chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
30 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Brutally Deceased - Black Infernal Vortex

Chronique

Brutally Deceased Black Infernal Vortex
En l'espace de deux ans, l'Italien Paolo Girardi s'est imposé comme l'un des illustrateurs incontournables de la scène Death/Black underground, assurant ainsi depuis 2012 vingt neuf illustrations pour de nombreux artistes tels que Diocletian, Inquisition, Chaos Inception ou encore Decaying Purity. Malgré certaines remarques plutôt justifiées quant à la redondance de son travail et de certaines de ses oeuvres, on le retrouve une fois de plus cette année pour l'artwork du deuxième album des Tchèques de Brutally Deceased.
Intitulé Black Infernal Vortex et paru cette fois-ci sur Doomentia Records, ce nouvel album fait suite notamment au très bon Dead Lovers' Guide sorti en 2010. Sans bousculer les codes établis (bien au contraire), le groupe avait fait bonne presse grâce à un Death Metal old school empruntant énormément à Dismember. Un hommage vibrant et sincère en forme de copier/coller que les Tchèques continuent sans surprise d'entretenir aujourd'hui avec ce nouvel album.

Dès lors, une chose est sûre, si vous faites partie de ces gens réfractaires à cette vague de retro-Death ou bien soumis à une certaine forme d'indigestion depuis maintenant plus de cinq ans que nous sommes envahis de ce genre de groupes plus ou moins convaincants, vous pouvez d'ores et déjà passer votre chemin. Black Infernal Vortex renferme en effet à peu près tous les clichés du genre, sans grande exception... Alors, par quoi commencer?

Premier signe flagrant de cet amour porté aux productions suédoises de l'époque, le son exagérément rugueux des guitares. Inutile de fermer les yeux pour se laisser transporter dans le Stockholm de la fin des années 80. Il suffit pour cela de tendre l'oreille et d'écouter ces guitares boostées au son des pédales HM-2. Un travail calqué évidemment sur celui de Tomas Skogsberg, l'homme qui a rendu célèbre le Sunlight studio et donné un son au Death Metal. Pour se faire, Brutally Deceased à une fois de plus opté pour le Davos studio avec pour résultat un son toujours aussi gras et abrasif qui n'a pas honte d'être excessif.
Comme pour Dead Lovers' Guide, le groupe ne s'embarrasse d'aucune fioriture assommant d'entrée de jeu l'auditeur par une section rythmique particulièrement soutenue. Celle-ci est bâtie sur la base de séquences Thrash tout ce qu’il y a de plus véloces. Tchouka-tchouka enflammés et d-beat assénés en toute urgence sont ainsi à la fête sans jamais discontinuer ou presque. En effet, on retrouve bien quelques passages plus mesurés comme sur "Day Of Darkness", "Bellow The Adversary" ou l’interlude "Prelude To Deathwish" mais c’est bien pied au plancher que Brutally Deceased mène sa barque. Neuf titres expédiés en à peine plus de trente minutes. Je vous laisse faire le calcul. Finalement, la seule différence avec les quelques groupes suédois évoqués plus haut concerne le niveau de brutalité déployé. Comme il est déjà fait mention dans la chronique de Dead Lovers' Guide, les Tchèques tapent vraiment très fort avec, en plus d’un son particulièrement compact, de nombreuses séquences de blasts pas dégueulasses qui finissent de nous assommer ("Regurgitation Of Blood, Devoured Flesh And Gastric Juices", "Deathwish"...).
Toujours en comparaison de son prédécesseur, on note cette même qualité de composition en ce qui concerne les riffs et les nombreux soli mélodiques qui ponctuent Black Infernal Vortex. Le duo composé par Tomáš Halama et Marek Štembera s’en donne ici à cœur joie avec des riffs simples (pas plus de quelques accords) mais toujours très efficaces (on se surprend très vite à headbanger généreusement) et surtout une quantité de solos toujours très inspirés et apportant avec eux un souffle mélodique fort agréable. Une bouffée d’air frais dans ce Death Metal puissant et presque étouffant.

Si quatre ans séparent les deux albums de Brutally Deceased, on ne peut pas dire qu’il y ait pourtant grande différence entre l’un et l’autre. Ainsi, tout comme Dead Lovers' Guide, ce nouvel album se destine aux amateurs de Death Metal old school suédois n’ayant pas peur de la redite et du manque total d’originalité. Mais au Diable l’originalité quant ont à l’efficacité et la force de frappe d’un Brutally Deceased. Smothered nous l’a déjà montré un peu plus tôt cette année. Les Tchèques enfoncent ainsi encore un peu plus le clou avec un Black Infernal Vortex sans surprise mais procurant l’essentiel, c’est à dire beaucoup de plaisir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
theikid
22/08/2014 10:53
Perso ça me plait bien je ne connaissais pas! Je vais m'écouter les 2 pour la peine.
Keyser citer
Keyser
18/08/2014 14:56
note: 6.5/10
Album en deçà du 1er niveau inspiration. Toujours ce death metal old-school à la Suédois brutalisé à coup de blast-beats mais les riffs se font moins accrocheurs. Ça reste effectivement sympa cela dit.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Brutally Deceased
Death Metal
2014 - Doomentia Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (14)  6.38/10

plus d'infos sur
Brutally Deceased
Brutally Deceased
Death Metal - 2007 - République Tchèque
  

écoutez
tracklist
01.   Divinity And Decay  (04:16)
02.   Devil's Tarn  (03:34)
03.   Day Of Darkness  (03:36)
04.   Black Hammer Of Satan  (04:28)
05.   Serve The Labyrinthine Tombs  (02:45)
06.   Regurgitation Of Blood, Devoured Flesh And Gastric Juices  (04:16)
07.   Below The Adversary  (03:26)
08.   Prelude To Deathwish  (01:30)
09.   Deathwish  (03:01)

Durée : 30:52

line up
parution
21 Mars 2014

voir aussi
Interment / Brutally Deceased
Interment / Brutally Deceased
Glory Days, Festering Years (Split-CD)

2013 - Doomentia Records
  
Brutally Deceased
Brutally Deceased
Dead Lovers' Guide

2010 - Lavadome Productions
  

Essayez aussi
Necrovation
Necrovation
Breed Deadness Blood

2008 - Blood Harvest
  
Decaying
Decaying
Devastate

2011 - Hellthrasher Productions
  
Immolation
Immolation
Close To A World Below

2000 - Metal Blade Records
  
Lie In Ruins
Lie In Ruins
Towards Divine Death

2014 - Dark Descent Records
  
Asphyx
Asphyx
Incoming Death

2016 - Century Media Records
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique