chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
29 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Loudblast - Burial Ground

Chronique

Loudblast Burial Ground
S’il est un acquis avec LOUDBLAST, c’est justement de n’en avoir aucun. Au fil d’une longue carrière débutée en 1985, les Lillois ont toujours pris le parti de surprendre, faisant évoluer le contenu de leurs albums au gré des changements d’humeur et de personnel. Le line-up de « Frozen Moments Between Life And Death » intégralement reconduit, on pouvait néanmoins s’attendre à une déclinaison plus ou moins proche de ce comeback album réussi, et globalement bien mieux accueilli que « Planet Pandemonium » en son temps. Pour tout dire, vu la forme affichée par les Louds sur scène lorsqu’ils nous balancent « Emptiness Crushes My Soul » dans les gencives, on s’en serait largement contenté, même si Stéphane Buriez n’est pas homme à se contenter de livrer un album de plus. Voilà pour la première bonne nouvelle, la seconde étant que le résultat dépasse toutes les attentes que peut susciter un skeud de LOUDBLAST en temps normal.

Première constatation, « Burial Ground » prend le contrepied total de l’album précédent et ce dès le titre d’ouverture, un « A Bloody Oath » déstabilisant au possible. Remisées au placard, la grosse prod et les rythmiques rouleau compresseur qui insufflaient ce qu’il fallait de modernisme à des compositions thrash death d'obédience old school. Inquiétant, lugubre et rampant, ce titre très sombre prend racine dans le black originel, mystique et primitif de la première heure (« The Path »), alternant séquences lourdes et passages rapides à des années lumières des bienfaits prodigués par un toupa toupa thrash classique. Passé maître dans l’art du décalage, LOUDBLAST déstructure ses schémas de jeu habituels sur un premier tiers d’album misant gros sur une ambiance de catacombes. Le chant, tour à tour plaintif, caverneux et possédé d’un Stéphane Buriez transfiguré participe de la tempête stylistique s’abattant sous le crâne des fans stupéfaits. Qu’arrive-t-il à notre institution thrash death ? Plus l’on plonge dans la noirceur de titres comme « Ascending Straight In Circles » et « Darkness Will Abide », plus ressurgit le spectre de quelques chef d’œuvres du metal noir comme « Ceremony Of Opposites » (« Soothing Torments », à 1 :33), « Gothic » (« Soothing Torments » encore, à 2 :09) et autres « Brave Murder Day ». On savait tout l’amour que porte LOUDBLAST aux séquences lourdes mais jamais le groupe ne s’était autant abreuvé à la source doom death. Même lorsque le tempo s’emballe, ce n’est pas l’abattage à la double pédale d’Hervé Coquerel (très juste tout du long, qui accompagne au mieux ses partenaires plus qu’il n’emballe la machine) que l’on retient en premier lieu mais bel et bien ces riffs, vénéneux et torturés (« Ascending Straight In Circles », « Abstract God »), qui distillent un venin bien plus mortel qu’une énième bordée de blast-beats. N’en déplaise à ceux qui regretteront ad vitam aeternam que le groupe n’ait pas pris le train brutal death en marche, la déchirante « The Void » achèvera de convaincre tous les autres : définitivement, le mid tempo reste l’arme fatale d’un LOUDBLAST très loin de sacrifier son identité sur l’autel du renouveau stylistique.

Car les caractéristiques du LOUDBLAST que l’on aime n’ont pas disparu, bien au contraire. Mises en valeur par ce bain de jouvence extrême ô combien salvateur, elles ont rarement autant séduit que sur ces réminiscences heavy de l’excellent « Fragments ». « From Dried Bones », au leitmotiv aliénant et surtout l’infernale « I Reach The Sun », sur laquelle Buriez reprend à son compte le phrasé caractéristique de David Vincent. « I Reach The Sun », ou comment poser les bases d’un classique à l’aide d’un riff on ne peut plus simple et d’un growl fantastique ! Drakhian, dans un registre démonstratif à l’ancienne rappelant un peu le travail de Marek Pajak sur le dernier VADER, est quant à lui la lumière qui perce à intervalles réguliers de cet océan de ténèbres. De leads mélancoliques en soli aussi cristallins que chez CORONER, il apporte sa pierre au monolithe de noirceur érigé par un groupe qu’on n’attendait plus à pareille fête. Fascinant de la première à la dernière note, « Burial Ground » est si bon qu’il se hisse au niveau de tous les chefs d’œuvres des années 90, ceux dont on trouvait trace sur les premières compils Metallian et les catalogues d’obscures distros alors réservées aux aventuriers. Le genre de miracle susceptible de remporter non seulement les suffrages des fidèles, mais aussi de réunir sous une seule et même bannière les acteurs des chapelles thrash, death, doom et black.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

12 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
16/02/2017 13:43
note: 8.5/10
Réécouté encore ce week-end et je le trouve excellent ! Totalement différent de ce que le groupe a proposé jusqu'alors il est beaucoup plus sombre, les ambiances sont plus travaillées et les solos sont magnifiques.

Le seul bémol pourrait être le son de la batterie un peu plat mais cela ne gâche pas grand-chose finalement, du bien beau boulot.
chaussure citer
chaussure
04/11/2014 19:00
note: 4/10
enchainement de riffs bateau qui pondent des titres sans âmes.
j'ai eu beau me le faire dans les 2 sens, y'a rien à faire. (hormis peut-être "the path" mais qui est tellement éloigné de l'esprit de Loudblast..)

