chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Aposento - Aposento

Chronique

Aposento Aposento
On ne rend pas assez hommage à Xtreem Music et son fondateur Dave Rotten, également frontman de Avulsed (ainsi que de Christ Denied et Putrevore). Il n'y a certes pas que des pépites sur ce label mais il faut saluer la passion de ce mec qui, depuis le début des années 1990, se pose en acteur majeur en Europe de la scène death metal, que ce soit avec Drowned Productions puis Repulse Records et enfin Xtreem Music. Celui-ci se permet même plusieurs rôles, entre la réédition de classiques (beaucoup de finlandais notamment avec Demigod, Adramelech, Demilich, Disgrace, Funebre et Purtenance), la découverte de nouveaux talents (Gorezone, Hour Of Penance, Azooma, Dying Out Flame) ou la promotion de sa scène nationale espagnole (Unreal Overflows, Unbounded Terror, Human Mincer, une multitude de combos thrash voire black, bientôt Canker...). Aujourd'hui, c'est cette dernière facette qui nous amène. Si le nom d'Aposento ne vous dit sans doute rien (à moins non plus avant cette sortie), sachez que le groupe n'est pas né de la dernière pluie. Sa formation remonte en effet à 1990! Les Espagnols sortiront deux démos et un EP avant de spliter en 1997 puis de revenir en 2012 avec un nouvel EP. Enfin, 2014 voit la sortie de leur premier full-length éponyme, vingt-quatre ans après la naissance d'Aposento. Un délai bien long, même en enlevant le break de quinze ans!

Pourquoi parler de ce combo de vieux quasi inconnu? Parce que c'est la grosse surprise de l'année? Pas vraiment non mais comme les extraits m'avaient convaincu, j'avais décidé de m'occuper de la chronique. Si Aposento démontre bien ici quelques qualités, l'ensemble de l'album s'avère toutefois assez décevant par rapport au potentiel entrevu sur les meilleurs morceaux. Sachez tout d'abord, même si vous devez vous en douter vu la pochette clichée et tout un tas d'autres indices, qu'Aposento fait dans le death metal, et pas le plus moderne. Du death metal old-school donc, très typé années 1990, avec quelques relents de thrash. Influence principale, les États-Unis, en particulier Cannibal Corpse (old) et la Floride. Riffs en tremolo noirs et méchants mais pas trop, groove gore, rythmiques entraînantes et efficaces à base de semi-blasts, blastouille, tchouka-tchouka et mid-tempo classiques, solos chaotiques au vibrato, growl typique parfois mêlé à du shriek, production adéquate naturelle certifiée d'époque (batterie un peu en carton toutefois), bref toute la panoplie. Alors bien sûr, ça ne sonne pas très frais, encore moins original. Mais ça on s'en fout tant que c'est bien branlé. Le problème c'est que ça ne l'est pas toujours. Les premières écoutes se sont pourtant avérées positives, avant de devoir se rendre à l'évidence. Sans être mauvais (pas mal de bons riffs, une efficacité certaine, un groove assez accrocheur, etc.), Aposento ne tient pas la durée et se montre trop inégal, limité et répétitif. Les deux premières compositions, "Aliens - Seres Del Más Allá" et "Hijos Del Caos", celles qui m'avaient poussé à la consommation, laissaient espérer un album de death metal certes déjà entendu mais inspiré et divertissant. "Muerte Lenta" avec son rythme mollasson et son riff principal banal au possible viendra freiner l'enthousiasme de ce début d'opus prometteur. Une erreur de parcours? Les pêchus et efficaces "La Valla" et "Mutiladora Genital" pourraient le faire penser. Malheureusement, le reste du disque ennuiera quasi autant que cette troisième piste insipide malgré quelques moments de bravoure tels le mid-tempo grassouillet un peu à la Suffocation à 3'55 sur "Avaricia", ce riff assez "marrant" en fin de boucle sur "Sacrilegio Consumado" avant la deuxième minute, les séquences très old-school limite punks de "Inquisidor De Un Falso Profeta" ou encore la petite touche plus mélodique de "Alma Condenada".

Comme quoi Aposento a tout de même quelques atouts à faire valoir. Après tout, ce n'est pas un mauvais album et les insatiables de death metal, en particulier les inconditionnels de Cannibal Corpse et de vieux DM floridien, peuvent y jeter une oreille car il s'écoute sans déplaisir. Mais il reste anecdotique. Face à la tripotée d'albums qui sort tous les mois, il n'a pas de quoi se faire une place parmi les incontournables. Un truc efficace avec du groove et quelques riffs notables qu'on trouvera sympathique sur le moment mais qu'on oubliera vite. Xtreem Music a néanmoins bien fait d'aider ces vétérans de la scène death metal espagnole à sortir enfin leur premier full-length. Cela m'aura au moins permis de découvrir un nouveau groupe. Et moi, j'ai toujours soif de découvertes, même sans importance.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Aposento
Death Metal
2014 - Xtreem Music
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Aposento
Aposento
Death Metal - 1990 - Espagne
  

tracklist
01.   Aliens - Seres Del Más Allá
02.   Hijos Del Caos
03.   Muerte Lenta
04.   La Valla
05.   Mutiladora Genital
06.   Avaricia
07.   Sacrilegio Consumado
08.   Inquisidor De Un Falso Profeta
09.   Alma Condenada

Durée : 37'11

line up
parution
1 Mai 2014

Essayez plutôt
Necrowretch
Necrowretch
Putrefactive Infestation (EP)

2011 - Detest Records
  
Sinister
Sinister
Afterburner

2006 - Nuclear Blast Records
  
Hail Of Bullets
Hail Of Bullets
On Divine Winds

2010 - Metal Blade Records
  
Funest
Funest
Desecrating Obscurity

2014 - Memento Mori
  
Bolt Thrower
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (Compil.)

1991 - Strange Fruit
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique