chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Diocletian - Gesundrian

Chronique

Diocletian Gesundrian
Quatre ans après un War Of All Against All particulièrement convaincant, les Néo-Zélandais de Diocletian signent enfin leur grand retour. Il y a pourtant bien eu quelques sorties entre temps (un EP, une compilation et un split en compagnie de Weregoat) pour nous faire patienter mais rien de suffisant pour étancher cette soif de brutalité à laquelle Diocletian nous avait jusque là habitué.
A l’instar de ses confrères de Witchrist, c’est sur Osmose Productions que le groupe a jeté son dévolu pour la sortie de son nouvel album. Quant à l’artwork, les connaisseurs auront probablement reconnu le coup de crayon d’un Italien particulièrement plébiscité ces derniers mois, je veux bien entendu parler de Paolo Girardi. Malgré une certaine redondance, notamment dans les couleurs utilisées, le travail réalisé ici est encore d’excellente facture et colle plutôt bien à cette image conquérante et martiale que l’on peut se faire de Diocletian.

Reprenant le titre d’un morceau de 2008 figurant sur un split en compagnie de Denouncement Pyre, Gesundrian marque le retour au chant de Logan Muir, musicien multitâches (chant, guitare, basse) ayant officié derrière le micro de Diocletian entre 2005 et 2012 (à l’exception cependant de Doom Cult, War Of All Against All et du split avec Weregoat). Peu familier de la période pré-Doom Cult et n’ayant jamais posé mes oreilles sur le EP European Annihilation, il s’agit pour ma part de l’élément nouveau de ce Gesundrian.

Mais pas d'inquiétudes à avoir de ce côté là, car bien que son timbre de voix ne soit pas identique à ceux de ses prédécesseurs (on peut facilement s'en rendre compte dès la premier écoute), la voix rugueuse, arrachée et particulièrement véhémente de Logan Muir trouve naturellement sa place dans le paysage sonore dépeint par Diocletian. À la manière d'un Ryan Foster, ces lignes de chant semblent porter en elles toute la haine et la violence du monde. Un registre vocal exempt de toute compassion, de tout humanisme et donc évidemment très proche de ce War/Black Metal si cher à la scène néo-zélandaise (Revenge, Conqueror, Blasphemy...).
Mais si la voix de Logan Muir est bien l'élément nouveau de ce Gesundrian, la surprise vient étrangement d'ailleurs. Habitué jusque là à une production dense et hermétique offrant finalement peu de relief mais capable d'étouffer l'auditeur, Diocletian à fait aujourd'hui le choix de rendre sa musique beaucoup plus lisible. Le groupe gagne ainsi en immédiateté ce qu'il perd (en partie) en atmosphère. Un choix qui risque probablement de ne pas plaire à tout le monde mais qui semblait pourtant inévitable si l'on regarde le virage pris par des groupes comme Witchrist ou Heresiarch. Pour ma part, je ne dirais pas que cette décision ne me gêne pas car autrefois, pouvoir apprécier Diocletian impliquait quelque part une certaine dévotion, un travail d'écoute volontaire et participatif, bref de l'engagement. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Les riffs s'imposent avec aisance, se faisant presque mélodiques sur certains passages alors que cette sensation désagréable de suffoquer, d'être pris à la gorge et de subir tout le poids du monde sur ses épaules tend désormais à s'estomper.
Pour autant, Gesundrian n'en est pas moins redoutable. Ainsi révélés, les instruments s'accordent dans un déluge à la limite de la cacophonie entre une batterie survoltée qui cogne dans les tous les sens (l'utilisation des cymbales donnent ici beaucoup de rythmes et d'énergie), des riffs sinistres et corrosifs (ponctués d'ailleurs par quelques soli bien cradingues), une basse vrombissante toute en saturation et ces crachats impies et blasphématoires en guise de chant. Bien que l'atmosphère soit peut-être moins pesante, la sensation d'en prendre plein la gueule reste ici le sentiment qui domine. Diocletian ne s'est pas du tout calmé et semble même avoir durci son propos (sensation justement accentuée par cette lisibilité évoquée un peu plus haut).
Enfin, les tendances "Doom" déjà manifestées par le groupe auparavant se manifestent une fois de plus avec notamment quelques séquences/titres exprimant une certaine lourdeur toute maladive: ce long titre introductif (plus de cinq minutes) qu'est "Cleaved Asunder" construit sur un seul et même riff répété à outrance, les dernières minutes de "Beast Atop The Trapezoid", ce "Steel Jaws" schizophrénique fait d'accélérations et de relâchements plombés et plombant... Bref, une variété de rythmes plutôt bienvenue qui permet

Rendu probablement plus accessible de part ce choix de production, ce nouvel album de Diocletian n'en est pas moins éreintant. Pied au plancher, entrecoupé par quelques séquences mid tempo, Diocletian écrase l’auditeur sans sommation, ne le laissant même pas relever la tête pour reprendre sa respiration. Passé maître dans l’art d’un War Metal exigeant, les Néo-Zélandais continuent de trôner au sommet de cette discipline violente et martiale. Pourtant, au jeu des trônes, le groupe semble vouloir se mettre en danger, créant des dissensions au sein de son propre camp. En effet, nul doute que les avis divergeront face à ce choix de rendre sa musique plus accessible, au moins sur la forme. Pour ma part, j’ai choisi mon camp. Et vous?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

LANGOUSTE citer
LANGOUSTE
03/06/2014 22:40
J'aime beaucoup cette pochette.
gulo gulo citer
gulo gulo
03/06/2014 17:47
C'est négatif.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
03/06/2014 14:27
note: 5.5/10
Faut voir, peut-être un achat prévu, mais la prod me rebute grave.
AxGxB citer
AxGxB
03/06/2014 12:59
note: 8/10
Euh, c'est positif ou négatif? Gros sourire
gulo gulo citer
gulo gulo
03/06/2014 12:57
Y m'a un peu bandé.
TyrannyForYou citer
TyrannyForYou
03/06/2014 11:50
Pas mal du tout !! Un p'tit côté Angelcorpse & Axis Of Advance, je connaissais pas mais je vais vite m'y pencher !
AxGxB citer
AxGxB
03/06/2014 06:06
note: 8/10
Deux titres sont en écoutes sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Diocletian
Black / Death Metal
2014 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (5)  7.3/10
Webzines : (12)  7.72/10

plus d'infos sur
Diocletian
Diocletian
Black / Death Metal - 2004 - Nouvelle-Zélande
  

tracklist
01.   Cleaved Asunder
02.   Wretched Sons
03.   Summoning Fear
04.   Traitor's Gallow
05.   Steel Jaws
06.   Wolf Against Serpent
07.   Beast Atop The Trapezoid
08.   Zealot's Poison

Durée : 34:58

line up
parution
13 Mai 2014

voir aussi
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  
Diocletian
Diocletian
Doom Cult

2009 - Invictus Productions
  
Diocletian
Diocletian
Annihilation Rituals (Compil.)

2012 - Osmose Productions
  
Diocletian
Diocletian
War Of All Against All

2010 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Dragged Into Sunlight
Dragged Into Sunlight
Hatred For Mankind

2011 - Prosthetic Records
  
Dissection
Dissection
Storm Of The Light's Bane

1995 - Nuclear Blast
  
Invincible Force
Invincible Force
Satan Rebellion Metal

2015 - Dark Descent Records
  
Kalmah
Kalmah
They Will Return

2002 - Spikefarm Records
  
Merciless
Merciless
Unbound

1994 - Black Lodge Records
  

Gevlerkt
De Grote Sterfte
Lire la chronique
Doedsvangr
Satan ov Suns
Lire la chronique
Mindwarp
A Cold Black Day
Lire la chronique
Anguish
Magna Est Vis Siugnah
Lire la chronique
Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique