chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Expire - Pretty Low

Chronique

Expire Pretty Low
Deux ans après un premier album particulièrement concluant (l’excellent Pendulum Swings), les Américains d’Expire signent aujourd’hui leur retour avec la sortie il y a déjà quelques semaines de Pretty Low, nouvel essai "longue durée", paru une nouvelle fois chez Bridge Nine. A première vue, pas de grands bouleversements entre ces deux albums si ce n’est la couleur et le sexe de la personne figurant sur l’artwork. Un artwork violet avec cette fois-ci une fille dessus et qui pourrait faire passer Expire pour un quelconque groupe d’Emocore des années 2000. Mais heureusement il n’en est rien puisque le groupe revient sans surprise avec onze titres d’un Hardcore fortement inspiré par l’école new-yorkaise des années 90.

Sans surprise, en effet, la formule consacrée se veut tout à fait adaptée à la situation et c’est probablement le seul véritable défaut de ce deuxième album qui, dans un premier temps, ne me semblait pas à la hauteur de son prédécesseur. Ce constat m’a même posé quelques soucis puisqu’en dehors du fait qu’il m’ait fallu plusieurs semaines avant de faire l’acquisition de Pretty Low, mes premières écoutes ne m’ont pas spécialement convaincues de m’y replonger instantanément comme ce fût le cas avec les deux premiers EP ou bien encore Pendulum Swings. Mais ça, c’était avant...
En effet, heureusement que je suis un chroniqueur dévoué et que j’ai surtout horreur de ne pas rentabiliser mes achats. Du coup, à force de persévérance Pretty Low a finit par faire son chemin et ainsi trouver grâce à mes oreilles. Bon, n’exagérons rien puisque comme je l’ai déjà dit un peu plus haut, celui-ci ressemble à s’y méprendre à son grand frère si ce n’est peut-être ce riffing qui, de prime abord, m’a semblé moins marquant... On retrouve donc naturellement le même Hardcore nerveux et abrasif qui faisait déjà tout l’intérêt de Pendulum Swings. Onze compositions "faciles" mais incroyablement directes qui ne se perdent jamais en route et vont ainsi à l’essentiel. Une nervosité de tous les instants transmise essentiellement par une production rugueuse laissant transparaître l’urgence de chaque titre ainsi que la hargne d’un Josh Kelting décidément toujours aussi énervé.

En un petit peu plus de vingt-quatre minutes, Expire vient remettre les pendules à l’heure et rappeler, si le besoin s’en faisait sentir, que la scène Hardcore se porte particulièrement bien en ce moment. Ainsi, à l’inverse de ce que j’ai pu ressentir lors de mes premières écoutes, je prends désormais un malin plaisir à l’écoute de ces onze morceaux tous plus redoutables les uns que les autres et finalement toujours aussi expéditifs (à peine plus de deux minutes). De "Pretty Low" à "Fiction" en passant par "Gravity", "Nobody", "Old Habits", "Forgetting" ou encore le très bon "Rejection", le groupe originaire du Midwest continue d’user des mêmes codes pour arriver à ses fins. Soit une basse toujours aussi ronde et catchy, des riffs Punk ultra acérés, une ambiance urbaine virile et bien vénère et enfin un sens du groove incroyable. Je pourrais vous parler de ces séquences ou Expire accélère la cadence à coup de tchouka-tchouka mais ce sont surtout ces passages beaucoup plus dansants qui font pour moi toute la différence. Adeptes de la mosh-part, réjouissez-vous car Pretty Low en est truffé.

Bref, je me suis donc planté et je n’ai pas honte de le reconnaitre. Et finalement ça me va plutôt bien parce que cela m’aurait bien ennuyé de coller une mauvaise note à Expire que je suis maintenant depuis plusieurs années. Comme quoi, rien ne sert de se précipiter... Enfin bon, sans vouloir jouer au philosophe, sachez juste que cet album, s'il n'est pas aussi bon que son prédécesseur (effet de surprise, blablabla...) n'en n'est pas moins ultra efficace, se classant ainsi parmi les meilleurs sorties Hardcore de l’année. Alors quoi, Mea culpa? Carpe Diem? Une autre phrase toute faite?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Invité citer
CROM
07/10/2014 18:33
Rôôôô Vince, tu chipoutes là.
korbendallas citer
korbendallas
06/10/2014 10:56
Pas trop emballé pour l'instant par ce nouvel opus ... à rééssayer je pense mais c'est pas gagné !
KPM citer
KPM
06/10/2014 10:08
note: 7/10
I'm at a crossroad
Where you choose
You either fight, or you lose
Refuse to let my life be reduced to rubble
When the shit keeps piling up, get a shovel

Voilà ce que j'ai le plus retenu, dans l'ensemble.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Expire
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  7.5/10
Webzines : (9)  6.96/10

plus d'infos sur
Expire
Expire
Hardcore - 2009 - Etats-Unis
  

vidéos
Forgetting
Forgetting
Expire

Extrait de "Pretty Low"
  

tracklist
01.   Pretty Low
02.   Just Don’t
03.   Fiction
04.   Gravity
05.   Nobody
06.   Old Habits
07.   Forgetting
08.   Callous
09.   Rejection
10.   If It Were Up To me
11.   Second Face

line up
parution
17 Juin 2014

voir aussi
Expire
Expire
With Regret

2016 - Bridge Nine Records
  
Expire
Expire
Pendulum Swings

2012 - Bridge Nine Records
  

Essayez aussi
Higher Power
Higher Power
Soul Structure

2017 - Flatspot Records
  
Death Before Dishonor
Death Before Dishonor
Better Ways To Die

2009 - Bridge Nine Records
  
All Out War
All Out War
For Those Who Were Crucified

1998 - Victory Records
  
Sick Of It All
Sick Of It All
Just Look Around

1992 - Relativity Records
  
All Out War
All Out War
Dying Gods (EP)

2015 - Organized Crime Records
  

Gutter Instinct
Heirs Of Sisyphus
Lire la chronique
Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique