chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
20 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Wormreich - Wormcult Revelations

Chronique

Wormreich Wormcult Revelations (EP)
Hop, question récurrente : « Quelle est la différence entre un album et un EP ? ». Pour certains la réponse est évidente, et moi-même j’aurais aimé vous dire que c’est la durée de la galette. Mais GORGOROTH a fait des albums de moins de 30 minutes... J’aurais aussi voulu vous dire que c’est le nombre de titres, mais NITBERG a fait un album de plus d’une heure en une piste... J’aurais pu esquiver en disant que c’est en fait un mélange des deux, peu de morceaux et une durée courte, mais ce Wormcult Revelation de WORMREICH fait 36 minutes avec 7 pistes, comme de nombreux albums « complets » de black, et pourtant il est présenté comme un EP.

Eh bien dans ce cas-là, c’est en fait une question de contenu. On y trouve seulement trois morceaux réels, c’est à dire avec des vocaux et tout et tout, d’une durée de 7 minutes chacun. Ils sont accompagnés de trois titres instrumentaux qui cumulent une dizaine de minutes et d’une reprise de Malign Paradigm, morceau instrumental qui concluait l’album Si Monumentum Requires, Circumspice de DEATHSPELL OMEGA. Beaucoup auraient donc été déçus de l’appellation « album », surtout s’ils se souvenaient que le premier et unique album, Edictvm DCLXVI (2011), était formé de 8 titres, dont un seul instrumental, pour 58 minutes de jeu.

3 ans ont donc passé et le groupe a su évoluer. Ceux qui avaient fui à cause des claviers mis trop en avant qui avaient tendance à faire baver les parties dévastatrices peuvent revenir faire un essai. Les Américains se sont ici appliqués à réfreiner leurs fortes envies de mélodies et, est-ce dû à l’arrivée du batteur percutant Profana (BLOOD STAINED DUSK, ANCIENT...), ils se sont concentrer sur la noirceur des ambiances. Désormais ils peuvent se classer dans l’orthodoxe. La reprise de DEATHSPELL OMEGA était un indice plutôt énorme. Mais par contre ils ne sont pas trop penchés sur le côté déstructuré de nos semis-Français. Ils en ont bien quelques saveurs, plus ou moins discrètes et plus ou moins furtives (deuxième partie de « Revelation III », lignes principales de « Revelation IX »), mais en fait leur black est bien moins complexe. C’est plutôt aux côtés de IXXI et ONDSKAPT qu’ils se battent maintenant.

Le son est bien percutant et l’atmosphère est lourde comme il se doit. La musique du groupe fait apparaître Satan, mais c’est un Satan en costume, avec un verre de vin à la main. Le sourire en coin, il est à l’aise devant ses grands écrans de contrôle et savoure son œuvre. Il se gausse de l’humanité, fier des malheurs qu’il a pu répandre, et jouit devant des pans de flammes, des scènes de meurtres et de viols... Bon j’extrapole un peu avec cette vision personnelle, ma pochette semble que le groupe voit les démons moins modernes que moi... En tout cas les ambiances sont contrôlées ! Et même si on peut aisément reprocher à WORMREICH de ne rien apporter de neuf, il faut reconnaître qu’ils parviennent à nous prendre au corps.

Les morceaux instrumentaux, qui font la part belle aux synthés, sont quant àeux très atmosphériques. Ils ne servent qu’à éviter des enchainements trop bruts entre les titres et demeurent anecdotiques, tout comme la reprise de DoS. C’était d’ailleurs prévisible puisqu’à la base déjà c’est un titre instrumental qui sert de conclusion. Pour résumer, WORMREICH s’en sort bien sur ses trois titres et saura parler aux amateurs d’orthodoxe sans pitié.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Wormreich
Black Orthodoxe
2014 - Moribund Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (9)  3.75/5

plus d'infos sur
Wormreich
Wormreich
Black Orthodoxe - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Revelation I: Vox in Rama
02.   Revelation II: Serpents of Choronzon
03.   Shaare-Maveth
04.   Revelation III: Devotion's Final War
05.   Revelation IV: Enim Satanas Meum Sanguinem
06.   Codex Luciferivm
07.   Malign Paradigm (Deathspell Omega cover)

Durée : 36:06

line up
parution
14 Avril 2014

Essayez aussi
Schammasch
Schammasch
Contradiction

2014 - Prosthetic Records
  
Ascension
Ascension
Deathless Light (EP)

2014 - World Terror Committee Records
  
Acherontas
Acherontas
Ma-IoN
(Formulas Of Reptilian Unification)

2015 - World Terror Committee Records
  
Shaddaï
Shaddaï
Serpens Antiquus (Démo)

2011 - Autoproduction
  
Glorior Belli
Glorior Belli
Sundown
(The Flock That Welcomes)

2016 - Agonia Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast