chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wreck of the Hesperus - Light Rotting Out

Chronique

Wreck of the Hesperus Light Rotting Out
…Comment ? Si les histoires de Lovecraft me font encore peur aujourd’hui ? C’est vrai, il y a eu trop d’imitations, de détournements, d’humour faits sur son œuvre… J’apprécie toujours relire mon exemplaire de « La couleur tombée du ciel » ou voir un film d’horreur avec Jeffrey Combs mais le plaisir est autre, moins porté sur l’angoisse. C’est peut-être pour cette raison que le metal inspiré par l’écrivain me laisse souvent froid, à quelques exceptions près. Ça tombe bien, Wreck of the Hesperus en est une et j’ai justement une chronique d’un de leurs albums à écrire !

Merci d’avoir posé la question car, en effet, ces Irlandais bons pour l’H.P. sont de ceux maniant l’occulte et le dégueulasse comme d’autres la glaise et ce, dès leur début. La différence entre ce deuxième album et celui qui le précède se situe dans le fait qu’on pense moins à une bande de déglingués dotée d’un bon batteur de free jazz (a.k.a. The Sunken Threshold) et plus aux Dieux oubliés, autrefois vénérés à coup de démos et EPs – dont une partie peut se retrouver sur la compilation Terminal Eulogy – et désormais personnifiés. Wreck of the Hesperus tient sur Light Rotting Out la recette magique qui départage adorateurs et adorés, faisant habiter ces trois compositions taille maximale dans des cavernes voisines de celles d’Hesper Payne et Serpentine Path.

Le métronome rangé au placard depuis longtemps, le groupe joue son funeral comme après une sévère biture et son sludge comme le blues de monstres antiques, ventripotents et clochards, aveugles et affamés. Si The Sunken Threshold montrait déjà un potentiel par ses guitares faites de viande froide, Light Rotting Out étale un peu plus son malaise, donne ce qu’il faut de finesse aux rémolades de Wreck of the Hesperus : « Cess Pit People » par exemple, où l’ajout de voix féminines perdues dans le mix rend pervers les ruminements du colosse, par un contraste avec les crachins stridents des autres instruments. Lentes mais implacables, les compositions paraissent filer la même folie, la même existence lunaire auréolant ses membres d’une lumière pourrissante (Light Rotting Out, get it ?), rendant l’écoute semblable à celle d’un seul bloc.

Sûr, on n’est pas chez les joyeusetés riffues de Coffinworm ici ! Les Irlandais ne donnent à aucun moment la sensation de descendre à notre niveau pour nous accrocher (tant mieux), passant d’une mélodie rectiligne comme une peinture d’Egon Schiele – la pochette, au passage, me rappelle énormément le travail du peintre dans une version cadavérique – à une déconstruction méthodique des quelques fondations posées ici et là par des effets bruitistes et claviers dérangés.

Sans doute, Wreck of the Hesperus n’est pas le seul à jouer autant sur le sick et le mythologique. Pourtant, Light Rotting Out, malgré de nombreux concurrents cachant leur regard blanc sous la bure, conserve un pouvoir d’évocation assez bluffant le long de ses quarante minutes (oui c’est trop court). Donc, pour te répondre – désolé du hors-sujet –, non, Lovecraft ne me fait plus peur aujourd’hui. Mais je crois que c’est surtout parce que ses atrocités sont devenues avec le temps une partie de moi, partie avec laquelle je m’entends très bien. Apparemment, je ne suis pas le seul.
















…Ah, j’oubliais ! Je ne savais pas où le caser et eux non plus, mais « The Holy Rehum » possède un guest d’Albert Witchfinder (Reverend Bizarre entre autres). Une apparition inattendue, absurde et donc géniale que je ne pouvais que citer. C’est fait.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Aguirre
30/01/2014 18:42
J'aime bien ce groupe mais c'est les débuts que je préfère.

En passant, pour les amateur de Doom gras copulant avec le Death putride:

http://fuocofatuo.bandcamp.com/album/the-viper-slithers-in-the-ashes-of-what-remains
gulo gulo citer
gulo gulo
29/01/2014 17:53
Donc retenter.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wreck of the Hesperus
Funeral Doom / Death / Sludge
2011 - Aesthetic Death
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (10)  7.04/10

plus d'infos sur
Wreck of the Hesperus
Wreck of the Hesperus
Funeral Doom / Death / Sludge - 2004 - Irlande
  

tracklist
01.   Kill Monument
02.   Cess Pit People
03.   The Holy Rheum
I - Night of Negative Stars
II - Hologram Law

Durée : 40 minutes 32 secondes

line up
parution
1 Janvier 2011

Essayez aussi
Evoken
Evoken
Atra Mors

2012 - Profound Lore Records
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The Monad of Creation

2005 - Weird Truth Productions
  
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Evoken
Evoken
Quietus

2001 - Avantgarde Music
  
Eye Of Solitude
Eye Of Solitude
Canto III

2013 - Kaotoxin Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique