chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wormreich - Wormcult Revelations

Chronique

Wormreich Wormcult Revelations (EP)
Hop, question récurrente : « Quelle est la différence entre un album et un EP ? ». Pour certains la réponse est évidente, et moi-même j’aurais aimé vous dire que c’est la durée de la galette. Mais GORGOROTH a fait des albums de moins de 30 minutes... J’aurais aussi voulu vous dire que c’est le nombre de titres, mais NITBERG a fait un album de plus d’une heure en une piste... J’aurais pu esquiver en disant que c’est en fait un mélange des deux, peu de morceaux et une durée courte, mais ce Wormcult Revelation de WORMREICH fait 36 minutes avec 7 pistes, comme de nombreux albums « complets » de black, et pourtant il est présenté comme un EP.

Eh bien dans ce cas-là, c’est en fait une question de contenu. On y trouve seulement trois morceaux réels, c’est à dire avec des vocaux et tout et tout, d’une durée de 7 minutes chacun. Ils sont accompagnés de trois titres instrumentaux qui cumulent une dizaine de minutes et d’une reprise de Malign Paradigm, morceau instrumental qui concluait l’album Si Monumentum Requires, Circumspice de DEATHSPELL OMEGA. Beaucoup auraient donc été déçus de l’appellation « album », surtout s’ils se souvenaient que le premier et unique album, Edictvm DCLXVI (2011), était formé de 8 titres, dont un seul instrumental, pour 58 minutes de jeu.

3 ans ont donc passé et le groupe a su évoluer. Ceux qui avaient fui à cause des claviers mis trop en avant qui avaient tendance à faire baver les parties dévastatrices peuvent revenir faire un essai. Les Américains se sont ici appliqués à réfreiner leurs fortes envies de mélodies et, est-ce dû à l’arrivée du batteur percutant Profana (BLOOD STAINED DUSK, ANCIENT...), ils se sont concentrer sur la noirceur des ambiances. Désormais ils peuvent se classer dans l’orthodoxe. La reprise de DEATHSPELL OMEGA était un indice plutôt énorme. Mais par contre ils ne sont pas trop penchés sur le côté déstructuré de nos semis-Français. Ils en ont bien quelques saveurs, plus ou moins discrètes et plus ou moins furtives (deuxième partie de « Revelation III », lignes principales de « Revelation IX »), mais en fait leur black est bien moins complexe. C’est plutôt aux côtés de IXXI et ONDSKAPT qu’ils se battent maintenant.

Le son est bien percutant et l’atmosphère est lourde comme il se doit. La musique du groupe fait apparaître Satan, mais c’est un Satan en costume, avec un verre de vin à la main. Le sourire en coin, il est à l’aise devant ses grands écrans de contrôle et savoure son œuvre. Il se gausse de l’humanité, fier des malheurs qu’il a pu répandre, et jouit devant des pans de flammes, des scènes de meurtres et de viols... Bon j’extrapole un peu avec cette vision personnelle, ma pochette semble que le groupe voit les démons moins modernes que moi... En tout cas les ambiances sont contrôlées ! Et même si on peut aisément reprocher à WORMREICH de ne rien apporter de neuf, il faut reconnaître qu’ils parviennent à nous prendre au corps.

Les morceaux instrumentaux, qui font la part belle aux synthés, sont quant àeux très atmosphériques. Ils ne servent qu’à éviter des enchainements trop bruts entre les titres et demeurent anecdotiques, tout comme la reprise de DoS. C’était d’ailleurs prévisible puisqu’à la base déjà c’est un titre instrumental qui sert de conclusion. Pour résumer, WORMREICH s’en sort bien sur ses trois titres et saura parler aux amateurs d’orthodoxe sans pitié.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wormreich
Black Orthodoxe
2014 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  3.75/5

plus d'infos sur
Wormreich
Wormreich
Black Orthodoxe - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Revelation I: Vox in Rama
02.   Revelation II: Serpents of Choronzon
03.   Shaare-Maveth
04.   Revelation III: Devotion's Final War
05.   Revelation IV: Enim Satanas Meum Sanguinem
06.   Codex Luciferivm
07.   Malign Paradigm (Deathspell Omega cover)

Durée : 36:06

line up
parution
14 Avril 2014

Essayez aussi
Glorior Belli
Glorior Belli
Ô Laudate Dominvs

2005 - Eerie Art Records
  
Glorior Belli
Glorior Belli
Sundown
(The Flock That Welcomes)

2016 - Agonia Records
  
Abigor
Abigor
Leytmotif Luzifer

2014 - Avantgarde Music
  
Inferno
Inferno
Gnosis Kardias
(Of Transcension and Involution)

2017 - World Terror Committee
  
Blaze Of Perdition
Blaze Of Perdition
Near Death Revelations

2015 - Agonia Records
  

Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique