chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
83 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Horns Of Domination - Demo 2015

Chronique

Horns Of Domination Demo 2015 (Démo)
Groupe allemand originaire de Nuremberg, Horns Of Domination voit le jour sous l'impulsion de Sebastian Engelhardt, ancien batteur des excellents mais regrettés Excoriate. Enfin c'est ce que suggère les quelques messages sur les forums spécialisés évoquant l'existence de ce jeune trios oui comme ces initiales qui semblent coïncider, au moins sur ce poste de batteur tenu ici par un certain S.E....
De fait, le trio qui n'avait prévu qu'un premier pressage de 50 tapes s'est très vite retrouvé dépassé par le nombre de pre-order bien plus conséquent que ce qu'il avait imaginé en premier lieu. Une cassette sortie au mois d'août et sur laquelle on retrouve deux titres d'un Doomed Black Metal comme le qualifie lui-même Horns Of Domination. Pas très friand de ce format assez pénible, on saluera malgré tout le soin qui y a été apporté avec notamment un artwork sobre et efficace, une découpe régulière et un pliage des feuillets fait avec le compas dans l'œil. La cassette en elle même est d'une sobriété impeccable. Toute noire avec pour seule inscription un étrange logo (celui de l'artwork, avec ces deux triangles superposés) au marqueur argenté.

"No Beyond (For No One)" s'ouvre par un longue introduction de plus de deux minutes. Horns Of Domination y instaure très vite une atmosphère des plus sinistres avec, sur la base de samples certes convenus mais toujours aussi efficaces (vent, tonnerre, pluie, cloche), un riff froid et menaçant que le groupe va faire tourner en prenant soin de le développer au fur et à mesure que les secondes avancent. Puis très vite le rythme va s'accélérer afin de laisser place à quelque chose de beaucoup plus frontal. Horns Of Domination emprunte alors un chemin bien connu de ceux qui suivent de près la scène underground, celui d'un Black/Death aquatique et halluciné rappelant beaucoup celui des Suisses de Bölzer. Une ressemblance assez frappante, notamment sur les couplets où le riffing Black/Death se montre tout aussi lumineux et dissonant et la voix lointaine et possédée. A l'inverse, ce mimétisme tend à s'estomper lorsque ces fameux couplets laissent la place à des refrains ou à des breaks beaucoup moins marqués en terme d'identité. Si le refrain de "No Beyond (For No One)" se veut simple et ultra fédérateur, le break à 4:00, la longue séquence instrumentale qui en découle ainsi que le sample à 4:41 permet à Horns Of Domination de se détacher de cette affiliation probablement trop encombrante qui pèse d'emblée sur ses épaules.

Avec "Throne Of Ecstasy", le trio semble encore très proche de l'univers de Bölzer, notamment à travers ce riffing, cette voix et cette production toujours aussi caractéristique et facilement identifiable. Pour autant, la ressemblance est ici moins évidente. Peut-être parce que cette introduction marquée par ce sample rappelant le cinéma de science-fiction des années 80 joue sur une atmosphère plus froide et mécanique. De fait, malgré quelques réminiscences rappelant indiscutablement la formation helvète, ce deuxième morceau tend à s'en détacher sensiblement par le biais d'une approche plus personnelle et plus complexe. Le premier tiers de "Throne Of Ecstasy" est ainsi marqué par une séquence mid-tempo où Black Metal et Doom se mélangent dans une atmosphère particulièrement pesante. Le rythme s'accélère lorsque débute à 1:43 cette autre longue séquence instrumentale de plus de deux minutes. Bien que la voix soit absente de l'équation, l'ambiance et l'intensité qui s'en dégage transportent sans difficulté l'auditeur dans l'univers torturé et tortueux de Horns Of Domination. Une deuxième partie sublimée d'ailleurs par un court solo dissonant, presque Noise, plutôt étonnant. L'arrivée du chant aux alentours de 3:50 marque la conclusion de "Throne Of Ecstasy" sur fond de sonorités plus spatiales rappelant alors un autre groupe suisse bien connu, les excellents Darkspace.

Malgré des références évidentes, Horns Of Domination réussit à proposer un Black/Death relativement original et surtout très efficace dans son genre. Pour autant, ceux d'entre vous qui espéraient retrouver ce Black thrashisant à la Excoriate risquent bien d'être déçu tant la formule déployée par Horns Of Domination tend vers quelque chose de plus moderne et moins rétrograde. Quoi qu'il en soit, deux titres c'est toujours trop court. On espère alors que le trio allemand saura se montrer plus généreux lors de sa prochaine offrande. D'autant plus que derrière ces sonorités à la Bölzer semble se cacher un groupe très intéressant capable de developer des idées originales et des atmosphères assez saisissantes.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
24/09/2015 09:50
note: 3.5/5
En écoute intégrale sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Horns Of Domination
Black / Death Metal
2015 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Horns Of Domination
Horns Of Domination
Black / Death Metal - Allemagne
  

tracklist
01.   No Beyond (For No One)
02.   Throne Of Ecstasy

Durée : 12:48

line up
Essayez aussi
Knelt Rote
Knelt Rote
Trespass

2012 - Nuclear War Now! Productions
  
Unanimated
Unanimated
Ancient God Of Evil

1995 - No Fashion Records
  
Gravetemple
Gravetemple
Impassable Fears

2017 - Svart Records
  
Mörk Gryning
Mörk Gryning
Return Fire

1997 - No Fashion Records
  
Arkhon Infaustus
Arkhon Infaustus
Filth Catalyst

2003 - Osmose Productions
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report