chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Satan - L'odeur du sang

Chronique

Satan L'odeur du sang
Un conseil : si vous avez l'occasion de voir Satan en concert, foncez. Non, je ne parle pas des Anglais auteurs de Life Sentence déjà connus par ici mais bien des Français nous intéressant aujourd'hui (vérifiez bien avant de vous engager : au pire, si Keyser est dans la salle, fuyez, car vous êtes tombé dans une soirée heavy metal et c'est un malheur que je ne souhaite à personne). Car en live, Satan, c'est quelque chose. C'est d'ailleurs suite à la vision d'une de ses performances (complètement par hasard lors du festival Yell Fest) que j'ai décidé de suivre de près les réalisations de ce jeune groupe de Grenoble, ayant alors sorti de nombreux splits avec des formations telles que Sete Star Sept, Whoresnation ou Grinding, toutes proches du grind et dont Satan paraît s'extirper avec L'odeur du sang, son premier album paru cette année.

Car si je retrouve sur ce disque cette fureur particulière qu'ont les Français sur scène, leur musique s'est resserrée vers un assemblage donnant envie de crier « OUI » à quelqu'un comme moi, appréciant particulièrement quand le punk mêle sa teigne au metal le plus too old, too cold. Et malgré le jeune âge de ses membres, Satan se situe clairement dans cette optique-là : aussi véhément, froid et black metal que la pochette de A Blaze in the Northern Sky de Darkthrone (que vous allez imiter durant les seize minutes – oui, seize – que dure l'ensemble), aussi paranoïaque, cru et punk qu'une illustration signée Nick Blinko de Rudimentary Peni, L'odeur du sang réussit parfaitement sa synthèse entre assaut frontal et folie exacerbée, prêt à se battre aussi bien contre le ciel que dans sa tête. Dès « Der Amokläufer », la violence est constante, balançant blasts, d-beat, tremolos et hurlements à peine démoulés des eighties (comprendre extrêmes et naturels, allant même jusqu'à rappeler Hellhammer et les premiers Celtic Frost – cf. le « OUH » jouissif de « La rose de fer »). Le genre historique et insaisissable qui, au-delà de ses accès grind, noise, black, fait surtout écrire « metal » sur les murs de sa cellule blanche capitonnée.

Ce qui fait qu'à la place des parents traditionnels qu'il faudrait citer et que Satan écoute sans doute à toute blinde, j'ai tendance à voir en L'odeur du sang un Nekrofilth qui serait allé jusqu'au bout des choses, à la fois vers l'ultra-punk et l'ultra-metal, tout en ayant une petite saveur bien de chez nous. C'est que les diablotins sont français et que cela se ressent, de la production certes puissante et abrasive mais surtout terne au possible (désolé, toutes les couleurs ont été utilisées pour la pochette, rupture de stock, reste le noir et le gris pour les riffs !) à des paroles qui, quand elles sont intelligibles, paraissent issues d'un délire de lettré s'endormant saoul sur les œuvres de Lautréamont et Albert Caraco chaque soir.

En cela, il serait réducteur de décrire Satan uniquement comme une occasion de lâcher la pression pendant un gros quart d'heure. Les Grenoblois décapitent autant qu'ils entêtent, par ce vice punk aussi bien que français, fait de mauvais vin et d'hygiène discutable. Si les écoutes répétées éteignent un peu la déflagration des premières fois, la faute à une durée très brève et un manque de moments marquants (il y a tout de même de quoi faire ici, à commencer par « Industrielle », « La femme écarlate » ou encore le morceau-titre), L'odeur du sang est tant marqué par ce qui fait l'attrait des musiques underground hargneuses, sans superflus et galvanisantes qu'il rejoint directement la section des « petits » groupes dont on se demande au final pourquoi ils ne sont pas plus grands.

En téléchargement à prix libre à cette adresse mais attention : avec Satan, l'offre paraît souvent trop belle pour être à sens unique. Sûr, vous allez payer.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
27/09/2016 13:50
Rhooo j'l'avais pas vu passer cette chro !
Découvert en première partie de Doom en mars dernier, et une très bonne surprise... effectivement ça latte.
'fait chier de devenir chauvin, mais faut bien avouer qu'il y a de + en + de groupes terribles dans l'hexagone.
Ikea citer
Ikea
18/08/2015 07:12
note: 8/10
Keyser a écrit : C'est pas mon Satan préféré bien sûr mais c'est du très sympa quand même, bien crasseux. Je pourrais donc très bien être dans une salle où ils jouent alors ne fuyez pas trop vite!

Ah cool que tu aimes ! Bon, en même temps, c'est pas si étonnant que ça. Et encore une fois, en live, c'est la folie ! Headbang
Keyser citer
Keyser
17/08/2015 21:52
C'est pas mon Satan préféré bien sûr mais c'est du très sympa quand même, bien crasseux. Je pourrais donc très bien être dans une salle où ils jouent alors ne fuyez pas trop vite!
Ikea citer
Ikea
17/08/2015 11:03
note: 8/10
Un peu chiche sur la note. J'ai rajouté un demi-point.
gulo gulo citer
gulo gulo
17/08/2015 10:12
Tellement bluffant en live que j'arrive toujours pas à me motiver pour écouter sur disque.
tasserholf citer
tasserholf
17/08/2015 10:11
note: 9/10
SATAN !
A voir en concert oui, le chanteur est bien possédé comme il se doit !
Très jouissif, jusqu’au-boutiste, qui ne s'encombre par de fioritures.
Bref le meilleur du punk et du BM.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Satan
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
Satan
Satan
Black Metal / Punk - 2009 - France
  

vidéos
Industrielle
Industrielle
Satan

Extrait de "L'odeur du sang"
  
Tout me fait rire
Tout me fait rire
Satan

Extrait de "L'odeur du sang"
  

tracklist
01.   Der amokläufer
02.   Industrielle
03.   L'odeur du sang
04.   La chute de Rome vue par Lucrèce
05.   L'Amour me hait
06.   Ero guro kommando
07.   Louise Vernet, femme de l'artiste, sur son lit de mort
08.   Pierre François Lacenaire
09.   Devenir aveugle
10.   La femme écarlate
11.   Tout me fait rire
12.   La rose de fer

Durée : 16 minutes 16 secondes

line up
parution
8 Mai 2015

voir aussi
Sordide / Satan
Sordide / Satan
Split (Split 7")

2017 - No Way Asso / Repulsive Medias / Witch Bukkake Records / Saka Čost / Amertume / Jungle Khôl / Organe
  
Satan
Satan
Un Deuil Indien

2017 - Throatruiner Records / Deaf Death Husky / Witch Bukkake Records
  

Essayez aussi
Hateful Abandon
Hateful Abandon
Famine
(Or Into The Bellies of Worms)

2008 - Todestrieb Records
  
Alkerdeel
Alkerdeel
Lede

2016 - ConSouling Sounds
  
Impaled Nazarene
Impaled Nazarene
All That You Fear

2003 - Osmose Productions
  
Nag
Nag
Nag

2016 - Fysisk Format
  
Impaled Nazarene
Impaled Nazarene
Nihil

2000 - Osmose Productions
  

Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique