chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
66 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Ruins Of Beverast - Rain Upon The Impure

Chronique

The Ruins Of Beverast Rain Upon The Impure
Après une présentation peu flatteuse via la chronique du décevant dernier né Blood Vaults il était grand temps de rééquilibrer les choses en exhumant les premières offrandes de The Ruins Of Beverast à commencer par Rain Upon The Impure, préférence oblige, paru en 2006. Car l’œuvre d'Alexander von Meilenwald ne se résume pas ˗ loin de là ! ˗ à une mélasse indigeste résultant d'un trop-plein de poncifs et il serait préjudiciable de passer à côté de ces deux premiers œufs d'Ombre, délivrés à deux ans d'intervalle, qui ont su marquer et troubler les esprits avec un black/doom des plus racé mis en abîme par des ambiances aussi sinistres que glaciales.


Ainsi Rain Upon The Impure n'épargne personne et ce dès le titre d'ouverture « 50 Forts Along The Rhine » déversant un flot de violence déchaînée, un black primitif très abrasif qui vous transporte vers d'immensurables grèves désolées. Une longue agonie où la fureur laissera place à des accalmies à la fois empruntes de mysticisme avec ces chœurs enchanteurs, les guitares sur-aiguës sonnant comme un appel de ralliement, ainsi que de terreurs innommables par cette atmosphère lourde et malsaine mais aussi la voix grave et inhumaine d'Alexander von Meilenwald. En effet malgré des sonorités plus distinctes de même que des riffs plus lents et entêtants, couplés à des ambiances moins perturbantes, une forte odeur de soufre plane autour de vous.


Contrairement au dernier opus en date, les nombreuses influences se fondent dans l'univers ˗ ô combien blasphémateur et noir ˗ de The Ruins Of Beverast lui conférant une aura toujours plus mystérieuse. Un constat qui est d'autant plus frappant à l'écoute du morceau suivant « Soliloquy Of The Stigmatised Shepherd » très low tempo qui fait la part belle au doom et relègue le black metal au second plan (7:50), avec de somptueuses envolées, un chant clair empli d'émotion ainsi que des riffs plus catchy. Une sorte de leurre vous laissant effleurer la lumière du bout des doigts mais dont le climat pesant et inquiétant vous plonge dans un malaise encore plus profond, le spectre Thergothon veillant non loin. Un sentiment confirmé par l'interlude noise « Rapture » qui fait ressurgir vos peurs les plus profondes et sur laquelle semblent se profiler de sombres desseins.


Au fil des morceaux la tension monte toujours d'un cran avec ce grésillement toujours perceptible en fond ainsi qu'un côté religieux et occulte omniprésent. Vous suivez le mouvement, en queue d'un étrange cortège, vous laissant guider vers une destination inconnue, traversant une ville aux rues sales et mornes les chœurs se faisant toujours plus présents. La batterie ne cesse de marteler battant la cadence de cette longue procession, des plaintes arrivent telles des échos et une voix hideuse exhorte les foules sur « Blood Vaults (I ˗ Thy Virginal Malodour) ». La macabre cérémonie peut enfin débuter avec des premiers riffs étonnamment mélodieux mais aussi des paroles prononcées de temps à autre par une femme, une musique pleine de dévotion très prenantes faisant alternance avec des passages extrêmement violents et éprouvants (« Soil Of The Incestuous »).


Le guide Alexander von Meilenwald ameute la foule impie à travers ces deux morceaux dont le parallèle avec Blood Vaults est des plus frappant. On s'éloigne donc quelque peu du premier album mais tout en gardant l'essence, la noirceur propre à The Ruins Of Beverats le tout étant beaucoup plus ciselé et abouti avec des pistes plus longues et dévastatrices. Vous suffoquez dans cet air toujours plus vicié cherchant en vain l'horizon englouti par d'opaques nuages, les dieux anciens sortent enfin de leur repos répandant sang et destruction. Une apocalypse mise en musique sur « Rain Upon The Impure » sonnant la fin de toutes choses et le commencement d'une nouvelle ère faite de souffrance insondable, la Ténèbre ayant tissée partout ses fils.


Si la perfection n'existe pas force est de constater que cet album s'en approche grandement délivrant un black/doom atmosphérique occulte et dérangeant synthétisant à lui seul le mal le plus pur qui vient remuer vos angoisses et craintes les plus profondes. Une bande son à la fois cauchemardesque mais aussi, paradoxalement, obsédante qui comme le "Necronomicon" ou "Le Roi en Jaune" ne cessera de vous hanter et tourmenter.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Kedran citer
Kedran
25/08/2016 23:39
note: 9/10
Celui là m'a terrifié quand je suis tombé dessus il y a quelques années, tant par sa durée que par son atmosphère de cave humide.
Exceptionnel oui !
Invité citer
Stockwel
27/04/2014 11:53
Entièrement d'accord avec la chronique.
J'ajouterais qu'il est quand même très dur de rentrer dans cet album, qui est un pavé de 70 minutes, très monolithique et dont les chansons tournent toutes autour des 12-15 min.
Cependant si on arrive à pénétrer son atmosphère, c'est vraiment un album exceptionnel.
Dysthymie citer
Dysthymie
27/04/2014 11:07
note: 9.5/10
L'album est en écoute sur le bandcamp du label.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Ruins Of Beverast
Black/Doom
2006 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (5)  9/10
Webzines : (9)  8.69/10

plus d'infos sur
The Ruins Of Beverast
The Ruins Of Beverast
Black metal - 2003 - Allemagne
  

tracklist
50.  Forts Along The Rhine
Soliloquy Of The Stigmatised Shepherd
Rapture
Blood Vaults (I - Thy Virginal Malodour)
Soil Of The Incestuous
Balnaa-Kheil The Bleak
Rain Upon The Impure

Durée : 72.00 min.

line up
Essayez aussi
Latitude Egress
Latitude Egress
To Take Up The Cross

2014 - Art of Propaganda
  
Cantata Sangui
Cantata Sangui
On Rituals And Correspondence In Constructed Realities

2009 - Season Of Mist
  
Deinonychus
Deinonychus
Ark of Thought

1997 - Supernal Music
  
Batushka
Batushka
Litourgiya

2015 - Witching Hour Productions
  
Obed Marsh
Obed Marsh
Înnsmouth

2016 - Indépendant
  

Savage Master
Creature Of The Flames (EP)
Lire la chronique
Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique