chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
85 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dysylumn - Conceptarium

Chronique

Dysylumn Conceptarium
Formé en 2010 par Sébastien Besson (ex-Antropofago), Dysylumn va peu à peu prendre forme avec notamment l'aide de Robin Lefaure pour les compositions de batterie. Mais c'est surtout la venue d'Olivier Kaah derrière les fûts, fin 2010, qui va donner corps à cette formation et mettre un coup d'accélérateur. D'où la sortie 3 ans plus tard d'un EP éponyme comportant deux titres – ici remaniés – qui donnait un petit aperçu sur les aspirations du duo. Délivrant une musique très atmosphérique influencée à la fois par le black et le death avec quelques touches progressives, l'ensemble était malheureusement grévé par une production trop faible, ne rendant pas grâce aux compostions, un côté assez linéaire ainsi qu'un jeu de batterie pas assez carré. Néanmoins un certain potentiel se dégageait de ces morceaux et de l'ambiance créée par le duo. J'étais donc curieuse de voir leur évolution en écoutant Conceptarium – premier long format – toujours attirée par le visuel très spatial développé par le groupe, avec un artwork réalisé par Tankkore Kreation.


Et dès les premiers titres, l'étonnement fait place pour ne jamais véritablement s'estomper et même s'accroître au fil des minutes. En effet, Dysylumn délaisse quelque peu les sonorités black au profit du death ici, exit donc les vocaux arrachés ainsi que l'aspect « balade interstellaire » auquel vous avez habitué le groupe sur leur EP. L'ensemble se fait plus menaçant et écrasant, notamment sur la première partie de l'album. Le duo prend clairement des risques pour son premier long format avec un côté progressif plus présent ainsi qu'une grosse louchée de technicité. Impossible, à l'écoute de ces compositions, de ne pas penser à Augury et son Concealed – première réalisation avec vocaux féminins que j'ai pu apprécier. Il m'aura donc fallu un peu de temps avant de bien intégrer ce Conceptarium, grandement déconcertée par les sonorités délivrées. Cependant passée la surprise et une fois avoir bien digéré cette œuvre après quelques écoutes, des évidences se font. Les musiciens ont clairement augmenté leur niveau de jeu. Un fait particulièrement notable concernant le batteur Olivier Kaah qui maîtrise beaucoup mieux son instrument et durcit ses frappes. De même la production est cette fois-ci plus massive, vous soufflant d'entrée avec « Vide Spatial » avant de vous faire ployer sur « Cauchemar ».


Certes cela manque quelque peu de dynamisme mais Dysylumn semble vouloir créer des ambiances cauchemardesques et poisseuses digne d'un De Masticatione Mortuorum in Tumulis de Ævangelist. Des touches sombres et occultes viennent d'ailleurs se greffer aux atmosphères cosmiques créant une véritable claustrophobie spatiale. Car la sensation d’étouffement se fait grandement sentir du titre introductif jusqu'à « Esclave Céleste », la formation ne desserrant jamais l'étau et la voix de Sébastien parvenant en échos des tréfonds du cosmos (renvoyant à Paysage D'Hiver ou encore Darkspace). Les nombreux effets et réverbérations ne feront aussi qu'accentuer cette impression, donnant à l'ensemble un aspect puissant mais irréel durant toute la durée de l'album. Néanmoins le côté horrifique va se diluer au gré du temps, le groupe passant de compositions très opaques à d'autres plus variées et mélodiques. Un changement perceptible dès la paire « Conceptarium » qui, remaniée, s'offre une seconde jeunesse, faisant le pont ici entre mort programmée et renaissance miraculeuse. Que ce soit par des lignes de chant plus aériennes – « Conceptarium pt. II » –, des riffs plus lumineux, notamment sur la très belle « Réveil », mais aussi l'ambiance prenant un tour plus éthéré (« Voyage Astral »), le duo amorce une descente toute en finesse.


Dysylumn arrive à capter votre attention de bout en bout en dépit de quelques faiblesses notables telles que des lignes de guitares un peu redondantes (particulièrement dans la première partie de Conceptarium), un « Vide Spatial » peinant à démarrer ou encore une conclusion qui aurait mérité quelques coupes. En effet, la dualité du chant français/anglais, le jeu des deux musiciens montant d'un cran, l'évolution musicale aussi étonnante que risquée ou encore la très bonne construction de l'ensemble font que vous ne pouvez que saluer le travail de la formation. Un premier album des plus encourageants vous offrant un aller simple vers des espaces insondables et mystérieux où vous serez seul face à vos peurs ainsi que vos incertitudes. Une œuvre à la fois sinistre, effrayante et touchante qui invite à l'introspection.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
11/11/2015 09:57
Ah ! On est très loin du niveau technique de Mithras ou encore Nocturnus ! Après ce n'est pas forcément le même style aussi et les effets recherchés sont différents. Mais je comprends ton sentiment en tout cas.
Kedran citer
Kedran
10/11/2015 23:55
Sur le papier ça avait tout pour me plaire mais à l'écoute il ne c'est rien passé de particulier.
Pas mauvais loin de là, mais je sais pas trop. C'est l'espace quoi bordel ! Ou alors j'écoute trop MITHRAS en ce moment.

Il faut que je lui relaisse une chance.
Dysthymie citer
Dysthymie
10/11/2015 20:01
L'album est en écoute intégrale sur le bandcamp du groupe : https://dysylumn.bandcamp.com/, mais aussi sur le bandcamp de Solar Asceticists : https://solar-asceticists-productions.bandcamp.com/album/conceptarium.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dysylumn
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (8)  7.6/10

plus d'infos sur
Dysylumn
Dysylumn
Black/Death Progressif - 2010 - France
  

formats
  • CD, Digital / 2015 - Autoproduction
  • K7 / 2015 - Solar Asceticists Productions
  • CD / 2016 - Pest Productions

tracklist
I. Vide Spatial
II. Cauchemar
III. Esclave Céleste
IV. Conceptarium pt. I
V. Conceptarium pt. II
VI. Agonie
VII. Réveil
VIII. Voyage Astral
IX. Nébuleuse

Durée : 39 minutes

line up
parution
1 Septembre 2015

voir aussi
Dysylumn
Dysylumn
Chaos Primordial (EP)

2016 - Egregor Records
  

Essayez aussi
Obsidian Kingdom
Obsidian Kingdom
Mantiis

2012 - Autoproduction
  
In Vain
In Vain
Ænigma

2013 - Indie Recordings
  
Unmoored
Unmoored
Kingdoms Of Greed

2000 - Pulverised Records
  
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  
Martriden
Martriden
Encounter The Monolith

2010 - Autoproduction
  

Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique