chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Aäzylium - Confinement

Chronique

Aäzylium Confinement
Aazylium fait partie de ces groupes qui évoluent dans l’ombre de la scène Death française, plus précisément parisienne. Ils rampent et glissent loin des projecteurs et des rumeurs. Ils se font discrets malgré leur palmarès de lives plutôt charmant, et autres side-projects assez populaires. En effet, les deux membres fondateurs de la formation francilienne comptent dans leur CV des groupes telles que Psychobolia, Foetur ou encore Eye of Emptiness.

Je fais un petit interlude pour aborder l’esthétique de l’album, parce qu’il faut être honnête 5 minutes. L’image de la pochette semble tout droit sortie des bouquins de nos superbes années boutonneuses en cours de Physique Chimie. Quant au logo, il semble édité sous un Illustrator de la grande époque Windows 95. Point positif, cela dit : dans l’univers du Death, les packagings moches, ringards, ou carrément crados sont un gage de qualité. Voyons donc si la musique suit.

Vous les avez sans doute déjà vus jouer dans des petites salles parisiennes, emprisonnés entre la fureur du pit et les lumières rougeoyantes de la scène. Moi, en tout cas, oui, que ça vous intéresse ou non. Et quelle n’était pas ma surprise de constater le gouffre entre leurs prestations scéniques et le rendu de leur premier et dernier album en date : Confinement (2014) ?! En live, bien que le public soit déchaîné, on découvre un groupe sombre à la musique torturée et pas forcément abordable. Ou même carrément pas abordable. Sur album, en revanche, c’est une autre choucroute. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’on se fait gifler par une originalité à couper le souffle, mais on est plus à même de saisir les structures, les mélodies, la trame en général. Aazylium n’est, en fait, pas un groupe si facile.

En effet, je ne vais pas me lancer dans une critique de la scène Metal, parce qu’on n’est pas là pour rigoler. Mais disons que je regrette globalement le peu de prise de risques, le côté un peu « réchauffé » de la scène Death parisienne qui a tendance, ces derniers temps, à dégringoler inévitablement dans le Metal-Machin-Core. Et donc, quel soulagement de constater qu’il y a encore des jeunes formations qui ne sont pas là pour nous souffler de par l’énorme pierre qu’ils amènent à l’édifice, mais juste pour faire ce qu’ils aiment, avec fougue et amour. Oui, je persiste, il y a de l’amour dans le Death.

Cet opus est donc composé des morceaux présents sur leur EP « Prelude to Confinement » (2010) – au passage, joli concept entre les deux œuvres – ainsi que de nouveaux titres. Agencés les uns avec les autres, on découvre des morceaux composés par différents membres à des époques variées, retraçant ainsi l’histoire du groupe depuis 2008. Les influences axées Death américain (plus brut qu’un Cannibal Corpse mais plus rapide qu’un Six Feet Under) forment finalement un style hétéroclite de par l’insertion de notes thrashisantes dans les guitares, et de touches blackisantes dans les chants. L’ensemble s’enchaine étonnement bien.

Quelques bons titres sortent du lot, lors des premières écoutes de l’album, tels que « Silence and Obscurity » et son coté dissonant à la Nile, et « The True Way » qui nous démontre que Aazylium sait aussi faire dans le « mélodique/mélancolique ».« Holy Words » présente quelques cris grind surprenants mais réussis, et « Ewiger Haas » des lignes de lead guitar vraiment bonnes, alors qu’on flaire des traces de Black dans la compo de « Wasted Time ». Globalement, Confinement s’écoute d’une traite, sans respirer, et sans interruption. La réussite de cet opus se retrouve moins dans la composition totale de l’album assez « évidente », que dans ces petites touches d’influences variées qui jalonnent les morceaux, et qu’on s’amuse à repérer. Moi, ça m’amuse, en tout cas.

Pour ma part, Aazylium dévoile son vrai visage sur album. En live, la qualité du son ne suivant que rarement, le groupe se traine la réputation d’un groupe bourrin sur lequel on remue la tête en buvant une bière. Alors que l’album prouve une certaine minutie dans la composition. De plus, le chant y est grandement mis en valeur, puisque l’oreille de l’auditeur est en mesure de saisir un large panel des capacités de Kill, le chanteur, des aigues aux graves, en passant par les cris torturés.

Même s’il y a des choses à redire sur l’album dans sa globalité, de manière subjective, je ne peux, honnêtement, que saluer d’une révérence de mon bob, le très bon travail effectué dans le mixage de l’opus. Opus, rappelons-le, autoproduit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Kimy Baby citer
Kimy Baby
27/04/2014 14:15
Les titres de l'album sont déjà joués en concert depuis un moment, donc tu vas retrouver ce que tu connais déjà. Mais le groupe se déploie vraiment sur album, je trouve.
Keyser citer
Keyser
26/04/2014 08:23
Vu il y a 2 ans en 1ère partie de Mercyless. J'avais trouvé ça générique et insignifiant. J'espère que c'est un peu mieux maintenant...
gulo gulo citer
gulo gulo
25/04/2014 22:36
Je la trouve très bien, quant à moi.
Kimy Baby citer
Kimy Baby
25/04/2014 21:29
C'est dommage, car je pense pouvoir dire que ça vaut le coup d'oreille.
AxGxB citer
AxGxB
25/04/2014 17:04
Effectivement, pochette et logo ne donnent absolument pas envie. Le nom m'est déjà passé devant plusieurs fois mais l'orthographe plutôt étrange ne m'a jamais donné envie d'approfondir...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aäzylium
Death Metal
2014 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  7.75/10

plus d'infos sur
Aäzylium
Aäzylium
Death Metal - France
  

tracklist
01.   Buried Alive
02.   Tribute to the Dead
03.   Aazylium
04.   Chaos Orchestra
05.   Wasted Time
06.   Silence and Obscurity
07.   The True Way
08.   Holy Words
09.   Soiled by Blood
10.   Infernal Circle
11.   Cyanide
12.   Ewiger Hass

Durée : 41:27

Essayez aussi
Unleashed
Unleashed
Odalheim

2012 - Nuclear Blast Records
  
Supreme Pain
Supreme Pain
Cadaver Pleasures

2008 - Comatose Music
  
Dismember
Dismember
Pieces

1992 - Regain Records
  
Altars
Altars
Paramnesia

2013 - Nuclear Winter
  
Chaosbreed
Chaosbreed
Brutal

2004 - Century Media Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique