chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
67 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Moloth - Сага о чёрном марше

Chronique

Moloth Сага о чёрном марше
(The Black March Saga)

Fin 2013… La France se questionne et sombre dans la peur avec « l’affaire Dieudonné ». La quenelle serait un salut nazi à l’envers, son créateur un antisémite diabolique, ses spectacles des meetings politiques appelant à la haine… Les insultes fusent alors et des menaces sont mises en application dont l’interdiction pour l’intéressé de donner son spectacle…

Et pendant ce temps-là, le black NS ? Bah il est pénard pépère, pourtant bien plus assumé en tant que « nazi, antisémite et haineux », il est trouvable facilement et sans risque de représailles. En 2013, on se souviendra ainsi de groupes se réclamant du style tels qu’ARMAGGEDON en France, BILSKIRNIR en Allemagne et donc MOLOTH, qui nous intéresse ici, en Russie. Trois formations au style différent réunies sous cette appellation NSBM qui ne veut pas dire grand-chose. Seuls la thématique et le concept permettent de faire un lien entre elles et il est donc difficile de dire « J’aime (ou je n’aime pas) le NSBM » pour des raisons autres que conceptuelles ou morales.

Et encore, il faut essayer de relativiser et comprendre que beaucoup des groupes « nauséabonds » qui regrettent « les heures les plus sombres de notre histoire » ne sont que provocateurs. Ils vous répondront que le black se doit d’être une incarnation du mal et que rien n’est plus evil que les nazis, vilains parmi les vilains. C’est une imagerie qui remplace souvent celle de Satan Tout Méchant et ses enfers dans lesquels les groupes ne croient bien évidemment pas… Donc, cette attitude peut être discutable, mais être choqué fait souvent le jeu du groupe. Enfin, arrêtons-là et concentrons-nous sur la musique de ceux qui sont en haut du panier, aux côtés de WOLFNACHT, LEGION OF DOOM, HOLDAAR et SONS OF NORTH : c'est-à-dire MOLOTH. Formé en 2002, il a sorti une bombe en 2004, un By the Wing of Black qui était très imbibé de punk et époustouflant d’énergie et de coups de pied dans la face. Il avait eu son petit succès, à tel point qu’il avait été suivi d’une version live en 2006 (Sturm) et de la réédition de la version demo en 2010 (Scent of Blood / Rehearsal 2003 A.B.). Mais alors qu’on attendait une suite dans la même veine, le deuxième album en 2009 avait apporté quelques nouveautés, dont principalement des incursions pagan inspirées par TEMNOZOR. Il y avait encore du talent, mais beaucoup moins de punch pour plus d’ambiances. Il avait été suivi en 2011 d’un split avec NEZHEGOL un peu décevant à cause de vocaux beaucoup moins impliqués, avec beaucoup moins d’émotions. Ils étaient l’œuvre d’un chanteur (Kiborg) venant du rac (membre de BAD TO THE BONEHEAD et MARGINAL 282) qui ne collait pas au style MOLOTH.

Et la bonne nouvelle du troisième album qui vient de paraître c’est qu’il n’est plus là. Il a été remplacé par Aleksandr, de NEZHEGOL justement, le groupe qui signait la deuxième partie du split cité plus haut. Et là on retrouve de l’énergie et des sentiments pour un plaisir complet. Pas seulement grâce à lui d’ailleurs, mais aussi au deuxième chanteur, Aleksey et à la fusion de leurs timbres, l’une des grandes réussites de l’album tant la symbiose est miraculeuse. L’un qui hurle et piaille de douleur comme un chien malmené, l’autre qui chante « à la slave », typé TEMNOZOR, et donne envie de regarder au loin. Les deux hommes sont possédés et parviennent à transmettre des émotions fortes, aussi bien quand ils prennent le micro à tour de rôle que lorsqu’ils superposent leurs voix. Zizi tout dur et tension à son comble sont au programme.

Et le plus merveilleux, c’est que la musique suit. MOLOTH parvient à mêler toutes les ambiances qu’il avait testées jusqu’à maintenant, et avec une efficacité maximale. Il délivre alors un black très rac avec des incrustations pagan burnées et des riffs heavy jouissifs. Le mélange improbable est destructeur et toutes les compositions parviennent à retenir l’attention le long de l’heure de jeu. 56 minutes précisément, composées de 8 morceaux accompagnés d’intermèdes. Ces derniers n’étaient pas vraiment indispensables, mais ils ont l’avantage de nous nous faire récupérer entre deux déflagrations. On y entend des samples (vagues, vent, discours enflammés par un Allemand célèbre…), des chants patriotiques ou encore des déclamations, à la manière d’ARYAN ART.

Sinon tous les titres se valent et sont irrésistibles. Ils contiennent force, puissance mais aussi mélancolie et tourmente, tout ce qu’il faut pour tomber sous le charme. Une grosse préférence pour « Tears of Autumn » qui revêt un bon côté tragique. À noter que « And Still It Will Be So » était déjà présent sur le précédent album mais qu’il a été amélioré et prouve bien la progression du groupe, sa maîtrise de son style. Et s’il faut faire un petit reproche, ce serait à propos du dernier morceau de 12 minutes qui est en fait un condensé de MOLOTH. Il reprend en fait tous les ingrédients du groupe comme pour en faire une carte de visite. Il commence par les déclamations sur fond de piano, puis enchaine avec du pagan doux et mélancolique, les différents vocaux font chacun leur petit show et les parties punk arrivent avant l’explosion finale. Le titre est très bon, mais il s’incruste un peu mal après le reste et aurait été mieux sur un EP.

MOLOTH sort un album excellent de qualité et personnel. Il est moins direct que le premier album et sans doute légèrement moins bon malgré sa palette de variations, mais il dépasse les autres sorties.

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
25/01/2014 16:34
Que je suis content de voir ce disque chroniqué ici, et avec brio. Pour moi un sommet dans leur discographie, peut-être un peu trop chargé en atmosphères, mais les parties violentes sont très bonnes.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
25/01/2014 00:19
note: 9/10
Si ça ne marche pas c'est qu'il doit être bloqué en France. Youtube France fait ce genre de coupe...
Il faudrait que je trouve une aure source. Je verrai ça en cherchant un lien d'un autre site que Youtube mais comme je suis à l'étranger impossible de vérifier si le lien marche en France.
Funky Globe citer
Funky Globe
24/01/2014 17:49
Je crains que le lien ne fonctionne pas...
citer
(ancien membre)
24/01/2014 14:35
Je checkais un live de Temnozor l'autre jour, le chanteur c'est le frère jumeaux de Poutine Clin d'oeil et un noir nazi je trouve ça antinomique.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
24/01/2014 08:00
note: 9/10
La musique vaut mieux que les discours alors hop, écoutez le morceau proposé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Moloth
Black rac pagan
2013 - Lost Reich
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  9.25/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Moloth
Moloth
Black rac pagan - 2003 - Russie
  

tracklist
01.   Знамёна ввысь! (Die Fahne hoch!)
02.   ...
03.   Гула горн (Gjallarhorn)
04.   ...
05.   Родина-мать расы (Patria)
06.   ...
07.   Знак эйнхерия (Einherjar Sign)
08.   ...
09.   Слёзы осени (Tears of the Autumn)
10.   ...
11.   Мужество ведёт на небеса (Courage Leads to Heavens)
12.   ...
13.   И всё же будет так (And Still It Will Be So)
14.   Всадник с копьем ледяным (Horseman with Icecold Spear)

Durée : 56:28

line up
parution
20 Novembre 2013

voir aussi
Moloth
Moloth
By the Wing of Black

2004 - Stellar Winter Records
  

Essayez aussi
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Memoria Vetusta III
(Saturnian Poetry)

2014 - Debemur Morti Productions
  
Primordial
Primordial
Redemption At The Puritan's Hand

2011 - Metal Blade
  
Himinbjorg
Himinbjorg
Wyrd

2015 - Osmose Productions
  
Graveland
Graveland
Thousand Swords

1995 - No Colours Records
  
Wodensthrone
Wodensthrone
Curse

2012 - Candlelight Records
  

Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique