chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Lvpvs Infestvs - Post Fata Resvrgo

Chronique

Lvpvs Infestvs Post Fata Resvrgo
"Nous voulons glorifier la guerre - seule hygiène du monde -, le militarisme, le patriotisme, le geste destructeur des anarchistes, les belles idées pour lesquelles on meurt[...]"

- Marinetti, Premier manifeste du futurisme

Le courant artistique futuriste, très proche du fascisme, qu'il soit Mussolinien ou plus moderne (je pense aux fils de la tortue), reste une grande source d'inspiration pour de nombreux groupe Black Metal, que ce soit dans l'esthétique ou dans la musique. Les exemples sont nombreux, pour les plus connus, peut-on citer Janvs, Spite Extreme Wing, Absentia Lunae, ou plus récemment, les géniaux Frangar. Mais l'un de mes coups de coeur, depuis quelques années maintenant, a été pour ce one-man band complètement inconnu au bataillon, dont le patronyme est aussi pompeux (*hum* stupide *hum*) que sa musique n'est efficace. Pour lui, le futurisme n'est pas esthétique mais mouvement et vitesse, comme les oeuvres de Boccionni.

Avec un nom pareil, un artwork aussi moche et la peur du bagage musical quasi-nul, l'album ne partait pas gagnant d'avance. Comme quoi, l'apparat ne fait pas le fa, Lvpvs Infestvs dévoile ses crocs au travers des onze titres composant ce "Post Fata Resvrgo". Même si la toute fin de ce dernier n'a que très peu d’intérêt puisque regroupant des titres figurant sur la démo "Usqve ad Mortem", hautement dispensables car beaucoup plus approximatifs dans le son - à croire que c'est une marotte de regrouper des titres inutiles pour meubler la fin d'une sortie.

Que nous propose Lvpvs Infestvs ? Pour commencer, une production impeccable. Première surprise, donc : malgré un son de boîte à rythme générique au possible (Coucou EZDrummer) qui finit par taper sur le système, les guitares et la basse sont tout à fait audible, remisant les grésillements amateurs au profit d'une puissance de feu impressionnante. Les rythmes matraquent les blast-beats avec insistance et régularité, comme les rafales millimétrées des canons Ansaldo. Si vous recherchez l'efficacité, vous avez frappé à la bonne porte : Lvpvs Infestvs alterne les brûlots Black Metal rapides et sans pitié comme "Disciplina di Odio" avec les parties plus Punk couronnées de D-Beats, en témoignent "Un Intrandiscente 45" et son pattern brise-nuques ou encore "Ti Voglio..." et son sample tiré de "La Maison des 1000 Morts" en italien (vous comprendrez aisément la dimension collector de la chose). Le tout presque sans aucun temps mort. Petite exception (salutaire au possible), l'interlude "Tramonto Di Guerra", mandoline mélancolique sur fond de massacre moderne et d'éclats d'obus, qui vient reposer l'auditeur entre deux rafales.

Une autre caractéristique de Lvpvs Infestvs est ce chant, loin des gargouillis de ses compères à Rangers : pas de gargouillements incessants, simplement une voix grave, haineuse, plus proche d'un Frangar que d'un Ildanach, servant dans un italien orgueilleux des textes oscillant systématiquement entre le ridicule et le consternant. Peu importe, l'organe est suffisamment impressionnant pour que nous n'en tenions pas rigueur. Elle sied à merveille à l'atmosphère du projet. Pour autant, la galette n'est pas exempte de défauts. "Post Fata Resvrgo" est objectivement très bon, mais vraiment trop long. Et s'enfiler l'intégralité de ce brûlot plusieurs fois de suite est un gageure qui n'est pas donné à tout le monde d'accomplir. L'ensemble est tellement compact que l'indigestion n'est jamais bien loin. L'album-type qui s'écoute deux fois, avant de le laisse prendre la poussière dans son étagère Ikéa, puis de le ressortir quelques mois après, et de répéter le processus indéfiniment.

Qu'on se le dise, "Post Fata Resvrgo" n'apporte strictement rien au genre, ne le révolutionnera certainement pas, mais se contente de l'honorer comme il se doit et s'épanchant en rythmiques véloces et en vociférations vicieuses au possible. Il vous attrape à la gorge pour ne vous lâcher qu'une fois vidé de votre sang. La longueur et la redondances handicapantes se font oublier par l'explosion de violence constante, qui ne faiblit à aucun moment, posant l'album aussi bien en héritier du brûlot "Panzer Division Marduk" que de la haine pure et salingue d'un Ampütator. Il est un excellent moyen d'attendre, dans un genre assez similaire, le prochain Absentia Lunae, "Vorwärts !", qui devrait voir le jour dans l'année.

"Niente accordi, niente assensi, niente pace." comme il est écrit dans le livret. Avis aux amateurs...

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lvpvs Infestvs
Black Metal
2009 - Black Shirts Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Lvpvs Infestvs
Lvpvs Infestvs
Black Metal - 2005 - Italie
  

tracklist
01.   Disciplina Di Odio
02.   Post Fata Resvrgo
03.   Un Intrandiscente '45
04.   Tramonto Di Guerra
05.   Ti Voglio Vedere Morto
06.   Abisso del Nulla
07.   In Tempore Belli
08.   Vsqve Ad Mortem
09.   U Lupu Ulula
10.   Illusione di Realità
11.   Silenzio Assoluto

Durée : 50:06

line up
parution
15 Avril 2009

Essayez aussi
Swarþ
Swarþ
Omines Pestilentiae (Compil.)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Wampyrinacht
Wampyrinacht
We Will Be Watching
(Les cultes de Satan et les mystères de la mort)

2017 - Zazen Sounds
  
Kawir
Kawir
Exilasmos
(Εξιλασμός)

2017 - Iron Bonehead Productions
  
Kriegsmaschine
Kriegsmaschine
Enemy of Man

2014 - No Solace
  
Gorgoroth
Gorgoroth
Twilight Of The Idols
(In Conspiracy With Satan)

2003 - Nuclear Blast Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique