chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Temple Of Baal - Mysterium

Chronique

Temple Of Baal Mysterium
Deux ans seulement après l’excellent Verses Of Fire, les parisiens de Temple Of Baal sont aujourd’hui de retour avec la sortie de leur cinquième album intitulé Mysterium. Une créativité qui semble battre son plein dans le camp francilien et qui honnêtement me surprend quelque peu tant je ne m’attendais pas à voir revenir le groupe de sitôt, surtout après un Verses Of Fire aussi dense et particulièrement bien fourni. Cela sans oublier que plusieurs de ses membres sont également impliqués dans divers autres projets tels que Conviction, Hell Militia, The Order Of Apollyon, Aosoth, Antaeus...
Mais ne crachons pas dans la soupe, surtout lorsque celle-ci est bonne. Pour cette nouvelle livraison, Temple Of Baal est naturellement resté chez les Polonais d’Agonia Records mais s’est adjoint pour l’occasion les services de David Fitt (Ataraxie, Decline Of The I, The Order Of Apollyon...) afin de réaliser l’artwork de Mysterium. Retour à quelque chose de beaucoup plus sombre mais également un peu plus traditionnel là où le travail d’AAAAA-Atelier révélait une approche plus moderne, graphique et colorée. Ce nouvel album officialise également l’arrivée de Saroth (The Order Of Apollyon, Antaeus (live), Aosoth (live), Hell Militia (live)...) à la guitare suite au départ d’Alastor en 2013.

Quelques petites nouveautés mais rien de bien significatif en terme de contenu puisqu’on ne peut pas dire que Temple Of Baal ait opéré un quelconque changement de cap, offrant toujours un savoureux et intense mélange de Black Metal, de Thrash et de Death Metal. Verses Of Fire étant au moment de sa sortie l’album du groupe le plus abouti, il y avait donc fort à parier que les parisiens enquilleraient logiquement sur le même modèle. Et force est de constater que rien n’a vraiment changé... Enfin presque car à y regarder de plus près, il semblerait que le groupe ait choisi de faire désormais l’impasse sur les titres les plus directs. Ainsi, pas de "Bloodangel" ou de "Golden Wings Of Azazel" puisqu’à l’exception de l’instrumental "Dictum Ignis" (1:31), aucun morceau de Mysterium ne descend sous la barre des six minutes et vingt-neuf secondes. Un choix qui s’explique in fine par le soin particulier apporté à une atmosphère toujours aussi religieuse mais encore un peu plus profonde, et cela sur la base de ces éléments caractérisant déjà son prédécesseur. Mysterium laisse ainsi éclater une ambiance de dévotion aussi saisissante que mystérieuse, donnant au titre de ce cinquième album tout son sens.

Rassurez-vous néanmoins car si Temple Of Baal ne propose pas ici de titres ultra incisifs expédiés en un peu plus de trois minutes, c’est davantage une question de forme plutôt qu’une question de fond. Car finalement, ces nouveaux morceaux sont tous plus ou moins construits sur le même schéma à savoir une alternance parfaitement équilibrée de séquences d’une rare vélocité et de passages bien plus mélodiques et/ou obscures. Temple Of Baal n’a donc aucunement levé le pied, il a simplement choisi d’allonger la durée de ses compositions pour développer encore davantage cette atmosphère de rituel à l’odeur de soufre. C’est alors avec le même plaisir non dissimulé que l’on pourra se délecter de ce Black/Death lumineux et épique dont j’ai arrêté de compter les nombreux moments de bravoure tant ils y en a sur ce disque. Car loin d’alléger son propos, les Parisiens font preuve une fois encore d’une force de frappe implacable, notamment grâce aux assauts d’un Skvm en très grande forme. Ses blasts fulgurants sont autant de poings dans le ventre qu’il faudra savoir encaisser durant ces cinquante-cinq minutes éprouvantes. Même punition du côté de Saroth et Amduscias dont les riffs noirs et pourtant éblouissants font vibrer ce feu intérieur qui habite la musique d’un Temple Of Baal au sommet de son art. Un art d’ailleurs sublimé par des leads et des solos tout simplement excellents. Ces derniers, que l’on retrouve sur presque chacun des huit titres, apportent une dimension épique aux compositions des Français tout en y insufflant, et c’est là la grande nouveauté de Mysterium, un vent mélodique chargé d’une certaine mélancolie ("Lord Of Knowledge And Death" à 06:01, "Magna Gloria Tua" à 08:18, "Divine Scythe" à 04:50, "Black Redeeming Flame" à 03:53...). Là où Verses Of Fire jouait avec l’intensité du feu durant plus d’une heure, Mysterium tente une approche légèrement plus subtile mais peut-être plus pernicieuse et cela grâce à ces ambiances plus délicates et sous-terraines (alors que son prédécesseur se voulait plus "grandiloquent" avec ces quelques voix claires prophétiques), à la manière d’une messe noire faites de rituels obscures.
Et finalement lorsque le groupe calme le jeu à l’occasion de breaks ou de passages plus en retenue, l’intensité ne s’en trouve pas amoindrie pour autant, laissant l’auditeur alors à bout de souffle toujours sous le coup d’une certaine tension avant de reprendre finalement la charge quelques secondes ou minutes plus tard. Certaines séquences se font cependant plus introspectives et témoignent, comme évoqué un tout petit peu plus haut, d’un réel désir de communion, dans une atmosphère évidement toujours aussi solennelle.

Quant à la production signée une fois encore de la main d’Andrew Guillotin, celle-ci ne souffre d’aucun défaut particulier. Puissante et massive, elle sait pourtant rester naturelle (on notera ainsi de belles nuances entre les attaques de riffs et les nombreux solos, une caisse claire claquante mais pas trop, etc). Un atout indéniable pour un groupe soucieux de rendre son propos le plus authentique possible. Pour ma part, je saluerai également le grain apporté sur la basse d’Arkdaemon qui, lors de ces quelques passages où son instrument prend le dessus, laisse alors ces lourdes vibrations graves et saturées nous retourner les tripes.

Apparaissant lors de mes premières écoutes comme un simple copier/coller de l’excellent Verses Of Fire, Mysterium s’est finalement rapidement imposé comme un album bien plus abouti et évolué que je ne le pensais. Contre toute attente, Temple Of Baal a réussi le pari de rester le même tout en offrant à ses auditeurs un disque sensiblement différent de son prédécesseur. Moins frontal et pourtant toujours très radical, Mysterium fait le pari de compositions encore un peu plus travaillées au relief bien plus prononcé. Un choix pour le moins convaincant tant cette nouvelle offrande transpire la passion, la sincérité et la dévotion par tous les pores de la peau. Noir, brutal et intense, ce cinquième album laisse pourtant apparaître un Temple Of Baal capable d’instaurer des atmosphères bien plus vaporeuses et inquiétantes que par le passée. Décidément, les groupes Français nous gâtent en cette fin d’année 2015.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
08/09/2016 14:47
Les solos c'est vraiment pas le point fort de ce disque. 'sais pas... 'les trouve décalé, ptêt trop "heavy" comme dit plus bas.

C'est bien dommage car sinon très bon album, mais que je n'écoute pas si souvent que ça, justement à cause de ce (gros) défaut.
tasserholf citer
tasserholf
02/10/2015 15:26
Un belle ambiance, des moments de gloire (la 3ème piste surtout), un peu trop de soli heaviesques pas forcément utiles hélas.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
30/09/2015 11:08
note: 8.5/10
Très grosse qualité en effet, meilleur que Verses Of Fire et Lightslaying Rituals à première vue. On approche - voire dépasse, pas encore assez de recul pour juger - le niveau du Split avec Ritualization.
AxGxB citer
AxGxB
29/09/2015 20:12
note: 8/10
Keyser a écrit : Une putain de claque pour moi qui n'avais jamais approfondi ce groupe!

Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé Clin d'oeil

@Gulo: Je te conseille vivement de retenter le précédent qui est vraiment tout aussi excellent.
Keyser citer
Keyser
29/09/2015 19:55
note: 8.5/10
Une putain de claque pour moi qui n'avais jamais approfondi ce groupe!
gulo gulo citer
gulo gulo
29/09/2015 17:23
note: 8/10
Tu me donnes envie de retenter le précédent, toi...
En tous cas celui là est assez ébouriffant, avec ces gros pavés pourtant ultra rentre-dedans, à mes yeux, et truffés pourtant partout de petites finesses inattendues - le batteur est en feu...
AxGxB citer
AxGxB
29/09/2015 14:12
note: 8/10
En écoute intégrale sur Soundcloud.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Temple Of Baal
Black / Death Metal
2015 - Agonia Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (9)  8.28/10
Webzines : (17)  7.91/10

plus d'infos sur
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Black / Death Metal - 1998 - France
  

tracklist
01.   Lord Of Knowledge And Death  (09:07)
02.   Magna Gloria Tua  (09:16)
03.   Divine Scythe  (07:17)
04.   Hosanna  (08:00)
05.   Dictum Ignis  (01:31)
06.   Black Redeeming Flame  (06:29)
07.   Holy Art Thou  (06:48)
08.   All In Your Name  (07:00)

Durée : 55:28

line up
parution
2 Octobre 2015

voir aussi
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Verses Of Fire

2013 - Agonia Records
  
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Traitors To Mankind

2005 - Oaken Shield
  
Temple Of Baal
Temple Of Baal
Lightslaying Rituals

2009 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Belphegor
Belphegor
Goatreich - Fleshcult

2005 - Napalm Records
  
King Of Asgard
King Of Asgard
...to North

2012 - Metal Blade Records
  
Zyklon
Zyklon
Disintegrate

2006 - Candlelight Records
  
Sarcasm
Sarcasm
Within The Sphere Of Ethereal Minds

2017 - Dark Descent Records
  
Suffering Hour
Suffering Hour
In Passing Ascension

2017 - Blood Harvest Records
  

Album de l'année
Surprise de l'année
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report