chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Austrasian Goat - The Austrasian Goat

Chronique

The Austrasian Goat The Austrasian Goat
Inutile de présenter une nouvelle fois The Austrasian Goat, projet déjà abordé ici par mes chroniques de Stains of Resignation et Paved Intentions. Julien Louvet jouit d'une certaine renommée dans le milieu du black metal, de par sa productivité ahurissante (remise récemment sur le devant de la scène grâce à l'édition CD de la compilation Principles of Disillusion par Music Fear Satan) ainsi que de nombreuses collaborations au sein d'autres formations (Death To Pigs, Yrsel, Devilish Cheat...). Un nom récurrent dont le premier album sorti en 2007 sur I Hate et 213 Records a fait grand bruit.

Par contre, vous n'allez pas échapper à une énième référence à la région d'origine de Julien Louvet qui, ici plus que dans ses autres sorties, prend une place importante dans l'intérêt que je lui porte. The Austrasian Goat vient de Lorraine, et ce premier album en est imprégné dans ses moindres recoins. Si à son écoute je pense déjà à des entités aussi différentes que Jesu, Nortt ou Xasthur, le one man band se sert de ses influences pour créer une musique qui lui est propre. Mécanique, nihiliste, éthéré et funéraire, ce premier jet rappelle avant toutes choses ces endroits décharnés de la vallée de la Fensch, où les immenses usines d'une période florissante sont laissées à l'abandon, comme des cloques de rouille balafrant le paysage. Un monde à l'arrêt, coincé entre recherche d'un second souffle et glorification d'un passé qui ne cesse pourtant de pourrir sous nos yeux.

Impossible pour moi, qui ai grandi dans cet environnement, de ne pas être touché par ces neuf compositions (comprenant une reprise de Grief, la haineuse « I Hate the Human Race ») dont les répétitions paraissent figurer cette atmosphère de terre repliée sur elle-même, laissée au bord de la route du Progrès. Si quelques sursauts apparaissent, ces quarante-deux minutes sont majoritairement constituées d'une boite à rythme bloquée en première vitesse ainsi que des guitares congelées mettant dans un état semblable à un coma artificiel. Une musique jusqu’au-boutiste dans la lente asphyxie qu'elle cherche (et réussit) à transmettre, dévitalisant le corps pour le rendre pareil à cette voix fantomatique, lointaine et acrimonieuse.

The Austrasian Goat n'est cependant pas un disque qui, comme cela se fait habituellement, souhaite enfermer l'auditeur dans une ambiance crasseuse. Bien que moins serti d'arrangements en tous genres que le mélancolique Stains of Resignation, il possède une certaine beauté qui fait passer aisément les rythmiques et mélodies d'escargot dont il se sert. Il y a derrière la voix acide de Julien Louvet et ses instruments quelque chose d'onirique, presque majestueux, qui transforme en caresses les gifles de sa boite à rythme autoritaire. Une qualité donnant à cet album une aura irréelle mais aussi un défaut, le caractère extrêmement soigné de l'ensemble ne permettant pas d'aller au bout de ce désespoir qui le traverse. Cet entre-deux ayant du mal à choisir entre noirceur totale et charme de la grisaille me laisse partagé, à la façon d'une durée totale qui, si elle s'arrête avant l'ennui, ne donne pas le temps de totalement s'imprégner de l’œuvre.

Mais, encore une fois, je ne peux que ressentir des liens avec cette musique, en tout point marquée par ma terre natale. Si ne pas avoir grandi là-bas n'empêche pas de l'apprécier, elle résonne d'une façon particulière chez moi. Ah ! Dire qu'au moment de sa sortie, je l'avais dédaigné, préférant acheter d'autres albums plus attirants que du funeral ! Considérez ce texte comme des excuses.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
Aguirre
17/08/2014 19:32
le problème c'est que je n'ai pas reçu le promo et que musicfearsatan est un label assez cher! Gros sourire

Mais maintentant que j'en parle, ça me fait penser qu'à la prochaine occas, j'irai faire un tour dans leur boutique à Paris...
Ce sera moins cher mais évidemment je payerai plus, vu que je ne vais pas résister!
Ikea citer
Ikea
17/08/2014 14:23
note: 7.5/10
Il faut, il faut... Essaye le suivant aussi (Stains of Resignation) si tu te lances. Il est diffèrent mais pas moins bon !
Invité citer
Aguirre
17/08/2014 10:03
Les quelques bribes que j'en ai entendu me semblaient bien juteuses. Je n'ai pas creusé plus loin pourtant.
gulo gulo citer
gulo gulo
16/08/2014 17:02
note: 7.5/10
Le seul qui me parle.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Austrasian Goat
Industrial Funeral Doom/Black Metal
2007 - I Hate / 213 Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (7)  7.74/10

plus d'infos sur
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Folk - 2006 - France
  

tracklist
01.   Pyre Without Flames
02.   Embrace a Green Distress
03.   The Banks of the Shadow's River
04.   The Fall of Everything
05.   I Hate the Human Race (Grief Cover)
06.   Silence Is Weapon
07.   Black Is Not a Colour
08.   River and Fog
09.   Unchained

Durée : 42 minutes 30 secondes

line up
parution
2 Juillet 2007

voir aussi
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
Stains Of Resignation

2010 - Music Fear Satan
  
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
Paved Intentions

2012 - Vendetta Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique