chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
17 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Pantera - Far Beyond Driven

Chronique

Pantera Far Beyond Driven
Loin de moi l’idée de vous raconter toute mon enfance mais certains albums sont tellement ancrés dans une vie, dans une histoire, qu’il est impossible de les en dissocier et de les aborder autrement que par le vécu. « Far Beyond Driven » est de ces albums qui, aux côtés de « Ride The Lightening », « Burn My Eyes », « Harmony Corruption », vous façonne une personnalité musicale qui plus de vingt ans après n’a toujours pas commencé à s’effriter. Je me souviens évidemment de ce jour de 1994 où mes oreilles en pleine apprentissage subirent pour la première fois les assauts du septième album des Texans, les yeux écarquillés, avec ce sentiment inoubliable de tenir là quelque chose d’absolument fantastique. Si « Vulgar Display Of Power » prenait encore un peu plus ses distances avec les débuts glam du groupe, « Far Beyond Driven » atomise les derniers restes de moules-burnes et de permanentes façon Tommy Lee. Le bond réalisé par ce nouvel opus tant sur le plan du son que des compositions est tel que l’impact en serait même plus proche du death metal que du thrash en terme de brutalité.

« Far Beyond Driven » est en effet bien au-delà de tout ce que le groupe avait pondu jusque-là et quand bien même « Vulgar Display Of Power » comportait son lot de mandales, Pantera franchit ici un nouveau cap. Premier constat au bout de deux secondes : le son est dantesque ! Produit et mixé par Terry Date et Vinnie Paul, c’est tout simplement l’une des plus grosses mandales sonores de l’époque. Assortis de cette prod colossale, les riffs d’un Dime accordé dans les chaussettes et spécialement inspiré prennent une dimension qu’ils n’avaient jamais eu jusqu’ici, tellement imposants, gras et denses, supportés par la basse grondante de Rex et le son de batterie exemplaire du frangin Abbott. Et quand la prod est au service d’un groupe en pleine grâce, le résultat ne peut être qu’énorme. Qui n’a jamais remué sa nuque sur les tubes intemporels que sont « Becoming », « 5 Minutes Alone » ou « I’m Broken » ? Qui n’a jamais eu envie de défoncer les murs de sa chambre recouverts de posters de Guns n’ Roses sur les estocades que sont « Strength Beyond Strength » ou « Slaughtered » ? Mais au-delà de ces tubes incontournables (notamment les trois premiers cités) construits autour d’un riffing passé à la postérité, absolument imparable et au groove irrésistible, « Far Beyond Driven » regorge de passages jouissifs, que ce soit un riff mémorable (le début de « Strength Beyond Strength » puis à 49’’, la fin de « I’m Broken », le début de « Slaughtered », « 25 Years » à 4’38, « Shedding Skin » à 3’52, « Throes Of Rejection » à 58’’ puis son outro), un break assassin (« Strength Beyond Strenght » à 1’09, « 5 Minutes Alone » à 3’55, « Slaughtered » à 1’57, « Use My Third Arm » à 2’32 ), les interventions solistes divines de Dime qui pose ici parmi les meilleurs solos de toute sa carrière ou les gimmicks groovy de Vinnie (notamment à la double), chaque piste comporte au moins un moment marquant (excepté le trip « Good Friends And A Bottle Of Pills », référence au titre « Good Friends And A Bottle Of Wine » de Ted Nugent) faisant la force d’un album qui ne s’essouffle jamais et dont le rythme est soutenu jusqu’à la superbe reprise finale du « Planet Caravan » de Black Sabbath. Même la seconde moitié d’album regroupant des titres moins ‘’connus’’ ne souffre aucune baisse de régime bien au contraire et ce n’est pas la boucherie « Slaughtered » (putain mais ce riff !!) qui viendra me contredire ni l’énorme « 25 Years ». Même « Hard Lines, Sunken Cheeks », probablement le titre le plus ‘’faible’’ de l’opus, s’en sort avec les honneurs d’un riff qui arrache et d’une lead mélodique presque atmosphérique excellente.

Acmé violente d’un groupe décomplexé « Far Beyond Driven » doit également sa force de frappe à un Phil Anselmo remonté comme jamais, redevable ici de ses lignes de chant les plus brutales. Fini les chansonnettes à la « Medecine Man », les hurlements du natif de la Nouvelle Orléans dégagent une puissance phénoménale telle qu’on pourrait presque les qualifier de growls (notamment sur « Slaughtered » avec ces effets rendant le chant encore plus brut), servant des textes plus personnels voire un brin torturés qu’auparavant. Un album qui finira d’asseoir Phil Anselmo comme l’un des frontmen les plus imposants de la scène metal de l’époque et marquera aussi malheureusement l’escalade dans la débauche et l’utilisation de stupéfiants qui auront presque fini par lui coûter la vie.

Numéro 1 au billboard US peu de temps après sa sortie malgré des critiques mitigées, apogée stylistique de Pantera en ce qui me concerne, « Far Beyond Driven » aura incontestablement marqué son époque et influencé bon nombre de groupes. Il aurait peut-être même encore plus fait parler de lui s’il était sorti avec la pochette initialement souhaitée par le groupe (cf ci-dessous). Pierre angulaire du métal des années 90 qui s’écoute encore aujourd’hui avec autant de plaisir même vingt ans après sa sortie (quasiment jour pour jour) il fait toujours la nique à bien des albums actuels et n’a certainement pas besoin d’être remasterisé. Incontournable !


DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
05/04/2014 11:40
note: 10/10
Merci !
Invité citer
CROM
04/04/2014 21:56
10/10
Pour la chro et l'album.

Le reste (gna gni gnagna) : FUCK OFF
Henrik citer
Henrik
25/03/2014 12:04
Comme Thomas je suis pas rentré dedans tout de suite à l'époque. Cet album comme les directions prises par Slayer, Sepultura, l'émergence de Machine Head marquent l'avènement d'un métal différent, moins traditionnel et bas du front. J'y étais pas prêt! Aujourd'hui je lui préfère toujours Vulgar au son un peu moins "moderne"
Jimmy Jazz citer
Jimmy Jazz
25/03/2014 11:37
note: 8.5/10
Un album qui te mets des rafales de mandales dans la tronche. Raaa "Shedding Skin" !!!
Mon préféré avec "Cowboys From Hell".
Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
24/03/2014 20:00
note: 8.5/10
Je connaissais Vulgar sous toutes les coutures quand j'ai achete Far Beyond a sa sortie. Et il m'a fallu un gros temps d'adaptation, comme pour Chaos A.D. de Sepultura en fait. Trop moderne pour moi sans doute. Je continue de lui preferer les accents sudistes de Great Southern mais au dela de ca, c'est un sacre classique. J'en ai laisse des cervicales sur le final de 5 minutes Alone!
Niktareum citer
Niktareum
24/03/2014 17:58
note: 10/10
Je continue quand même de le trouver légèrement au dessus des autres, j'aime beaucoup "Cowboys" (bien qu'inégal) et "VDOP", "TGTTK" est bien aussi mais ça reste en dessous pour moi. Et puis c'est aussi le 1er Pantera que j'ai acheté donc ça marque, même si j'avais entendu 1 ou 2 titres sur des compiles comme "Dr Heavy & Mr Hard". Mais grosse grosse claque à l'époque ouais !

Bon j'aurais pu mettre 9,5 mais j'avais envie de marquer le coup et puis c'est son anniversaire non ? Mr Green
Keyser citer
Keyser
24/03/2014 15:50
note: 7.5/10
Un bon album mais c'est celui que j'aime le moins de Pantera avec Vulgar. Gros fan de Cowboys et Trendkill par contre. Reste tout de même une sacrée puissance et pas mal de bons riffs, sans oublier le chant bien vénère d'Anselmo.
AxGxB citer
AxGxB
24/03/2014 15:41
note: 9/10
Le disque avec lequel j'ai découvert Pantera. Je me souviens de ce mercredi après-midi à la Fnac ou j'ai mis le casque d'écoute libre sur mes oreilles et que je me suis fait malmener par cette production incroyablement puissante et cette guitare que je n'avais jamais entendu. Pouah, quelle claque!
Content de voir cette chronique en ligne. Ça fait du bien de se souvenir de ses classiques.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pantera
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (22)  8.43/10
Webzines : (18)  8.78/10

plus d'infos sur
Pantera
Pantera
Power thrash métal sudiste :) - 1981 † 2003 - Etats-Unis
  

vidéos
5 Minutes Alone
5 Minutes Alone
Pantera

Extrait de "Far Beyond Driven"
  
I'm Broken
I'm Broken
Pantera

Extrait de "Far Beyond Driven"
  

tracklist
01.   Strength Beyond Strength
02.   Becoming
03.   5 Minutes Alone
04.   I'm Broken
05.   Good Friends and a Bottle of Pills
06.   Hard Lines, Sunken Cheeks
07.   Slaughtered
08.   25 Years
09.  Shedding Skin
10.   Use My Third Arm
11.   Throes of Rejection
12.   Planet Caravan (Black Sabbath cover)

Durée : 56'26

line up
voir aussi
Pantera
Pantera
Vulgar Display Of Power

1992 - Atlantic Records
  
Pantera
Pantera
The Great Southern Trendkill

1996 - Elektra
  
Pantera
Pantera
Cowboys From Hell

1990 - Atlantic Records
  

Woods of Infinity
Hamptjärn
Lire la chronique
Black March - Interview
Lire l'interview
The Haunted
Strength in Numbers
Lire la chronique
Sacred Son
Sacred Son
Lire la chronique
Pure
J'aurais dû
Lire la chronique
Motörhead
Aftershock
Lire la chronique
J'ouvre le coffret ultra rare de HUMUS ! (CA TOURNE MAL !)
Lire le podcast
Mindkult
Lucifer's Dream
Lire la chronique
Prophets of Rage
Prophets of rage
Lire la chronique
Cult of Erinyes
Tiberivs
Lire la chronique
Archspire
Relentless Mutation
Lire la chronique
Ecclesia
Witchfinding Metal of Doom ...
Lire la chronique
Fear Factory
Genexus
Lire la chronique
Assacrentis
Colossal Destruction
Lire la chronique
Unida
Coping With The Urban Coyote
Lire la chronique
Myrkur
Mareridt
Lire la chronique
Wall Of Lies
Fistful Of Lies (EP)
Lire la chronique
All Out War
Give Us Extinction
Lire la chronique
Black Sabbath
Sabotage
Lire la chronique
Time Lurker pour l'album "Time Lurker"
Lire l'interview
Nervosa
Agony
Lire la chronique
Comeback Kid
Outsider
Lire la chronique
The Great Discord 2017
Lire le dossier
Ommadon / Legion Of Andromeda
Crumbling Existence (Split-CD)
Lire la chronique
Fatherland
Fatherland
Lire la chronique
Botanist
Collective: The Shape of He...
Lire la chronique
Muert
Ye Canariae Abezan
Lire la chronique
Black March
Praeludium Exterminii
Lire la chronique
Arch Enemy
Will To Power
Lire la chronique
Isengard
Vinterskugge
Lire la chronique