chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Woodtemple - Forgotten Pride

Chronique

Woodtemple Forgotten Pride
« T’as copié ! ».
« Nan j’ai pas copié, c’est toi qu’as copié ! »


Copier, c’est mal. Alors si vous écoutez WOODTEMPLE vous allez justement vous dire que le groupe autrichien est très, très, très mauvais ! Je vous entends déjà murmurer : « Mais c’est une copie conforme du GRAVELAND actuel ! Il vole la formule pagan épique envolé à la sauce Valkyrie du Polonais ! ». Oui, mais voilà, il faut être un peu mesuré, pour plusieurs raisons. Tout d’abord il faut se souvenir qu’Aramath, l’unique membre de WOODTEMPLE, ne s’est pas mis à faire ce style d’un coup d’un seul avec ce nouvel opus. Il avait déjà ce style de composition en 2006, alors que Rob Darken (de GRAVELAND bien entendu) n’en était pas encore au même rendu sonore. Il était sur la voie mais il n’avait pas encore plongé dans le tout majestueux. Certains futés se disent alors : « Ah, ce serait donc lui le réel copieur ? D’autant que les deux groupes étaient sur le même label en ce temps-là ! Oh oh oh ! ». Et bien là encore, restez méfiant ! C’est vrai que les deux hommes se connaissent bien et ils ont même affirmé leur amitié dans le passé, mais rien ne permet d’assurer que l’un ou l’autre a volé la formule de son comparse. Il est même plutôt possible qu’ils se soient inter-influencés. Mais comme GRAVELAND a sorti des albums à la pelle, on a tendance à lui délivrer le trophée du créateur du style, alors qu’il n’en serait que le plus célèbre représentant.

Quoi qu’il en soit, les discussions vont couper court grâce à cette nouvelle sortie puisque Rob Darken se retrouve désormais membre de WOODTEMPLE. Il n’en assure que la basse, mais c’est un message suffisamment clair et fort. Cela ne signifie-t-il pas que Monsieur GRAVELAND estime devoir quelque chose à son camarade ? Et Amarath, en partageant l’affiche, montre quant à lui qu’il a effectivement des liens indéniables avec son aîné. Tout le monde avoue et assume donc les similitudes. C’est un beau pied de nez.

Alors qu’est-ce que cela donne quand WOODTEMPLE accueille GRAVELAND ? Un résultat bien convaincant. Sans être parfait, l’album parvient à créer les ambiances et les images qu’on attendait. C’est la guerre des dieux, le choc des Titans, le épées célestes qui se croisent et froment des étincelles de la force de la foudre. Bref, exactement ce que l’auditeur averti attendait. La musique épique voit voler les guitares, les vocaux ronchonnent et grattent fortement sur les consonnes, les chœurs féminins en arrière font office de nappes mélodiques… C’est exactement ce que les 4 derniers albums de GRAVELAND. Enfin, attention, c’est exactement ce que le Polonais fait sur ses morceaux moins rapides. Car ici c’est principalement mid tempo alors que chez GRAVELAND on trouve encore des moments plus excités. Peu de choses séparent ainsi les deux formations. Il y a bien quelques vocaux clairs, d’ailleurs très bons, mais ils ne font que deux apparitions et uniquement quelques secondes. On en redemande.

Du côté des défauts, certains seront choqués par la batterie qui est aussi la même que chez GRAVELAND, au son programmé, distant et « inhumain ». Je n'ai jamais rien eu contre les claviers et les BaR, donc moi je ne me plaindrais pas. Par contre, la fin de l’album est assez étrange, avec deux morceaux instrumentaux courts, dépassant timidement les deux minutes. Un intermède suivi d’une « outro ». Ordre un peu bancal... Il aurait fallu en placer un entre les trois vrais titres. Oui, trois seulement. C’est là l’autre problème. Une intro, un intermède et une conclusion, donc il ne reste que trois titres, et ils ne cumulent que 25 minutes. Pour un groupe qui n’avait pas sorti d’album depuis 6 ans, on s’attendait à plus.

Fan de GRAVELAND et déçu que le groupe se concentre plus à ressortir ses anciens albums dans des versions actualisées qu’à composer des nouveautés ? Eh bien achetez WOODTEMPLE en vous attendant à avoir la même chose. Exactement la même chose.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Woodtemple
Black pagan épique sauce Valkyrie
2014 - Sacrilege Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  4.91/10

plus d'infos sur
Woodtemple
Woodtemple
Black pagan épique sauce Valkyrie - 1998 - Autriche
  

tracklist
01.   Intro
02.   Forgotten Pride
03.   Sign of the Sun
04.   So Far Away
05.   Eternal Silence
06.   Outro

Durée : 31:03

line up
parution
30 Septembre 2014

Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique