chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
71 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Fluisteraars - Luwte

Chronique

Fluisteraars Luwte
Vous savez ce que je ferais si j’avais une baguette magique, une vraie, pas celle, énorme, qui est cachée dans mon slip ? Et bien je ferais en sorte qu’il y ait moins de groupes italiens et plus de groupes néerlandais à chroniquer ! Parce que j’ai beau être bluffé par certains de ces premiers, la qualité est encore plus évidente chez les seconds. Si les Pays-Bas ne sont pas le pays le plus connu pour le black, ce n’est pas pour une question de qualité, mais de quantité ! CIRITH GORGOR, DODECAHEDRON, SALACIOUS GODS, ZWARTPLAAG, INFINITY... des noms qui font plaisir aux oreilles ! Bon, je serais plus honnête en citant aussi des formations moins douées comme PESTIS ou ETERNAL CONSPIRACY, mais on les oubliera très vite en accueillant FLUISTERAARS, une très bonne surprise qui place son deuxième album très haut dans le ciel du black atmosphérique.

Si j’ai bien suivi, en néerlandais « Fluisteraars » signifie « les chuchoteurs », une traduction que seuls nos amis québécois devraient apprécier, eux qui traduisent tout avec un amour immodéré pour la langue française, changeant « Saw » en « Décadence », « podcast » en « baladodiffusion » et « Black metal » en « meutôl nouère »... Essayons donc plutôt de mémoriser le nom FLUISTERAARS qui sonne mieux que « Les chuchoteurs (fringants) ». Le trio a énormément de talent pour créer des titres accrocheurs, et ce même si chacun de ses quatre nouveaux morceaux est très proche l’un de l’autre. La formule y est simple mais efficace, alternant deux styles de passages. Les premiers sont déchainés, avec une batterie en roue libre, avec des guitares qui crachent violemment ses mélodies et avec des vocaux qui éructent sans faiblir. Ces parties m’ont beaucoup rappelé les excités de SVIKT, voire ceux de TAAKEFERD, deux groupes norvégiens qui aiment quand ça va vite mais qui n’oublient jamais les riffs mélodiques. Les deuxièmes sont des passages instrumentaux qui viennent aérer le reste et qui se trouvent dans la pure veine des grands albums atmosphériques (DRUDKH ?, oui un peu aussi). Ils ne changent pas totalement les ambiances car ils gardent de la noirceur. Nous sommes toujours dans le même enfer sombre, mais l'emplacement a juste changé. Nous nous situons là en hauteur, à une place moins hostile qui donne au paysage quelque chose de magnifique, de majestueux, et aussi de mystérieux.

Les 44 minutes de Luwte jouent sur ces alternances et passent très vite, même si deux morceaux font 13 et 15 minutes. aucune longueur ne se fait sentir, et les ambiances ne retombent jamais. Tout l’album est un régal et un seul défaut peut venir en tête hormis la ressemblance de chaque piste : les éléments proposés ont beau être très bien utilisés, ils sont déjà connus. C'est à dire qu'il manque un effet de surprise, une impression de nouveauté pour que nos chuchoteurs se fassent encore mieux entendre...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

chaussure citer
chaussure
31/12/2016 18:58
note: 9/10
idem, il tourne en boucle depuis la découverte de l'EP
je n'sais pas si c'est du black rural, mais quand t'écoutes "angstvrees", c'est champ boueux en pleine rave partie, la tete dans les enceintes, le cerveau décomposé aux extas
Nikolaaa citer
Nikolaaa
30/12/2016 14:54
note: 8.5/10
Et ben si on m'avait dit un jour que j'accrocherais au black metal, et à ce style en particulier... J'ai découvert le groupe avec le dernier 2 titres, qui m'a amené à Dromers, et celui ci au final.
Musicalement c'est franchement envoûtant, en gardant une bonne dynamique, je vais écouter les autres groupes que tu cites dans ta chronique du coup.
anto09 citer
anto09
17/12/2015 08:49
note: 9/10
Seulement un deuxième album ? plus que prometteur ....

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Fluisteraars
Black Metal Atmosphérique
2015 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (6)  8.5/10
Webzines : (6)  7.48/10

plus d'infos sur
Fluisteraars
Fluisteraars
Black Metal Atmosphérique - Pays-Bas
  

tracklist
01.   De laatste verademing
02.   Angstvrees
03.   Stille wateren
04.   Alles dat niets omvat

Durée : 44:10

line up
parution
25 Septembre 2015

voir aussi
Fluisteraars
Fluisteraars
Gelderland (EP)

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Essayez aussi
Summoning
Summoning
Stronghold

1999 - Napalm Records
  
Darkestrah
Darkestrah
Turan

2016 - Osmose Productions
  
Vallendusk
Vallendusk
Homeward Path

2015 - Northern Silence Productions
  
Csejthe
Csejthe
Réminiscence

2013 - Eisenwald Tonschmiede
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Nightwork

1998 - Avantgarde Music
  

Attic
Sanctimonious
Lire la chronique
Converge
The Dusk In Us
Lire la chronique
Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique