chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Holdaar - Времена Уходящие В Небо

Chronique

Holdaar Времена Уходящие В Небо
(Times stretching in the sky)

Je sais très bien l’image que je véhicule. « Sakrifiss, le chroniqueur qui connaît beaucoup de groupes de black, qui écoute ce style depuis longtemps et qui écrit des commentaires mesurés. Il ne parle jamais de technique vu qu’il n’y connaît rien, et les autres genres de metal lui sont pratiquement inconnus. » Voilà, ça c’est moi.

Et bien j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.

La bonne, c’est que cette chro va me permettre de me refaire une toute nouvelle image, je ne serai plus jamais le même ! La mauvaise, c’est que je ne vais pas nécessairement y gagner au change puisque mon nouveau sobriquet va devenir « Sakrifiss le nauséabond ». Eh oui, mais bon, qu’est-ce que j’y peux moi si le meilleur album de 2014 au moment où j’écris ces lignes est l’œuvre d’un groupe ouvertement NS ! Je n’ai aucune responsabilité là-dedans moi !

« Oh l’autre, tu savais bien les idées du groupe avant de l’écouter, alors ne fais pas l’innocent, tu n’es pas tout blanc ! »

En l’occurrence, si, je suis tout blanc. Et vu que c’est la couleur recommandée pour écouter HOLDAAR je ne peux pas m’en plaindre (Dieudonné a investi mon corps, on se marre !)... Pour répondre sérieusement, il m’arrive d’écouter du black NS sans le savoir, mais il ne m’arrive pas de ne pas en écouter en le sachant. Là, je sais que vous allez relire la phrase pour essayer de la comprendre. Elle est tordue mais pas fausse. Sinon, il faut se rappeler que la plupart des groupes NS ne sont pas plus NS que les groupes à l'imagerie démoniaque sont véritablement satanistes... C’est pour faire peur à Papy fait de la résistance plus que pour vanter le troisième Reich...

« Ouais, bah même ! Pour des raisons morales, tu aurais pu t’abstenir. »

La moralité… je comprends. Mais je ne peux pas la faire passer devant la sincérité. Le fait est là, HOLDAAR est le meilleur groupe de 2014. Il aurait chanter l’amour des poneys ou l’envie de vivre dans un camps naturiste, cela aurait été la même chose. Mon engouement est purement musical. Il est NS, ça plaît, ça plaît pas, on pourrait en faire des pages ! Alors je ferme la grosse introduction ici.

Bon, que l’album soit énorme, je m’y attendais un peu parce que le groupe n’a cessé de progresser, de s’affiner, de se trouver depuis ses débuts. Et tout cela en multipliant les teintes musicales à chaque sortie. Dès 2010 et Year 120-th, la formation russe entrait parmi mes préférées, 4 ans après elle devient incontournable et rejoint les ténors des années 2010 DRAPSNATT, A FOREST OF STARS, PESTE NOIRE ou DEAFHEAVEN... Et je ne suis pas le seul à le penser vu qu’un album tribute à HOLDAAR est déjà sorti. Certes il ne réunit que des formations russes, mais cela prouve que ce groupe est reconnu, apprécié et remarqué par ses pairs.

Alors qu’est-ce qu’il y a de si monstrueux dans ce Times Stretching in the Sky ? Eh bien HOLDAAR arrive à l’apogée de sa formule. Il s’est véritablement surpassé sur ces 10 titres. Il propose une musique enjouée, envolée et presque douce. C’est tour à tour épique comme SUMMONING («Дивизия "Викинг" »), pagan folk comme KRODA (« Сородичи Полымя »), conquérant comme un bon BAL-SAGOTH («Ворона Крик »), ou encore nostalgique, mélancolique, enivrant. MAIS, s’il n’y avait que cela, je me contenterais des 150 autres groupes qui touchent à ces styles ! D’abord, chaque morceau est supporté par des sonorités martiales. Des tambours, de l’artillerie, des samples divers viennent ajouter une forte tension. MAIS AUSSI, et presque MAIS SURTOUT, les vocaux prennent toute la musique à contre pied, avec un timbre rugueux, très haineux, tout de suite reconnaissable tant il semble dégueuler son agressivité.

HOLDAAR, c’est le summum des extrêmes. La musique si mélodieuse avec des claviers et des chœurs féminins, les effets militaires qui martèlent efficacement et la voix horriblement sale. Et alors qu’à la base l’idée semble farfelue, vouée à l’échec, elle est explosive ! C’est un peu comme si un allumé se disait : « Tiens, je vais faire un film avec des cowboys homos. », ou alors « Tiens, je vais chanter en me travestissant en femme mais tout en gardant ma barbe.», ou enfin « Tiens, je vais mettre de l’ananas sur ma pizza ! ». Personne n’aurait misé un kopeck là-dessus ! Mais quand on se rappelle que le kopeck vient du russe, on se dit qu’on tenait pourtant un indice !

Cet album est terrifiant, je le mets en boucle, et je lui mets la note maximale, sans aucun doute. J’ai conscience que beaucoup seront déçus parce que cela ne correspondra pas à leur goût, mais si les références suivantes vous intriguent, il faut tester : SUMMONING, SONS OF NORTH, CRYSTALIUM, WOLFNACHT, KRODA, TEMNOZOR, WOLFKRIEG...

Maintenant Sakrifiss le nauséabond retourne encore écouter son petit bijou, sans honte, et curieux de savoir si la fin de l’année amènera un album encore plus vaste, plus fort, plus tendu. Dur...

A propos de cette chronique

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Streker citer
Streker
15/12/2014 10:50
note: 7.5/10
Je préfére largement le Wolfkriek pour ma part.
Invité citer
CROM
12/12/2014 19:30
"Einherjers Of Reich"
merci de la trad... pu...
Streker citer
Streker
12/12/2014 18:43
note: 7.5/10
Titre des pistes pour ceux qui ne lisent pas le russe...
Captive Of Memory 01:55
Panzer-Division "Wiking" 05:52
Children Of Fire 05:39
To The Shadow Of The Conqueror 05:48
Einherjers Of Reich 05:35
Ostpreußenlied 03:20
Empire Of Steel 04:40
Raven's Cry 05:48
Irminsul Of Soul 05:41
Times Stretching Into The Sky 05:25
Streker citer
Streker
07/10/2014 00:25
note: 7.5/10
Celui-ci me tente, le précédent ne m'avait pas du tout convaincu...mais le titre en écoute dépasse pour moi tous les titres du précédent, impatient d'écouter ça !
Sakrifiss citer
Sakrifiss
03/10/2014 16:50
note: 10/10
Mais ce n'était pas le cas avant,
Voilà ce que je disais sur Postchrist il y a quatre ans à propos d'un autre de leurs albums :

J’adore la scène russe. Mais je l’adore à un point tel que je pourrais l’écrire en majuscules. « J’ADORE LA SCENE RUSSE !!! ». Bon, ça c’est fait ! Et j’en vois certains se demander ce que c’est que la scène russe. Oui, comme partout les groupes y officient dans des genres variés, mais je ne parle pas de SATARIAL ou d’ARKONA, qui peuvent être agréables à leurs heures, mais de groupes tels BRANIKALD, NITBERG, M8L8TH et SONS OF NORTH.
Leur point commun est un black metal furieux et à vif, dévastateur mais aussi emprunt de touches mélancoliques ou mélodiques légères et mises en retrait. Derrière une haine immense dégueulée en pleine face, on retrouve chez toutes ces formations des miettes de désespoir. HOLDAAR s’inscrit dans cette branche de black et copie allégrement le déjà cité SONS OF NORTH. C’est flagrant et ça ne concerne pas que la musique, mais également les thèmes abordés : du NS bête et méchant de prime abord.
Si HOLDAAR est né en 2004 sous l’impulsion du seul Skilar Blackwings, il s’est adjoint les services de Dmitriy aux vocaux et guitares pour cet album. Ensemble, ils nous assènent donc un NSBM aux guitares saturées, aux claviers légers et aux vocaux trafiqués à l’extrème et crachés en russe. La batterie - qui ressemble plutôt à une BAR, mais à en croire le livret, c’est une batterie - participe beaucoup aux ambiances et retentit comme une kalachnikov, prenant parfois une mesure martiale comme sur « Wolf Anger » (traduction du 2ème morceau).
En tout cas, l’ensemble est très agressif. Seulement les musiciens savent laisser la place à de malins subterfurges qui font tendre l’oreille. Ainsi, « Man of Horror » (Sixième piste) est un titre très cru, mais qui s’éclaire par un bref riff en plein milieu et par son final mélant chants de guerre et sample d’artillerie. Ailleurs, nous trouvons des passages folk de courte durée, faisant un pont avec TEMNOZOR et KRODA. Bref, l’album recelle d’apports bénéfiques qui ne font pas l’erreur d’être longs. On peut tiquer sur quelques sonorités comme l’instrument traditionnel utilisé en intro et outro de « Russian North », mais cela ne concerne que quelques secondes et ne change rien au final : cet album est un bon condensé de haine agrémenté d’épices savoureuses. De plus, les morceaux sont assez courts, suffisamment pour ne pas entrainer l’ennui. Sur 11 morceaux, deux dépassent légèrement les 5 minutes, et le reste oscille autour des 3.30.
Sans que cet album ne puisse devenir un incontournable, il a ce qu’il faut d’animosité, de personnalité et de sincérité pour donner envie d’être réécouté encore et encore. Pour ceux qui connaissent les albums précédents, celui-ci est dans la même veine, mais avec plus de maîtrise, de saveurs et d'efficacité.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
03/10/2014 16:41
Je déteste le pouet-pouet forestier slava slava dobra nocsz mais j'ai cliqué en voyant les noms de Wolfnacht, Summoning, Crystalium et co mais en fait, je crois que c'est définitivement pas pour moi...

Ceci dit, m'étonne pas que certains soient enthousiastes dont toi, ça brasse large et c'est plutôt inventif pour le genre, un bon cocktail de tout ce qui a marché, en somme avec l'aspect épique de Summoning et le côté plus mélancolique d'autres formations !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Holdaar
Black épique pagan martial
2014 - More Hate Productions
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (3)  6.83/10
Webzines : (1)  8.33/10

plus d'infos sur
Holdaar
Holdaar
Black Metal épique et RAC - 2004 † 2017 - Russie
  

tracklist
01.   Плен Памяти
02.   Дивизия "Викинг"
03.   Сородичи Полымя
04.   К Тени Завоевателя
05.   Эйнхерии Рейха
06.   Империя Стали
07.   Ворона Крик
08.   Ирминсуль Души
09.   Времена Уходящие в Небо
10.   Ostpreussenlied

Durée : 49:44

line up
parution
10 Mai 2014

voir aussi
Holdaar
Holdaar
Твоя война
(Your War)

2017 - More Hate Productions
  
Holdaar
Holdaar
Aegishjalmur

2015 - More Hate Productions
  

Essayez aussi
Woodtemple
Woodtemple
Forgotten Pride

2014 - Sacrilege Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique