chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
75 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Domains - Sinister Ceremonies

Chronique

Domains Sinister Ceremonies
Avec 2015 qui approche, arrive également ce moment de rush où chaque chroniqueur doit trouver le moyen de faire figurer dans son bilan les quelques sorties marquantes de ces douze derniers mois qui n’auraient pas encore trouvé leur place. Dans cette catégorie des grands absents, on compte notamment les Espagnols de Domains dont le premier album intitulé Sinister Ceremonies, sorti en janvier dernier, mérite pourtant une attention toute particulière.
Originaire de Valence, Domains voit le jour en 2005. Quatre ans plus tard, le trio accouche de sa première démo intitulée Towards Pleroma. Il lui faudra encore un peu plus de temps (presque cinq ans) pour embrayer sur l’étape suivante, sortant ainsi son premier album en tout début d’année sur The Sinister Flame, jeune label finlandais dont ce disque est la première (et pour l’instant unique) sortie.

Malgré les très bons échos qui ont accompagné la parution de ce premier album, je dois bien reconnaître que j’ai pas mal tardé avant d’y jeter une oreille. Une erreur réparée il y a maintenant quelques semaines grâce à l’acquisition de ce disque. Et après une première écoute attentive, j’ai assez vite compris pourquoi celui-ci semble avoir fait l’unanimité au sein de l’underground Death Metal.

Sinister Ceremonies is exclusively dedicated to the individuals and entities who deserve it, there is no middle way. Voilà ce que l’on peut lire à l’intérieur du livret. Une mise en garde plutôt révélatrice de l’état d’esprit du trio espagnol ainsi que de l’atmosphère qui règne à l’écoute de ce disque aussi sinistre que malveillant. En effet, attendez-vous à être rapidement saisi par l’ambiance froide et inquiétante de ce Sinister Ceremonies qui porte définitivement bien son nom.
Pourtant, au delà de l’atmosphère, la clef d’un bon album tient selon moi en très peu de choses, la plus essentielle étant la qualité des riffs dont va souvent découler tout le reste. Domains l’a lui aussi très bien compris et s’applique à faire de cette affirmation une vérité de tous les instants. Ces derniers sont ainsi la clef de voûte de ce premier méfait, empruntant autant au Black Metal (il n’y a qu’à écouter attentivement tous ces trémolo froids et sinistres - trop nombreux pour être mentionnés - qui jonchent ces quarante-trois minutes) qu’au Death Metal (une belle démonstration de leads mid-tempo et de mélodies sombres et incantatoires). De cette exigence découle une atmosphère à la fois obscure et morbide mais aussi terriblement belliqueuse et conquérante.

Car Domains n’est pas là pour enfiler des perles et fait preuve d’une extrême vélocité en la matière. Ça blaste donc allègrement le plus clair du temps bien que l’on puisse trouver ici et là quelques séquences plus mesurées permettant d’apporter ce qu’il faut de relief et de variété à travers des breaks souvent plus mélodiques voire quelques titres instrumentaux plutôt réussis ("Hopeless" et surtout l’excellent "Labyrinth Of Incense"). Des coups de semonces assénés de façon quasi ininterrompue et qui révèlent toute l’intensité d’un Sinister Ceremonies hargneux et revanchard. Le chant va lui aussi dans ce sens grâce à la voix âpre et arrachée d’un David Agressor dont le growl plutôt old school colle parfaitement à l’ambiance générale.

Enfin, la production donne aux guitares un petit côté rugueux qui n’est pour me déplaire même si un effort aurait pu être fait en ce qui concerne le son de batterie pas toujours très heureux notamment concernant les attaques de grosses caisses qui manque clairement de puissance (c’est assez flagrant sur le premier titre de l’album, "Domains"). Dommage même si, dans l’absolu, cela n’a pas d’incidence particulière sur la force de ce premier album comptant décidément bien peu de défauts.

Que ce soit clair, Sinister Ceremonies se classe aisément parmi les meilleures sorties de 2014 en matière de Death Metal. La qualité des riffs, des leads et autres soli suffit à justifier cet état de fait même si rare sont les albums de Death Metal à proposer un tel équilibre entre atmosphère, riff et brutalité. Aussi, lorsqu’un tel cas se présente, il est du devoir de chacun de ne pas passer à côté d’un tel album. C’est pourquoi, si vous décidez aujourd’hui, demain ou dans les semaines, mois, années à venir de continuer à faire l’impasse sur Domains, vous vous priverez de l’un des plus dignes représentants que le Death Metal (underground) ait connu ses dernières années. Vous êtes prévenus.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

korbendallas citer
korbendallas
17/12/2014 15:53
Effectivement, un bon album bien evil malgré un son assez limite, je trouve aussi. Un mélange de Morbid Angel et de vieux Immortal.
Keyser citer
Keyser
16/12/2014 19:27
note: 7.5/10
Un bon album qui aurait pu être vraiment excellent si la production (surtout le son de batterie) n'était pas aussi ratée. Dommage mais il y a clairement du potentiel ici.
AxGxB citer
AxGxB
16/12/2014 16:54
note: 8.5/10
Deux titres sont en écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Domains
Death Metal
2014 - The Sinister Flame
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (4)  8.5/10
Webzines : (5)  7.88/10

plus d'infos sur
Domains
Domains
Death Metal - 2005 - Espagne
  

tracklist
01.   Domains
02.   Mastery
03.   Through Infernal Damnation
04.   Raped By Darkness
05.   Hopeless
06.   Eucharist Of Relevance
07.   Crowned At Dusk
08.   Towards Pleroma
09.   Labyrinth Of Incense
10.   Sinister Ceremonies

Durée : 43:18

line up
parution
5 Janvier 2014

Essayez aussi
Entrails
Entrails
Raging Death

2013 - Metal Blade Records
  
Morgue
Morgue
Eroded Thoughts

1993 - Grind Core International
  
My Own Grave
My Own Grave
Necrology

2009 - Pulverised Records
  
Vomiting Corpses
Vomiting Corpses
Coma: The Spheres Of Innocence

1995 - Invasion Records
  
Massacra
Massacra
Enjoy The Violence

1991 - Shark Records
  

Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique