes. Le serrement de cœur est inéluctable. L’étiquette « dépressive » semble peut-être exagérée, cette « dépression saisonnière » demeure nuancée. La première partie d’As The Stars contraste entre solitude et chagrin sur fond nostalgique (lamentations d’Old, riffs plombants et batterie plus martiale) puis une deuxième plus « lumineuse » et « positive » (passages aériens d’avantage ancrés post-rock).

Les pulsations de Vlad suivent eux la simplicité des compositions de D. Un jeu de batterie carré et sans surenchère qui démontrera sa vélocité sur les passages soutenus. Le mixage ne le mettra pas réellement en valeur, effaçant l’instrument. Le son de grosse caisse et les subtilités des frappes étant difficilement audibles (pourtant bien présents après écoutes minutieuses). L’album se termine après seulement 34 minutes d’ivresse. Court pour le genre pratiqué… Un titre ou deux en plus n’aurait pas été de refus suite au splendide final « Ad Infinitum » (quelle introduction…). La note maximale s’éloigne de peu… Après quatre morceaux transcendants, on regrettera certainement la légère « cassure » sur « Anamnesis » (encore un clin d’œil à Katatonia) qui refermera sommairement la plaie. L’excellence demeure malgré tout.

Véritable fresque d’automne, As The Stars est une balade à travers les allées d’un parc un jour de novembre. Pas à pas, à mesure que le décor extérieur défile, certains souvenirs et émotions enfouies refont surface. Le rempart contre le chagrin se fissure peu à peu. A l’image des feuilles perdant leur chlorophylle et changeant de couleur, notre humeur, elle, se mue entre tristesse et joie. Woods Of Desolation revient ainsi à l’authenticité de ses débuts et ira la marier à l’efficience (affinée) de Torn Beyond Reason. Le rendu final est exceptionnel. La magie de la première fois est toujours intacte malgré plusieurs écoutes quotidiennes depuis la réception de l’album (fin novembre). Les signes ne trompent pas, As The Stars est un bijou de mélancolie.

« Les sanglots longs
Des violons
De l'automne
Blessent mon cœur
D'une langueur
Monotone.

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Et je m'en vais
Au vent mauvais
Qui m'emporte
Deçà, delà,
Pareil à la
Feuille morte. »

« Chanson d'automne », Paul Verlaine

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Jotun35 citer
Jotun35
25/02/2014 17:44
Ouaip, commandé également! Niveau BM on peut dire que 2014 à bien commencé entre cet album, le Kampfar et Behemoth qui renoue un peu plus avec ses racines black metal (tout en restant clairement death metal, nous sommes bien d'accord).
Mitch citer
Mitch
24/02/2014 09:59
note: 9/10
oceancloud a écrit : Merci Mitch pour la découverte!
"Un bijou de mélancolie", on ne pouvait pas mieux le décrire. Les mélodies sont juste superbes entre post-rock et shoegaze...ça file des frissons et ça se grave dans le crane instantanément.
2014 commence bien.


Mais de rien cher collègue ! Clin d'oeil
oceancloud citer
oceancloud
24/02/2014 09:43
note: 9/10
Merci Mitch pour la découverte!
"Un bijou de mélancolie", on ne pouvait pas mieux le décrire. Les mélodies sont juste superbes entre post-rock et shoegaze...ça file des frissons et ça se grave dans le crane instantanément.
2014 commence bien.
Mitch citer
Mitch
19/01/2014 23:41
note: 9/10
Ecoutable en entier ici.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Woods Of Desolation
Black Metal dépressif
2014 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  8.9/10
Webzines : (15)  7.48/10

plus d'infos sur
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Black Metal dépressif - 2005 - Australie
  

tracklist
01.   Like Falling Leaves
02.   Unfold
03.   And If All the Stars Faded Away
04.   This Autumn Light
05.   Anamnesis
06.   Withering Field
07.   Ad Infinitum

Durée : 34:43

line up
parution
14 Février 2014

voir aussi
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Toward The Depths

2008 - Hammer Of Damnation
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Torn Beyond Reason

2011 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Vanhelga
Vanhelga
Längtan

2014 - Art of Propaganda
  
Kanashimi / Happy Days
Kanashimi / Happy Days
The Great Depression II (Split-CD)

2014 - Zero Dimensional Records
  
Shining
Shining
IV - The Eerie Cold

2005 - Avantgarde Music
  
Vardan
Vardan
Enjoy of Deep Sadness

2014 - Moribund Records
  
Nihill
Nihill
Krach

2007 - Monumentum Records
  

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique