chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Emptiness - Nothing But The Whole

Chronique

Emptiness Nothing But The Whole
Une nuit interminable ; une église de centre-ville crasseuse, secrète, à l'architecture ancienne ternie par le temps ; un air vicié ; un silence pesant, seulement interrompu par l'avancée d'insectes s'approchant du lieu de culte ; un écho du futur prévenant des horreurs à venir de façon énigmatique, sous des traits féminins brouillés ; une infection qui s'étend malignement chez les personnes se capitonnant dans le temple ; la peur la plus obsédante qui soit : celle d'avoir peur, de ne rien voir de frontalement hostile et horrible et pourtant ressentir dans ses os que « quelque chose ne va pas ».

Cela est une description des choses parcourant le film Prince of Darkness (l'un des plus sous-estimés de la filmographie de Carpenter) mais convient parfaitement au nouvel album d'Emptiness, Nothing but the Whole. Parti d'un Black/Death typique, le groupe composé de membres d'Enthroned a pris un virage étonnant avec Error, essai de 2012 qui cassait les structures classiques du style pour tendre vers quelque chose d'autre. Cependant, rien de ce que les Belges ont créé jusqu'à cette année ne laissait présager de cet OVNI qu'est leur quatrième longue-durée.

En effet, Nothing but the Whole est tellement à mille lieux de toutes catégorisations qu'il est impossible de lui trouver un équivalent. De nombreux noms surgissent durant l'écoute, passant du The Cure des années cold sur certaines leads rachitiques (« Go and Hope » ; « Lowland ») à des moments évoquant les passages les plus éteints du The Destroyers of All d'Ulcerate, le tout pratiqué avec une rigoureuse simplicité dont les seuls à même de la rappeler sont les Français d'Ataraxie. Il y a même un passage trip-hop maussade sur « All Is Known » qui titille Blut Aus Nord, je vous le cale entre les autres articles dans votre caddie ?

Des formations si différentes les unes des autres que les comparaisons aidant à définir la musique d'Emptiness deviennent rapidement vaines. Retenez cependant ceci : Emptiness est un groupe belge, comme Daggers, AmenRa ou Alkerdeel et pour qui s'est déjà confronté à ces groupes, il n'y a aucun besoin de dire à quel point ce pays a le chic pour offrir des disques de musiques extrêmes tous différents les uns des autres et pourtant liés par la même capacité à tenir le Morne d'une main experte. Nothing but the Whole n'y échappe pas, donnant dans la copie dérangée ayant gardé du black son atmosphère congelée et du death son sentiment de puissance, de plaisir à corrompre les choses terrestres pour se rouler dedans, dans la concupiscence. À la différence près que rien n'est infernal et tout est méthodique ici : le quatuor n'avance jamais à découvert, n'attaque jamais (aucun blast, solo et tutti quanti à l'horizon). Son objectif se réalise plutôt par les détours, le travail sur les ambiances et une application continue à dérouter pour mieux envahir. Trente-neuf minutes misant sur la fascination qu'elles procurent pour convaincre, et non une compilation de moments efficaces, tuants ou directs.

J'imagine que cela veut dire que Nothing but the Whole ne sera pas pour tout le monde. Seulement, comment résister à cette production laissant champ-libre à la voix posée et gutturale de Phorgath, donnant un sentiment de force contrebalançant le rythme d'escargot sur lequel se calent les autres instruments ? Comment ne pas se sentir enivré par la langueur des guitares, tantôt rampantes, tantôt acharnées ou par un titre comme « Behind the Curtain » où tout s'élève soudainement, se fait majestueux et véhément, jusqu'à l'arrivée d'une basse montrant qui exulte et qui est cimenté jusqu'à l'étouffement ? Emptiness fonctionne selon une logique propre, qui laissera beaucoup sur le carreau ; cela ne veut pas dire qu'il n'en a aucune. Le but est bien d'hypnotiser pour mieux détruire.

Un principe que Nothing but the Whole conserve jusqu'au bout, même si le final « Lowland » fait regretter qu'Emptiness n'ait pas fait une exception, sa conclusion laissant un peu frustré de ne pas avoir l'explosion que le morceau se plaît à annoncer en bout de course. Bien sûr, il s'agit d'une œuvre tirant son pouvoir de la suggestion mais cela montre également que les Belges en gardent encore un peu sous le coude.

Finalement, si l'on m'obligeait à rapprocher Emptiness de quelques entités connues, je dirais qu'il ne peut considérer comme frère que Wrest, plus particulièrement les derniers albums de Leviathan et celui de Lurker of Chalice. Pareillement sensuel, malade, urbain et sadique, Nothing but the Whole s'inscrit comme la surprise de l'année, ainsi que comme un sérieux prétendant au trône de 2014 (malgré de nombreuses écoutes, je n'ai toujours pas le sentiment de l'avoir totalement percé à jour). « Unique », on peut décidément employer le mot pour qualifier cette œuvre ambitieuse ne voulant assujettir rien d'autre... que l'ensemble.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Ikea citer
Ikea
06/09/2014 08:15
note: 8.5/10
Ajout d'une version live (un peu particulière) du titre "Behind the Curtain".
Invité citer
Ma
30/08/2014 16:16
Ça se voit sur Nothing but the Whole
Ikea citer
Ikea
29/08/2014 18:41
note: 8.5/10
Ma a écrit : Y a un petit coté secret of the moons période Privilegivm .

Dooth metal !


Ah oui tiens, aussi...
Invité citer
Ma
29/08/2014 11:31
Y a un petit coté secret of the moons période Privilegivm .

Dooth metal !
chaussure citer
chaussure
08/07/2014 19:55
note: 7.5/10
ce 1er morceau qui a la sensualité d'une limace, quel bonheur..
pour titiller, on dira que les 2 derniers morceaux lourdent un peu, mais sinon c'est vraiment très très bien.
BBB citer
BBB
02/07/2014 14:00
note: 8.5/10
Hop, commandé!
Invité citer
Aguirre
01/07/2014 07:20
C'est bon ça! Ca me rappelle la grisaille neurasthénique post-punk de Sick Room et Sanctus Daemoneon.

Amenra, c'a assez tarte par contre.
Ikea citer
Ikea
30/06/2014 14:10
note: 8.5/10
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Emptiness
Industrial Black/Death Metal
2014 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (9)  8.44/10
Webzines : (9)  7.11/10

plus d'infos sur
Emptiness
Emptiness
Dark Music - 1998 - Belgique
  

vidéos
Album Trailer
Album Trailer
Emptiness

Extrait de "Nothing But The Whole"
  
All Is Known
All Is Known
Emptiness

Extrait de "Nothing But The Whole"
  
 Behind the Curtain (live)
Behind the Curtain (live)
Emptiness

Extrait de "Nothing But The Whole"
  

tracklist
01.   Go and Hope
02.   Nothing but the Whole
03.   Behind the Curtain
04.   All Is Known
05.   Tale of a Burning Man
06.   The Past Is Dead
07.   Lowland

Durée : 39 minutes 3 secondes

line up
parution
27 Mai 2014

voir aussi
Emptiness
Emptiness
Not For Music

2017 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Ævangelist
Ævangelist
Writhes in the Murk

2014 - Debemur Morti Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
Deus Salutis Meæ

2017 - Debemur Morti Productions
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique