chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Smothered - The Inevitable End

Chronique

Smothered The Inevitable End
La Suède est un pays décidément bien fier de son héritage. Nombreux sont en effet les groupes qui depuis la moitié des années 90 vivent sur les fondations de ce qu'ont réussi à bâtir quelques jeunes chevelus insouciants mais alors particulièrement inspirés. Je ne vais pas vous refaire un cours d'Histoire mais si je vous dis ça aujourd'hui c'est bien entendu parce que rien n'a vraiment changé et que la scène Death Metal scandinave continue de se nourrir avidement de choses qui ont été faites il y a maintenant plus de vingt ans. Un éternel recommencement, sans l'excitation des débuts, quoi que...
Toujours est-il que sur le papier, Smothered n'est finalement rien de plus qu'un énième groupe de Death Metal supplémentaire aux textes (encore) inspirés par Lovecraft avec pour seule ambition de ressembler le plus possible à l'un des quatre du big four suédois. À ce stade, vous devez certainement être en train de vous dire que tout ceci est plutôt mal engagé et qu'il vaudrait mieux arrêter votre lecture ici. Toutefois, n'allez pas trop vite en besogne...

Formé à Stockholm en 2009, Smothered accouche trois ans plus tard d'une première démo qui, très vite, suscitera l'intérêt du label Soulseller qui proposera alors aux quatre suédois de sortir leur premier album. Paru il y tout juste quelques semaines, The Inevitable End reprend ainsi le chemin de ses aînés et notamment l'un des plus fameux et aujourd'hui disparu, les regrettés Dismember.

Par où commencer? La production "over the top" et exagérément calquée sur celle des Sunlight studios (l'album a été enregistré au Necromorbus studio)? Le riffing en mode bûcheron de l'apocalypse? Le growl gras et profond de Stoffe Eriksson? Le petit côté mélodique totalement assumé? Bref, tout, absolument tout, rappelle ici le meilleur de Dismember. Un hommage en forme de plagiat que Smothered semble pourtant assumer les doigts dans le nez avec l'air totalement décontracté. Alors ouais, c'est bien cool tout ça sauf qu'avec une telle formule le groupe risque de se fermer quelques portes, notamment celles des auditeurs les plus sélectifs qui savent depuis déjà plusieurs années se contenter des quelques albums d'Entombed, Dismember, Unleashed et Grave lorsqu'ils leur faut leur dose de Swedeath. Car en effet, pour l'originalité et la personnalité, on repassera...
Mais si ce point ne constitue pas pour vous un obstacle majeur, alors vous devriez pouvoir passer un excellent moment à l'écoute de The Inevitable End qui, dans le genre Dismember worship est probablement ce qui se fait de mieux aujourd'hui (les Tchèques de Brutally Deceased ne sont pas bien loin non plus). Alors que l'on pourrait s'interroger au sujet de cette production particulièrement musclée qui, finalement, pourrait servir de leurre pour compenser une certaine pauvreté dans les riffs, et bien sachez qu'il n'en est rien. À ce petit jeu là, Smothered s'en sort plutôt bien et on se surprend même très vite à taper du pied et à headbanger copieusement face à une tripotée de riffs gras et finalement plutôt inspirés ("Dead But Dreaming", "Sovereign", "Re-Animated", "The Crawling Chaos", "Green River Anthem"...) pour un groupe en mode copie-carbone. Même constat au sujet des quelques leads et autres solos qui savent également se montrer convaincants, offrant au passage une légère couche de mélodie bienvenue à ce Swedeath tout en calories. À la manière d'un Bloodbath à qui Smothered ressemble également beaucoup, les Suédois font preuve d'un sens de l'efficacité des plus redoutables, ne levant que très rarement le pied, enchaînants les riffs hyper proteinés auxquels vient s'ajouter une section rythmique qui cogne lorsqu'il faut cogner (le plus souvent donc) mais qui n'en oublie pas pour autant la notion de groove. Un groove présent du début à la fin et qui rend The Inevitable End plutôt accrocheur et cela, dès les premières mesures. Alors oui, j'aurai pu rentrer davantage dans les détails mais quel intérêt? La musique de Smothered est cousue de fil blanc depuis les premières secondes de "The Ritual".

Finalement, arrivé à la conclusion de ce premier album, le seul défaut qui vient évidemment à l'esprit est le manque de personnalité évident de Smothered. Une identité des plus minces, faisant des Suédois un clone à l'intérêt plutôt limité puisque destiné aux seuls amateurs de Swedeath. Ce défaut, plus ou moins gênant en fonction de chacun, est finalement contrebalancé par la force brute d'un premier album où l'efficacité de l'instant prime sur tout le reste. De fait, The Inevitable End ne fera jamais date dans l'histoire du Death Metal mais peu importe car le plaisir, aussi éphémère soit-il, est bien au rendez-vous.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
15/12/2017 15:42
note: 8/10
Un bon album de Swedeath passé malheureusement trop inaperçu, c'est dommage car musicalement c'est certes très basique mais les compos sont efficaces, bien jouées et donnent une furieuse envie de bouger ! Dommage que le groupe soit plus ou moins à l'arrêt ...
Niktareum citer
Niktareum
25/01/2014 16:15
Effectivement très très classique et déjà entendu mais avec une telle efficacité, à l'instar du dernier Entrails, moi aussi j'adhère.
Invité citer
Darkmorue
25/01/2014 15:08
Peut-être mon album de 2013, rien entendu de plus efficace en Death Metal depuis Resurrection Through Carnage, personnalité ou pas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Smothered
Death Metal
2013 - Soulseller Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  7.5/10
Webzines : (9)  7.84/10

plus d'infos sur
Smothered
Smothered
Death Metal - 2009 - Suède
  

tracklist
01.   The Ritual
02.   Dead But Dreaming
03.   Sovereign
04.   Re-Animated
05.   No One Left To Kill
06.   The Crawling Chaos
07.   Phlegethon
08.   Madness Take Me
09.   Green River Anthem
10.   The Inevitable End

Durée : 40:59

line up
parution
6 Décembre 2013

Essayez aussi
The Chasm
The Chasm
The Spell Of Retribution

2004 - Wicked World
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
...For Victory

1994 - Earache Records
  
Sinister
Sinister
Legacy Of Ashes

2010 - Massacre Records
  
Vader
Vader
XXV (Compil.)

2008 - Regain Records
  
War Master
War Master
Pyramid Of The Necropolis

2011 - Rescued From Life Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique