chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
73 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nile - What Should Not Be Unearthed

Chronique

Nile What Should Not Be Unearthed
En pilotage automatique depuis la sortie d’Ithyphallic en 2007, Nile semble avoir bien du mal à retrouver sa toute-puissance d’antan (malgré un très bon Those Whom The Gods Detest). Il faut dire que le groupe peine depuis déjà quelques années à se renouveler, ayant fait le tour de son concept lié à l’Egypte antique. Toutefois, c’est surtout sa capacité à convaincre qui est mise à mal depuis maintenant presque dix ans. La faute à des riffs dont l’efficacité en dent de scie vient plomber la dynamique de ses derniers albums ainsi qu’à des choix de productions hasardeux. Un constat un peu difficile à avaler mais pourtant on ne peut plus vrai, notamment depuis la sortie de son dernier album At The Gate Of Sethu.
Par conséquent, on ne peut pas dire que j’attendais avec beaucoup d’impatience son successeur. Intitulé What Should Not Be Unearthed, celui-ci ne laissait rien présager de particulier si ce n’est une énième plongée dans la mythologie égyptienne dans laquelle Nile puise depuis ses débuts. Il aura fallu attendre la mise en ligne de deux extraits ("Call To Destruction" et "Evil To Cast Out Evil") pour se laisser aller à imaginer un retour digne de ce nom.

Pour commencer, levons le voile sur la qualité de la production de ce huitième album (point noir de son prédécesseur). Sans surprise, celui-ci a été enregistré aux Soundlab studios (batterie) ainsi qu’aux Serpent Headed studios. Et si Neil Kernon est une fois de plus crédité sur l’album, il n’est responsable ici que du mixage et non de l’enregistrement ou de la production comme ce fût le cas auparavant. C’est donc le groupe lui-même qui s’est chargé de cette tâche pour un résultat tout à fait concluant, renouant ainsi avec la puissance d’un Annihilation Of The Wicked ou Those Whom The Gods Detest. Nile aurait-il écouté les nombreux reproches concernant la production bien trop propre et maigrelette d’At The Gate Of Sethu? Il semblerait bien que oui car guitares et batterie retrouvent enfin un son digne de ce nom avec en prime pour George Kollias un trigge bien moins gênant sur les parties blastées.
Une bonne nouvelle rapidement accompagnée par la confirmation que j’attendais, à savoir que What Should Not Be Unearthed se révèle bien meilleur que son prédécesseur. Sans pour autant égaler le niveau d’un album comme Annihilation Of The Wicked, on retrouve un Nile bien plus inspiré et conquérant qui, sans changer quoi que ce soit à sa formule, nous offre de vrais bons moment de Death Metal techniques et véloces à la fois. Car, et c’est une autre bonne nouvelle, le trio ne semble pas décidé à vouloir lever le pied. Au contraire, ce nouvel album se montre même particulièrement frontal quitte à laisser un peu de côté l’aspect souvent plus complexe caractérisant généralement ses compositions. On le remarque dès "Call To Destruction", un premier morceau au titre évocateur qui tape vite et fort en toute décontraction. Certains crieront probablement au scandale en reprochant à Nile d’avoir céder à une certaine facilité. Et même si cela est (un peu) vrai (bien que le groupe se soit déjà fendu auparavant de titres simples et efficaces), on ne peut pas contester la dextérité et la rapidité avec lesquelles sont exécutés une fois de plus ces nouveaux morceaux. Entre le jeu redoutable d’un George Kollias toujours en très grande forme, enchaînant ainsi les blasts avec une aisance insolente (quelle précision!) et le duo Sanders / Toler-Wade dont la capacité à tricoter des riffs plus ou moins tarabiscotés demeure intacte, What Should Not Be Unearthed n’a rien du parcours de santé.

Les guitares ayant repris leur droit grâce à une production bien plus adéquate, on pourra ainsi apprécier la qualité des riffs d’un Nile en mode "retour gagnant". Quelques écoutes seront alors suffisantes pour se laisser embarquer par ces riffs chauds et abrasifs évoquant tour à tour ces Dieux égyptiens impitoyables et sanguinaires, ces pyramides remplies d’horreurs et de mystères insondables, ces paysages désertiques vicieux... Même lorsque l’intensité faiblit le temps de séquences mid-tempo écrasantes marquées par le growl d’une profondeur abyssale d’un Dallas en pleine maitrise de son art, les riffs lancinants continuent de nous tourmenter comme par exemple sur "Age Of Famine". Un titre qui derrière sa relative redondance cache à mon sens une certaine puissance et révèle le caractère épique et guerrier d’un Nile extrêmement menaçant malgré la retenue dont il fait preuve durant ces quatre minutes. Quant aux nombreux solos, ils sont une fois de plus d’excellente facture et possèdent surtout cette force évocatrice ainsi que ce côté épique qui viennent compenser l’un des seuls petits points noirs de cet album, à savoir la quasi-absence d’instrumentation d’origine égyptienne. Ainsi, à l’exception de "In The Name Of Anum", la dernière partie de "What Should Not Be Unearthed" et "Ushabti Reanimator", titre instrumental qui revisite le thème menaçant de "Stone Of Sorrow" sur Amongst The Catacombs Of Nephren-Ka, il n’y a pas beaucoup d’autres témoignages sonores de cette Egypte antique si chère à Nile (si ce n’est quelques gongs très discrets). Dommage car cela apporte toujours énormément de cachet à la musique des Américains en offrant à l’auditeur la possibilité de voyager des siècles et des siècles en arrière.

Après l’échec relatif d’At The Gate Of Sethu, Nile semble vouloir redresser la barre grâce à un nouvel album sensiblement plus bas du front. Un choix concluant tant What Should Not Be Unearthed procure beaucoup plus de plaisir à l’écoute que son prédécesseur notamment plombé par une production incompréhensible de la part d’un groupe de ce calibre. Le trio (depuis rejoint par un jeune bassiste du nom de Brad Parris) n’a donc pas changé son fusil d’épaule mais a simplement souhaité revenir sur ses fondamentaux qui ont fait son succès en alliant toutefois la lisibilité d’une production plus léchée et moins dense. Bien que ce dernier album n’égale pas le niveau d’intensité d’un Annihilation Of The Wicked devenu depuis l’album incontournable dans la discographie des Américains, What Should Not Be Unearthed risque bien de permettre à Nile de réclamer à nouveau sa place sur le trône des groupes de Brutal Death. Espérons maintenant que le groupe arrive à maintenir le cap sans jouer au yo-yo comme il le fait depuis 2007.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

|Raspoutine| citer
|Raspoutine|
14/11/2016 22:46
Ouh putain qu'elle passe bien en live en plus celle-là...
Ander citer
Ander
14/11/2016 22:39
note: 6/10
Je retiens surtout Evil To Cast Out Evil sur cet album, le reste c'est du déjà entendu chez eux, souvent en mieux produit (pour moi la pire prod' qu'ait eu le groupe, c'est quoi ce son de batterie en carton?) et avec plus de variations dans le chant, et donc plus de dynamiques. A réserver aux inconditionnels. :/
Jotun35 citer
Jotun35
10/10/2015 14:51
note: 9/10
Beaucoup de gens semblent préférer Annihilation à cette nouvelle offrande... et bien pas moi! Et je peux vous dire que j'ai écouté les deux côte à côte plusieurs fois! Mon constat est le suivant: quand Nile va vite sur Annihilation, ça défonce. Par contre le morceaux mid tempo sont chiants et inutiles (User Maat Re et Von Unaussprelichen Kulten par example... qui font 18 minutes à eux deux). Ce nouvel album est beaucoup plus cohérent et constant dans la qualité de ses riffs et compositions en général.

En tube il y a aussi le morceau final qui est une grosse mandale et j'adore "The Age of Famine" et ses riffs bien sombre et rampant. Bref, je l'ai écouté une bonne vingtaine de fois si ce n'est plus (comme chaque album de Nile si ce n'est At The Gates qui est assez mauvais dans l'ensemble) et c'est du bon Nile qui va tenir sur la longueur, tout comme TWtGD qui est probablement mon deuxième album préféré de Nile après Black Seeds of Vengence.
Orel Lion citer
Orel Lion
16/09/2015 09:30
note: 7/10
Je rejoins le yaourt. Album sympa mais sans être culte. Pour les connaisseurs du groupe, cet album n'étonne en rien mais ne rebute pas.

Grosse prod, certainement la plus brutale et massive de l'histoire du groupe (normal avec le temps et les moyens) pas désagréable. Mon plus gros déplaisir ici est que certains morceaux semblent garder la même structure générale : début en trombe, ça va vite, passage mid tempo avec Kollias qui ne demande qu'à accélérer tellement ces passages doivent le faire chier, ça repète et hop fin... Efficace mais... ça donne une impression qu'on écoute plusieurs fois le même morceau... lourd.

Rape of the Black Earth, Evil to Cast out Evil et In the Name of Amun sont les titres qui sortent un peu du lot.
Ainur citer
Ainur
15/09/2015 22:54
von_yaourt a écrit : Sympa mais pas aussi bon qu'attendu. C'est bien meilleur que le précédent, mais il n'y a ni tubes ni riffs vraiment mémorables sur cet album. Ça passe sans déplaisir mais sans accroche, comme les albums sympathiques qu'on ressort un fois tous les cinq ans un dimanche matin. Pas de titre mémorable ? Rape of the Black Earth c'est pour moi un nouveau classique du groupe. Evil to Cast out Evil est l'un des meilleurs titre mid tempo du groupe (avec cette partie blast beat sortie de nul part).

Alors ok y'a pas LE morceau culte comme Unas ou Annihilation of the Wicked, mais putain ça fait du bien de se prendre des titres rentres dedans bien dégueulasses avec un son catacombesques. Cet album est bien meilleur qu'Ityphallic et ne parlons même pas d'At The Gate of Sethu qui est une merde sans nom (en tout cas au niveau du son).

Et en live ça défonce !
von_yaourt citer
von_yaourt
15/09/2015 16:56
note: 7/10
Sympa mais pas aussi bon qu'attendu. C'est bien meilleur que le précédent, mais il n'y a ni tubes ni riffs vraiment mémorables sur cet album. Ça passe sans déplaisir mais sans accroche, comme les albums sympathiques qu'on ressort un fois tous les cinq ans un dimanche matin.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nile
Brutal Death Metal
2015 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (8)  7.94/10
Webzines : (31)  7.55/10

plus d'infos sur
Nile
Nile
Brutal Death Metal - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Call To Destruction  (05:45)
02.   Negating The Abominable Coils Of Apep  (04:14)
03.   Liber Stellae Rubeae  (03:48)
04.   In The Name Of Amun  (06:49)
05.   What Should Not Be Unearthed  (06:58)
06.   Evil To Cast Out Evil  (05:37)
07.   Age Of Famine  (04:11)
08.   Ushabti Reanimator  (01:30)
09.   Rape Of The Black Earth  (04:35)
10.   To Walk Forth From Flames Unscathed  (06:36)

Durée : 50:03

line up
parution
28 Août 2015

voir aussi
Nile
Nile
At The Gate Of Sethu

2012 - Nuclear Blast
  
Nile
Nile
Black Seeds of Vengeance

2000 - Relapse Records
  
Nile
Nile
Amongst the Catacombs of Nephren-Ka

1998 - Relapse Records
  
Nile
Nile
Annihilation Of The Wicked

2005 - Relapse Records
  
Nile
Nile
Those Whom The Gods Detest

2009 - Nuclear Blast
  

Essayez aussi
Parasitic Extirpation
Parasitic Extirpation
Knee Deep In Disease (EP)

2008 - Autoproduction
  
Hate
Hate
Anaclasis
(A Haunting Gospel Of Malice And Hatred)

2005 - Listenable Records
  
Gorgasm
Gorgasm
Masticate To Dominate

2003 - Unique Leader Records
  
Putrid Pile
Putrid Pile
Collection Of Butchery

2003 - United Guttural Records
  
Embryonic Devourment
Embryonic Devourment
Vivid Interpretations Of The Void

2010 - Deepsend Records
  

Album de l'année
Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report