Qu'est-ce qu'il est chiant cet album !
Invité citer
CROM
04/11/2014 18:24
Exactement AxGxB.
AxGxB citer
AxGxB
03/11/2014 23:29
Pour ma part, je ne l'ai écouté qu'une seule fois mais je l'ai trouvé assez convaincant alors que je ne m'attendais pas à grand chose préférant évidemment les premiers albums. Bonne surprise donc.
Invité citer
pete bondurant
03/11/2014 23:19
"...qu’il se hisse au niveau de tous les chefs d’œuvres des années 90, ceux dont on trouvait trace sur les premières compils Metallian et les catalogues d’obscures distros alors réservées aux aventuriers."

faut pas tendre la perche comme ça au vieux con que je suis...
Invité citer
CROM
03/11/2014 20:04
"Ascending Straight In Circles" tue.
LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
03/11/2014 18:23
note: 1/10
Qu'est-ce qu'il est chiant cet album !
Streker citer
Streker
29/05/2014 23:04
Dead a écrit : Streker a écrit : Le morceau en écoute ne fonctionne pas.

J'en ai mis un autre Sourire


Merci.
Dead citer
Dead
29/05/2014 22:46
Streker a écrit : Le morceau en écoute ne fonctionne pas.

J'en ai mis un autre Sourire
Streker citer
Streker
29/05/2014 22:25
Le morceau en écoute ne fonctionne pas.
Niktareum citer
Niktareum
29/05/2014 09:57
note: 7.5/10
Je suis assez d'accord avec toi Toto globalement même si je serai un brin moins dithyrambique. Je trouve l'album (très) bon dans son ensemble, incontestablement l'album le plus sombre du combo (rien que le début de "A bloody oath" avec ses relents black orthodoxe est excellemment surprenant !). Le travail des ambiances est très réussi et la perf de Buriez détonnante. Maintenant, je trouve quand même la 2ème moitié d'album un peu en dessous, plus mollassonne, avec un riffing un brin moins inspiré parfois bien trop monocorde (quelque soit le groupe ça m'ennuie au bout d'un moment, maudit soit l'accordage en drop !) voire quelques réminiscences presque néo de l'époque Clearcut (?)... C'est dommage parce que les 5 premiers titres sont juste incroyablement bons.
Mais mis à part ça, il est clair que c'est un album qui tournera encore un bon moment !
xjieffx citer
xjieffx
29/05/2014 08:22
note: 8/10
La première écoute me laisse une très bonne impression!!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loudblast
Death metal
2014 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (10)  6.25/10
Webzines : (21)  7.84/10

plus d'infos sur
Loudblast
Loudblast
Death metal - France
  

vidéos
Ascending Straight In Circles
Ascending Straight In Circles
Loudblast

Extrait de "Burial Ground"
  

tracklist
01.  A Bloody Oath
02.  Darkness Will Abide
03.  Ascending Straight In Circles
04.  Soothing Torments
05.  From Dried Bones
06.  I Reach The Sun
07.  Abstract God
08.  The Void
09.  The Path

Bonus track :

10.  The Bird

Durée : 47 min.

line up
parution
28 Avril 2014

voir aussi
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Frozen Moments Between Life And Death

2011 - XIII Bis Records
  
Loudblast
Loudblast
Disincarnate

1991 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Fragments

1998 - XIII Bis Records
  

Essayez aussi
Stench Of Decay
Stench Of Decay
Visions Beyond Death (EP)

2011 - Detest Records
  
Morbid Flesh
Morbid Flesh
Embedded In The Ossuary (EP)

2014 - Unholy Prophecies
  
Convulse
Convulse
World Without God

1991 - Thrash Records
  
Heresic Synopsis
Heresic Synopsis
Je Suis D'ailleurs

2014 - Autoproduction
  
Denial
Denial
Catacombs Of The Grotesque

2009 - Asphyxiate Recordings
  

Vemod
Venter På Stormene
Lire la chronique
On Thorns I Lay
Eternal Silence
Lire la chronique
Make Them Suffer
Worlds Apart
Lire la chronique
Satan présente GRAVELAND (feat. Sakrifiss)
Lire le podcast
Grima
Tales of the Enchanted Woods
Lire la chronique
Mötley Crüe
Shout at the Devil
Lire la chronique
Sepulchral
Back From The Dead (Compil.)
Lire la chronique
Skull Parade
Skullparade
Lire la chronique
Cytotoxin
Gammageddon
Lire la chronique
The World I Knew
Fuck a 9-5 (EP)
Lire la chronique
Infinity
Hybris
Lire la chronique
Anasarca
Survival Mode
Lire la chronique
The Fatalist
Dark Ecriture (EP)
Lire la chronique
Dead Witches
Ouija
Lire la chronique
Black Metal in french : Les destructeurs
Lire le biographie
Formicarius
Black Mass Ritual
Lire la chronique
Bloody Rabbeat
Use Your Head (EP)
Lire la chronique
Dzö-nga
The Sachem's Tales
Lire la chronique
Wacken Open Air 2017
28 years louder than anythi...
Lire le live report
Expulsion
Nightmare Future (EP)
Lire la chronique
Once Awake
Ever So Cold
Lire la chronique
Contorsion
United Zombie Nation (U.z.N)
Lire la chronique
The Gault
Even as All Before Us
Lire la chronique
Hangman's Chair / Greenmachine
Hangman's Chair / Greenmach...
Lire la chronique
Dawn Of Disease
Ascension Gate
Lire la chronique
Nokturnal Mortum
Verity
Lire la chronique
Beneath
Ephemeris
Lire la chronique
Fall Of Summer 2017
Lire l'interview
The Midnight Ghost Train
Cypress Ave.
Lire la chronique
Cloven Hoof
Who Mourns For The Morning ...
Lire la chronique