chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Insomnium - In The Halls Of Awaiting

Chronique

Insomnium In The Halls Of Awaiting
Insomnium est un groupe finlandais qui a vu le jour en 1997. Après deux demos très appréciées, il a pu signer chez Candlelight Records et en a profité pour recruter un second guitariste. Leur première merveille allait pouvoir être composée.

Cet album ne fait aucune place à des titres calmes. Vous aurez droit à du très bon death metal mélodique dès les premières secondes de «Ill Starred Son» jusqu’au bout de «In The Halls Of Awaiting». Le groupe s’est forgé un style qui lui est propre tout en étant très proche du «son de Göteborg». Ce style est d’ailleurs un peu moins affirmé ici qu’il ne le sera dans leur prochain album.

Musicalement, les tempos vont de «moyen» à «assez élevé». La distorsion des guitares est lourde et compréhensive, ce qui est idéal pour ce genre de musique. Les mélodies sont très accrocheuses sans être lassantes d’autant plus qu’elles sont assez variées au sein d’un même titre. La voix de Niilo Sevänen est lourde, agressive et assez posée bien que certains passages soient chantés d’une manière assez rapide comme sur «Song Of The Storm». Elle sera parfois «murmurante» comme sur l’intro de l’album ou lorsque les guitares sont en son clair et elle nous offrira alors des moments de douceur avant le retour de la tempête. Je n’attache que très rarement de l’importance à la batterie mais je ne peux rester indifférent aux passages à la double pédale rajoutant une touche d’agressivité que j’irai jusqu’à qualifier de fantastique pour ce qui est du titre : «The Bitter End».

Je ne vais pas faire une chronique titre par titre étant donné que je me répéterai à chaque fois en utilisant uniquement des termes tels que : merveilleux, sublime, magnifique …
Je vais donc uniquement m’attacher à la présentation de quatre titres qui ont un peu plus retenu mon attention :

«Medeia» : Une intro calme suivie de guitares tranchantes et mélodiques. Une de ces mélodies me fait d’ailleurs terriblement penser à «Behind Space» (In Flames) sans que cela ne donne envie de parler de plagiat. Ce titre est tout simplement merveilleux.

«The Elder» : Cette composition a bénéficié d’une vidéo, ce qui n’est pas commun pour un premier CD. Son intro pourrait vite faire penser à un morceau commercial, conçu pour toucher le public le plus large possible. Au final il n’en est rien et même la voix assez douce à certains moments, rebutante au premier abord, devient très rapidement plaisante. Les hurlements qui suivent sont géniaux et la mélodie qui apparaît aux deux tiers de la composition nous conforte avec l’idée que nous avons ici un titre de qualité.

«The Bitter End» : Nous y voilà : le moment le plus magnifique de l’album. L’intro est calme et atmosphérique pendant presque une minute avant que les guitares ne viennent se déchaîner, accompagnées par une batterie en trombes. L’alternance entre ces passages assez violents (pour le style du groupe) et des passages plus classiques ne nous laissent qu’une seule possibilité : s’extasier devant la magie de ces cinq merveilleuses minutes.

«In The Halls Of Awaiting» : Composition finale de l’album, longue de presque 11 minutes pendant lesquelles s’entremêlent tous les aspects géniaux de la musique d’Insomnium sans qu’à aucun moment nous ne nous lassions tant les variations sont importantes. L’outro lente au son claire nous berce jusqu’au seul point négatif de cet album : le fait qu’il ait une fin.

Un groupe formidable est né. Nous savons déjà qu’il continuera sur sa lancée lors de son prochain album. Si vous aimez le death metal mélodique, découvrez la musique d’Insomnium, vous ne le regretterez pas.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
24/07/2013 21:43
note: 8.5/10
Cet album et son successeur sont vraiment mortels dans le genre.
Mitch citer
Mitch
24/07/2013 21:01
note: 8.5/10
Ressorti du tiroir... Ca faisait un bail. Toujours aussi prenant ! Devil
NORDDD citer
NORDDD
04/01/2011 00:35
note: 9/10
Le meilleur d'Insomnium ! On sent bien l'influence des 1ers Amorphis, Sentenced, un peu d'In flames et de D.T !
citer
Tsu
01/05/2008 02:31
Groupe énormissime. Sourire
Xarion citer
Xarion
01/10/2004

Les futurs poids lourds du Death Métal Mélodique sont arrivés. Insomnium est un groupe très peu connu quand sort son premier album, qui suit deux démos très efficaces. « In The Halls Of Awaiting » arrive à point nommé pour consacrer le talent de ce quatuor.
Décrire cet album et son ambiance est très difficile, au moins aussi difficile que de trouver des défauts à cet album. Si bien qu’on ne sait pas par quoi commencer.

Pourquoi pas par l’artwork ? En effet, c’est la première chose qui frappe quand on a l’emballage de la galette entre les mains : l’artwork est extrêmement soigné, dans les tons bleus. Il montre simplement un paysage, mais l’uniformité du produit donne un avant goût de perfection.

Après avoir introduit le CD dans la chaîne hi-fi, les premières notes calmes de « Ill-Starred Son » parviennent à nos oreilles, suivit d’un déchaînement de mélodies. Et c’est là qu’on voit qu’Insomnium a tout comprit au Death Mélo. La guitare rythmique est accordée assez bas, et agit sur les tympans comme un bulldozer incisif, ou un véritable rouleau compresseur. L’autre guitare se lance dans des mélodies s’imprimant directement dans le cerveau. Le seul point regrettable pourrait être la batterie un peu trop en retrait par rapport au reste. Mais l’ensemble reste excellent, tandis que l’on s’arrête de headbanguer quelques secondes, le temps pour « Song Of The Storm » de commencer à déverser sa tornade de férocité mélodique, comme son titre nous l’avait promis.
Le vocaliste / bassiste est lui aussi impressionnant, avec sa voix death très grave et puissante. La rythmique des chansons est implacable, et l’album ne fait qu’enchaîner des bombes. On finit par arriver à un des points très forts de l’album, à l’écoute de « The Elder », avec son intro acoustique et ses riffs électriques et électrisants.
Une autre pièce maîtresse de l’album est certainement la chanson « Journey Unknown », qui possède de sublimes mélodies. Cette chanson vous donne envie de vous jeter contre les murs, tant elle est entraînante. La dernière pièce de l’album, chanson titre, est comme un résumé du CD. Elle rappelle en bref la définition des mots beauté, ou efficacité. Cette chanson durant une bonne dizaine de minutes possède une structure très complexe et monte en intensité à chaque minute. Elle se termine par un joli solo assez carré.

En dix chansons, Insomnium a tout dit. Si ce premier album ne vous a pas convaincu, vous avez du manquer un chapitre. Pour comprendre votre erreur, il suffit d’appuyer sur « stop » puis « play » pour vous corriger.

En bref, Insomnium est à coup sûr une des valeurs montantes d’un Death Métal Mélodique qui commençait à s’essouffler. Longue vie à eux…
Mikaël citer
Mikaël
25/09/2004
note: 9/10
Je viens de corriger la chro, il y avait une erreur : Medeia me fait penser a Behind Space et pas à Moonshield. Je sais pas pourquoi mais des que je pense In Flames je pense Moonshield et j'écris le titre sans même m'en rendre compte.
citer
darkclem
18/09/2004
En effet Putin d album qui dechire!!!!!
Des melodies de folies, du death melo comme on l aime
Pour moi un des meilleurs groupes dans ce style!!!
Mitch citer
Mitch
17/09/2004
note: 8.5/10
Ce disque m'a foutu une grosse baffe ya 2 ans, énorme surprise k'était ce groupe! D'ailleurs vé me ressortir l'album, que des titres énormissimes, une bombe de death mélodique!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Insomnium
Death Metal Mélodique
2002 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (15)  8.6/10
Webzines : (10)  7.54/10

plus d'infos sur
Insomnium
Insomnium
Death Metal Mélodique - Finlande
  

tracklist
01.   Ill-Starred Son
02.   Song Of The Storm
03.   Medeia
04.   Dying Chant
05.   The Elder
06.   Black Waters
07.   Shades Of Deep Green
08.   The Bitter End
09.   Journey Unknown
10.   In The Halls Of Awaiting

line up
voir aussi
Insomnium
Insomnium
Since The Day It All Came Down

2004 - Candlelight Records
  
Insomnium
Insomnium
Above The Weeping World

2006 - Candlelight Records
  
Insomnium
Insomnium
Demo'99 (Démo)

1999 - Autoproduction
  
Insomnium
Insomnium
Winter's Gate

2016 - Century Media
  

Essayez aussi
Disarmonia Mundi
Disarmonia Mundi
Mind Tricks

2006 - Scarlet Records
  
Shadow
Shadow
Forever Chaos

2008 - Spikefarm Records
  
Gates Of Ishtar
Gates Of Ishtar
At Dusk And Forever

1998 - Invasion Records
  
Marionette
Marionette
Enemies

2009 - Listenable Records
  
Within The Ruins
Within The Ruins
Elite

2013 - eOne Music
  

Charlotte the Harlot
Agamogir (EP)
Lire la chronique
Ozzy Osbourne
Blizzard Of Ozz
Lire la chronique
Taphos
Demo MMXVI (Démo)
Lire la chronique
Throane
Derrière-Nous, La Lumière
Lire la chronique
Oathbreaker
Rheia
Lire la chronique
Manetheren
The End
Lire la chronique
Bekëth Nexëhmü
De Dunkla Herrarna
Lire la chronique
Lock Up
Demonization
Lire la chronique
Benighted
Lire le live report
Pestifer
Execration Diatribes
Lire la chronique
Black Metal Japonais - L'homme qui en savait trop
Lire le podcast
Diablerie
The Catalyst Vol. 1: Control
Lire la chronique
Sale Freux
Vindilis
Lire la chronique
Atomikylä
Keräily
Lire la chronique
Infamovs
Under The Seals Of Death
Lire la chronique
Sinmara / Misþyrming
Ivory Stone / Hof (Split 10")
Lire la chronique
Bear Mace
Butchering The Colossus
Lire la chronique
Impious
Terror Succeeds
Lire la chronique
Malevolent Creation
Retribution
Lire la chronique
Machinae Supremacy
Into the Night World
Lire la chronique
Goûter d'anniv'Asile !
Atavisma + Grusterror
Lire le live report
Mordbrand
Wilt
Lire la chronique
Omnizide
NekroRegime
Lire la chronique
Satan
Un Deuil Indien
Lire la chronique
Cnoc An Tursa
The Forty Five
Lire la chronique
Power Trip
Nightmare Logic
Lire la chronique
Code Orange
Forever
Lire la chronique
Brutality
Sea Of Ignorance
Lire la chronique
Insomnium
Winter's Gate
Lire la chronique
Candelabrum
The Gathering (Compil.)
Lire la chronique