chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Irreversible Mechanism - Infinite Fields

Chronique

Irreversible Mechanism Infinite Fields
Je dois avouer que les groupes biélorusses ayant retenu mon attention ne sont pas légion, les seuls noms me venant automatiquement à l’esprit étant Posthumous Blasphemer, qui reste une valeur sure depuis des années, et les nouveaux venus de Eximperituserqethhzebibšiptugakkathšulweliarzaxułum (même si l’expression « son nom me vient à l’esprit » est très mal adapté à ce dernier). C’est donc avec d’autant plus de curiosité que je fis la découverte de Irreversible Mechanism et de leur premier album Infinite Fields. Le promo envoyé par Blood Music contenait de plus une petite anecdote sympathique et encourageante, stipulant que le groupe comptait initialement sortir cet album uniquement en format digital via Bandcamp. Cependant, l’album n’était même pas en ligne depuis 24 heures que les extraits furent retirés, Blood Music ayant d’ores et déjà repéré et contacté le jeune groupe en leur annonçant leur souhait de sortir cet album sous leur label et en format physique. C’est ce qu’on appelle se faire repérer rapidement ! De plus, le même texte promotionnel précisait également que le duo formé par Yaroslav Korotkin et Vladislav Nekrash officiait dans un Death Progressif et Technique dans la veine d’Obscura et de Beyond Creation. Cette comparaison eu vite fait d’achever de titiller ma curiosité et c’est donc plein d’espoir que je m’attelais à l’écoute de ce Infinite Fields. Malheureusement, malgré des premières écoutes enthousiasmantes et une qualité belle et bien au rendez-vous, l’album n’est pas aussi indispensable que l’on a voulu nous faire croire.

La musique du combo se situe bel et bien à cheval entre le Death Technique et le Death Progressif, faisant notamment penser à des formations comme Obscura, Element ou encore Fleshgod Apocalypse pour ce qui est de l’utilisation d’orchestrations. Néanmoins, si de tels noms peuvent venir à l’esprit, Irreversible Mechanism n’arrive que très rarement à égaler le niveau de ces illustres influences. Si la musique des Biélorusses peut donc très fortement faire penser à Obscura, notamment dans le traitement de la basse, jamais Infinite Fields ne parviendra à atteindre le niveau d’un album comme Cosmogenesis ou Omnivium. Les compositions, bien qu’impressionnantes techniquement, ne sont donc pas aussi bien pensées que l’on pourrait l’attendre d’un groupe de Death Technique. Les transitions entre les différentes parties au sein d’un morceau sont même souvent bancales, le groupe préférant stopper net la musique pour changer de rythme plutôt que de créer une transition progressive, qui serait plus adaptée à leur musique ("The Betrayer of Time" à 0’14’’ par exemple). On a ainsi souvent l’impression que certaines rythmiques tombent de nulle part, ce qui est d’autant plus vrai pour les leads mélodiques et les passages les plus techniques, nous donnant la fâcheuse impression que ces passages sont là uniquement pour impressionner la galerie.

Infinite Field présente en effet une des tares les plus récurrentes du genre : la technique à outrance, qui finit même par plomber l’ambiance de l’album. Les leads mélodiques et techniques s’invitent donc partout sur la galette, à tel point qu’ils viennent régulièrement s’incruster dans un passage ou un riff que l’on était réellement en train d’apprécier, ce qui rend leurs apparitions parfois frustrantes. Il en va de même pour les orchestrations. Je comparais cet aspect du groupe avec Fleshgod Apocalypse tout à l’heure, mais là où les Italiens arrivaient à incorporer intelligemment leurs parties orchestrales (au moins dans la première partie de leur carrière), dans le cas des Biélorusses ces dernières sont utilisées de façon abusives, voir même continuelle, que ce soit à l’arrière-plan ou en tant qu’élément principal. En découle donc une atmosphère trop plastique, trop superficielle et participe à la sensation d’écouter un album sans réelle substance, sans âme.

Néanmoins, et même si j’ai l’air de cracher dans la soupe sans la moindre retenue, je dois avouer que ce Infinite Field a de quoi émoustiller les adeptes de Death Technique dans mon genre. Le groupe a en effet un certain talent (et je dirais même plus : un talent certain) pour composer des leads mélodiques réellement magnifiques, comme ceux guidant la mélodie de "The Betrayer of Time". Le groupe n’hésite pas non plus à s’accorder certains passages un peu plus bourrins, qui sont la plupart très bien composés, comme sur "Fragile" avant que ce morceau ne devienne un peu trop niais... à cause des orchestrations… Ces passages plus soutenus nous permettent par ailleurs de saluer l’excellent travail de Lyle Cooper (ex-The Faceless), possédant sur cet album un panel de jeu assez incroyable, et variant agréablement sa frappe lors des moments un peu plus bas du front. L’album s’avère donc parsemé de bonnes surprises, comme l’intro de Infinite Fields faisant carrément penser à du Blotted Science, qui rendent cet album de bonne facture malgré tous ses petits défauts.

Tiraillé entre ces bons côtés qui sont tout de même nombreux et extrêmement agréables, et le fait que ces passages soient presque systématiquement gâchés par un excès de technique ou d’orchestration, il et de fait difficile de tirer une conclusion sur cet album. Assez bien composé et surtout superbement interprété, il est juste dommage que Irreversible Mechanism ait trop voulu coller aux étiquettes établies par les groupes des différentes scènes dites « Techniques » modernes, comme l’atteste les saccades à partir de 3’10’’ sur le titre éponyme qui ne sont pas sans rappeler la scène Djent. On est donc ici en présence d’un bon album, malheureusement dénué de toute personnalité et vide de toute âme, ce Infinite Fields étant d’une froideur implacable, donnant l’affreux sentiment que le groupe évolue dans un monde soustrait de toute émotion, où tout parait beaucoup trop calculé et réfléchi. Ainsi, la pochette dessinée par Par Olofsson (qui signe d’ailleurs ici une de ses œuvres les plus anodines), et merveilleusement gâchée par le placement et la taille du logo du groupe, est un bon renseignement sur la qualité de l’album : c’est beau, très beau même, mais tout semble trop vide et froid pour le style pratiqué. Inifite Fields reste tout de même un bon album dans le genre, au-dessus de la plupart des sorties actuelles, les passages mélodiques étant malgré tout de très bonne facture et très efficaces. Il serait alors souhaitable qu’à l’avenir Irreversible Mechanism use des passages techniques de façon plus sporadique, afin que l’on évite une fois de plus l’overdose.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
16/05/2018 06:46
note: 8/10
Marrant comme je suis pas d'accord Sourire
Je déteste Obscura que je trouve justement dans la débauche sans avoir une écriture marquante, alors que Irreversible Mechanism arrive pour moi à créer des passages marquants.

Attention toutefois, c'est un album que je n'écoute pas souvent. Il est trop riche, ça va dans plusieurs directions. Je mets un 8, car c'est le sentiment que j'ai à chaque écoute : c'est bien fichu, mais c'est limite pour me faire décrocher sur la fin. Heureusement, les orchestrations sont bien fichues et me font plaisir, y a une ambiance e tune narration qui me captent le temps de l'écoute.

Comme le dernier Vektor, je prends ce groupe que quelques fois, à chaque fois c'est une baffe (même si j'estime, dans son genre, que Vektor est bien au-dessus). Mais je préfère l'écouter que de temps en temps, et laisser un long moment entre les écoutes, afin d'éviter la saturation Sourire
Høsty citer
Høsty
08/04/2015 11:37
note: 6.5/10
Tu peux tenter sans problème, ça reste un bon album.
Le seul problème c'est l'overdose comme tu dis, mais pris un par un les morceaux sont quand même bien foutus !
donvar citer
donvar
06/04/2015 14:53
note: 7.5/10
Les extraits sont sont cool même si j'ai peur de faire une indigestion sur 40 min. Je tenterai !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Irreversible Mechanism
Death Technique Progressif
2015 - Blood Music
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (11)  8.09/10

plus d'infos sur
Irreversible Mechanism
Irreversible Mechanism
Death Technique Progressif - 2012 - Biélorussie
  

tracklist
01.   Irreversible Mechanism  (02:54)
02.   Into the Void  (06:13)
03.   Outburst  (05:46)
04.   The Agony  (03:40)
05.   Infinite Fields  (05:13)
06.   Incipience  (03:42)
07.   Fragile  (03:43)
08.   The Betrayer of Time  (04:11)
09.   Cold Winds  (03:53)

Durée : 39:15

line up
parution
31 Mars 2015

Essayez plutôt
Replacire
Replacire
The Human Burden

2012 - Autoproduction
  
Crypt Of Kerberos
Crypt Of Kerberos
World Of Myths

1993 - Adipocere Records
  
Augury
Augury
Fragmentary Evidence

2009 - Nuclear Blast Records
  
The Faceless
The Faceless
In Becoming A Ghost

2017 - Sumerian Records
  
Beyond Creation
Beyond Creation
The Aura

2011 - PRC Music
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast