chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Jack Move - Demo 2014

Chronique

Jack Move Demo 2014 (Démo)
Depuis quelques temps, la communauté hardcore est en émoi. C’est la panique, l’euphorie totale. Un bordel sans nom, et sans précédent depuis le concert – comprendre émeute – de Bad Luck 13 Riot Extravaganza au Hellfest 2004 – la version américaine, pas celle de Clisson. Alors que l’année 2013 venait tout juste de toucher à sa fin, en ayant apporté son lot d’albums de qualité top-level, voilà que dès le mois de janvier 2014 un nouveau nom est apparu sur le label nantais Straight And Alert pour retourner la scène actuelle. D’ailleurs, c’est non sans fierté qu’en tant que Français nous pouvons nous vanter de la provenance de ce phénomène, qui n’est autre que la capitale de notre chère patrie, Paris. Mais alors, de qui s’agit-il ? Le suspense est insoutenable n’est-ce pas ? Je ne vous ferai donc pas attendre plus longtemps : ce groupe qui provoque l’ébullition se nomme Jack Move, et vous feriez bien de retenir ce nom si vous ne voulez pas passer pour un has-been à votre prochaine réunion des hardliners anonymes.

Il faut dire que les parisiens ont tout ce qu’il faut pour briller et créer le buzz au niveau international, que dis-je, intersidéral ! Prenez comme base le hardcore estampillé Boston années 2000 avec des influences telles que The Rival Mob, No Tolerance ou Mental (ce qui n’est pas rien niveau street cred car nombre de fans considèrent que les projets de Brendan Radigan et Justin DeTore sont de ceux qui maintiennent l’esprit hardcore « real and alive »), puis rajouter à ça des touches de NYHC bien old school à la Outburst ou Breakdown – ah cette fameuse ’87 Demo ! Vous l’aurez compris si vous êtes un minimum sensibles à ce qui se faisait au siècle dernier, Jack Move puise son inspiration dans le hardcore pur et dur, c’est-à-dire plus punk que metal.

A l’image de ses influences, le groupe nous gratifie de titres plutôt rapides, bourrés d’énergie et d’accélérations qui viennent relancer la machine après des breaks ou two-steps qui n’ont rien à envier à « You Gotta Fight », le morceau phare de la démo de Breakdown précitée. Pas un titre dépassant les deux minutes, on expédie l’affaire de façon courte et efficace en somme, porté par un chant hargneux mais pas dénué de flow. « The Union & I » qui fait office d’ouverture donne directement le ton : une fois passée l’intro saturée à gogo, tout s’enchaîne sans que rien ne semble pouvoir arrêter Jack Move et ses riffs groovy. De même, le dernier morceau « Breathe » est particulièrement réussi grâce à la batterie qui se montre plus agressive pour accompagner le featuring du chanteur de xDIGx, qui lui possède un timbre plus rauque, ce qui amène une touche « tough » qui fait toujours mouche chez moi. Pour parfaire le tout, le côté old school et brut de décoffrage est reflété par une production très crue et abrasive qui laisse les riffs dégueuler à droite à gauche sans pour autant gâcher leur qualité.

Maintenant que tout a été dit ou presque concernant la musique de Jack Move, vous devez vous demander pourquoi j’en ai fait des tonnes en introduction. C’est vrai quoi, encore des incapables qui singent toute la clique des groupes à la mode de Boston, aucune originalité, pff c’est pas comme ça qu’on va apporter du renouveau au hardcore. Mais sachez que si cette démo a déjà atteint le statut de « culte » en à peine trois mois, c’est à cause des affrontements terribles qu’a provoqué la découverte de « One More Year » quand les hardcore kids ont enfilé la cassette dans la fente adaptée. On a signalé dès lors de véritables batailles rangées, une guérilla urbaine moderne qui s’est étendue aux quatre points cardinaux sans qu’aucune force d’intervention ne parvienne à contenir le moshing intempestif de ces jeunes fougueux. Cette rivalité ayant scindé la scène en deux clans ennemis prêts à s'entretuer est pourtant tout bêtement due à un désaccord pour savoir quelle partie est la meilleure sur ce deuxième morceau (qui est sans conteste celui qui se distingue le plus) : d’un côté nous avons le riff dit « du joggeur fou » à 2:14 sur la cassette, et de l’autre à 2:32 le breakdown plébiscité par les hooligans – couramment qualifiés de « décérébrés » par la partie adverse. Vous pouvez jeter un œil au magnifique clip réalisé par l'un des trilliards de fans de Jack Move pour comprendre de quoi il en retourne. Peu importe votre choix, il faudra en faire un car vous ne pourrez pas échapper à la question qui tue quand vous vous ferez coincer dans une ruelle… « Alors coquine, t’es plutôt 2:14 ou 2:32 ? »

Voilà donc un très bon premier jet de la part de ces nouveaux venus dans la scène hardcore française (même si les bonshommes ont déjà du vécu dans d’autres formations), une recette pas forcément originale mais très bien exécutée, c’est déjà l’essentiel qui est assuré. Ils viennent rejoindre Raw Justice, ainsi que les autres groupes récemment signés chez Straight And Alert comme Cut Loose ou Clean Break en tant que gardiens de la flamme du hardcore old school, et il y a fort à parier que cette cassette n’est que le début des hostilités. Jack Move n’a plus qu’à faire sa promo en live en s’appuyant sur la qualité de ces quatre titres, vous aurez ainsi l’occasion de matraquer la bande de glandus – pour rester poli – supporters du 2:14 qui ne comprennent rien à la musique de toute façon !

PS : Je voulais rester neutre pour ne pas influencer le jugement des lecteurs, mais bon, premièrement personne ne lit mes chroniques d’habitude, et deuxièmement « fuck them all » comme l'a si bien dit monsieur Bessac. Shout out to 2:32 Crew bitch, on ne va pas se laisser emmerder par des rigolos trop faibles pour apprécier un vrai breakdown !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
CROM
01/05/2014 21:21
Pas dégueux, y'a du potentiel.
KPM citer
KPM
01/05/2014 03:32
note: 4/5
Je me disais bien que les froussards 2:14 mettaient du temps à réagir, et en postant anonymement en plus, quelle bande de lâches !

@Kroko : Mind Eraser c'est le groupe que je connais le moins avec ces gars de Boston, je suis un peu kéblo sur Hardcore For Hardcore de RM depuis quelques temps en fait.
Invité citer
x2,14x
30/04/2014 18:09
Tiens tiens, une chronique par un 2"32.
On a ton adresse, fais bien attention quand tu traverse la route.
Krokodil citer
Krokodil
30/04/2014 14:43
En parlant de Boston... T'as écouté les Mind Eraser ? Bien ou bien ?
But citer
But
29/04/2014 18:11
note: 4/5
Vulgaire propagande des 2:32, à l'image de leur dégaine
KPM citer
KPM
29/04/2014 14:46
note: 4/5
Disponible en écoute complète sur le Bandcamp de Straight And Alert.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Jack Move
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines : (1)  4/5

plus d'infos sur
Jack Move
Jack Move
Hardcore - 2013 - France
  

vidéos
One More Year
One More Year
Jack Move

Extrait de "Demo 2014"
  

tracklist
01.   The Union & I
02.   One More Year
03.   Dollar Eyes
04.   Breathe

Durée : 5 minutes 7 secondes

line up
Essayez aussi
Kickback
Kickback
Cornered

1995 - Hostile Records
  
Higher Power
Higher Power
Soul Structure

2017 - Flatspot Records
  
Expire
Expire
Pendulum Swings

2012 - Bridge Nine Records
  
H2O
H2O
California / D.C. / New York City (EP)

2011 - Bridge Nine Records
  
H2O
H2O
Don't Forget Your Roots

2011 - Bridge Nine Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique