chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Benighted - Brutalive the Sick

Chronique

Benighted Brutalive the Sick (Live)
On ne présente plus Benighted. Fleuron du métal extrême français, qui a prouvé via ses différents albums et ses innombrables prestations scéniques que Saint Etienne avait autre chose à offrir à la France qu’une ignoble tendance à aimer le vert (désolé, je suis Lyonnais). A ce titre, le groupe n’avait pas immortalisé encore de façon convenable ses représentations live, à l’exception d’un DVD bonus sur l’édition limitée d’ « Identisick », qui manquait un peu de consistance niveau son ; par contre c’était déjà une belle boucherie, même si le line up n’avait plus grand-chose à voir avec l’actuel, et il était donc bien temps de mettre tout cela à jour.

Et quelle plus belle occasion que le SYLAK OPEN AIR 2014 (dont vous retrouverez dans nos colonnes le live report complet, avec photos s’il vous plait) pour immortaliser la magnifique brutalité d’un concert de Benighted ? Un festival en plein air, quasiment à la maison (région Rhône Alpes represent’), avec tout un tas de copains pour animer la fosse, avouez qu’il y a avait pire comme conditions. Nous en arrivons donc à l’objet souvenir, ce double DVD / CD live, numéroté parait-il à 2000 exemplaires seulement (n° 1368 par ici), qui à mon niveau était forcément un achat obligatoire, ayant été au cœur de la fosse durant tout l’enregistrement (jeu concours Thrashocore : trouve Chris dans la fosse pendant le concert de Benighted. Indice : il a une tête et deux yeux, et moins de cheveux qu’il y a d’albums de gothique chez Keyser. Bonne chance !!). Première étape obligée : le son, qui est ENORME. On n’en attendait pas moins, mais c’est mieux en le disant. Alors oui, le son a été retouché c’est évident, notamment parce que j’ai un bon souvenir de légers loupés d’Olivier sur un solo ou deux (notamment celui de « Let the Blood Spill Between my Broken Teeth », complètement loupé), qui sont pourtant ici impeccable ; mais ne leur jetons pas la pierre, le numérique existe et ce serait con de s’en priver, et puis tout le monde le fait. Ce qui compte, c’est qu’en bagnole tu n’entendes plus le bruit de ton moteur, et reconnaisse le solo en oubliant les fausses notes, c’est ici le cas, et le reste n’importe peu.

Seconde étape, la prestation, qui est ENORME (comme un sentiment de « déjà vu », pas vous ?). Je ne vais pas m’étaler des heures entières sur ce point non plus, vous les connaissez aussi bien que moi, ils savent envoyer du pâté bien comme il faut, avec un Julien phénoménal de maîtrise sur son panel de vocaux, qu’il enchaîne à vitesse grand V avec une fluidité magistrale ; un Kevin Folley, alias « le roux qui blaste plus vite que son ombre », impeccable lui aussi ; et nos 3 magiciens des instruments à corde qui assurent avec fureur et précision l’essentiel des rythmiques et mélodies. A ce titre, Pierre le « nouveau » bassiste (suite au surprenant départ des 2/5 du line-up courant d’année dernière) remplace franchement bien Adrien aux backings vocals (« Collection of Dead Portraits » en tête), même si j’avoue pour le moment garder un souvenir plus marquant de ceux d’Adrien, justement. A concert exceptionnel, invités d’exception, et ce sont ici les chanteurs de Receuil Morbide et le bassiste historique de Benight’ Candy qui font une apparition respectivement sur « Prey » et « Slaughter / Suicide ». Ce dernier en profite pour slammer une fois le morceau fini, et Julien fera de même en plein milieu d’ « Asylum Cave », sans cesser de growler pour autant, classe.
Niveau image, le montage est nerveux sans être épileptique, et les plans sur le public permettent de prendre la température de la fosse sans les coups de coudes qui vont avec d’ordinaire. Chaque zicos a son instant de gloire, et quelques audacieux montages accompagnent particulièrement bien les morceaux (je ne sais plus sur quel titre, un passage blasté est accompagné chaque seconde d’un zicos différent à l’image, cela rend particulièrement bien à l’écran !)

J’apporterai un seul bémol à ce concert de louanges, une setlist qui n’a rien d’exceptionnel, elle : suivant le groupe depuis « ICP », j’aurai adoré un petit « Stay Brutal » ou « ICP », qui sont eux aussi taillés pour la scène. Sans doute que le changement brutal de line-up quelques mois avant le SYLAK a forcé le groupe à opter pour la sécurité niveau setlist, ce qui peut se comprendre. Pour être aussi parfaitement exhaustif, le DVD comporte également tous les clips du groupe (6 à date), qui permettent de parcourir le chemin parcouru entre un « Fœtus » en basse résolution (aussi bien musicalement que visuellement) et un « Experience your Flesh » bénéficiant d’une vraie ligne directrice en termes de clip et de morceau. Sont également inclus une dizaine de minutes bonus avec d’autres morceaux, d’une très bonne qualité sonore et visuelle, qui s’ouvrent sur un Braveheart et se finissent sur un « Asylum Cave » bordélique à souhait, le public sur scène et Julien chantant l’intégralité du morceau porté par le public.

Excellente photographie de Benighted anno 2014, « Brutalive the Sick » était un achat obligatoire pour ma part, ayant vécu l’instant. A vous de mesurer l’intérêt vous concernant, mais en tout cas, au rayon « enregistrement vidéo live de musique qui fait mal aux oreilles », on est dans le haut du panier, et les frissons de plaisir auditifs seront nombreux, c’est promis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Ant'oïn citer
Ant'oïn
04/03/2015 16:16
note: 4/5
Je viens de finir de le mater, Woooo cte violence...du coup je connaissais pas bien Icon et les morceaux sont plutôt pas mal, en tout cas niveau son et prestation ça défonce. Ca s'entend encore trop que c'est retouché mais c'est vraiment pour chercher la ptite bête. Je reste encore trés intrigué par la technique main gauche pour les blast beat du batteur, jamais vue ça et quel putain de tueur...

Comme dit plus haut achat OBLIGATOIRE !
norrin citer
norrin
03/03/2015 20:39
Les albums "Identisick" et "I.C.P" m'ont fait aimer le groupe et j'ai pu les voir en live avant qu'ils deviennent plus "deathcore et brutal et j'suis bien d'accord un 1er live sans piocher dans ces 2 albums c'est un peu comme une déception.
Niktareum citer
Niktareum
03/03/2015 21:54
Reçu hier, pas encore écouté ni maté mais j'ai déjà quelques regrets quand je regarde la setlist malgré tout. J'aurais bien aimé plus de titres d' "Identisick" voire (on pouvait toujours rêver) un titre d' "I.C.P.", je trouve que pour leur 1er DVD ça aurait quand même été justifié. Surtout quand je vois un titre comme "Fritzl" par exemple qui squatte encore la setlist alors qu'il est assez moyen, bordel qu'est-ce que je donnerais pour avoir plutôt un petit "Bestial Breeding" ou "Foetus" !! M'enfin bon c'est comme ça, la la la la.

Un avis plus fourni après visionnage.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Benighted
Brutal Death/Core live
2015 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (3)  4.33/5
Webzines : (11)  4.25/5

plus d'infos sur
Benighted
Benighted
Brutal Death - 1998 - France
  

vidéos
Collapse (live)
Collapse (live)
Benighted

Extrait de "Brutalive the Sick"
  

tracklist
X2Y
Noise
Let The Blood Spill Between My Broken Teeth
Collapse
Experience Your Flesh
Carnivore Sublime
Prey
Grind Wit
Fritzl
Collection Of Dead Portraits
Slaughter Suicide
Slut
Asylum Cave

line up
parution
9 Mars 2015

voir aussi
Benighted
Benighted
Icon

2007 - Osmose Productions
  
Benighted
Benighted
ICP
(Insane Cephalic Production)

2004 - Adipocere Records
  
Benighted
Benighted
Necrobreed

2017 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Carnivore Sublime

2014 - Season Of Mist
  
Benighted
Benighted
Identisick

2006 - Adipocere Records
  

Essayez aussi
Dying Fetus
Dying Fetus
Killing On Adrenaline

1998 - Relapse Records
  
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Dystopia

2008 - Prosthetic Records
  
Fit For An Autopsy
Fit For An Autopsy
Hellbound

2013 - Steamhammer Records (SPV)
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Reign Supreme

2012 - Relapse Records
  
Dying Fetus
Dying Fetus
Descend into Depravity

2009 - Relapse Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report