chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
60 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hooded Menace - Darkness Drips Forth

Chronique

Hooded Menace Darkness Drips Forth
Après une compilation indispensable (Gloom Immemorial) regroupant l’intégralité des titres d’Hooded Menace issus de splits aujourd’hui hors de prix, le groupe finlandais signe cette année son retour avec un quatrième album intitulé Darkness Drips Forth sorti fin octobre chez Relapse. A cette occasion, Hooded Menace a fait appel aux talents de l’illustrateur Justin Bartlett (Aura Noir, Dragged Into Sunlight, Trap Them, Tyrant...) avec lequel il avait d’ailleurs déjà collaboré, afin d’en réaliser l’artwork. Un travail toujours dans l’esprit des précédentes réalisations de la formation scandinave bien qu’il soit peut-être plus simple et épuré (peu de nuance ou de profondeur à l’inverse de celui de Effigies Of Evil par exemple).

A priori donc, rien de bien nouveau du côté des Finlandais à l’exception d’un petit détail qui a très vite attiré mon attention. En effet, en découvrant ce nouvel album j’ai tout de suite été interpellé par le nombre total de titres et leurs durées respectives. Là où les précédents albums d’Hooded Menace affichaient une moyenne de huit titres pour environ cinquante minutes, Darkness Drips Forth n’en compte que quatre pour un petit peu plus de quarante-deux minutes. On passe ainsi de morceaux durant en moyenne six minutes à des compositions flirtant aisément avec la dizaine de minutes. En temps normal, j’y aurai vu le signe évident d’un changement de cap, léger ou non. Dans le cas d’Hooded Menace, il me semblait naturel d’envisager cette "évolution" comme l’expression d’un besoin visant simplement à développer (encore davantage) ses atmosphères, ses histoires et ses compositions.

Car effectivement, une fois la lecture de Darkness Drips Forth lancée, vous vous apercevrez très vite que les Finlandais sont finalement bien loin d’avoir changé leur fusil d’épaule. On retrouve ainsi sans trop de surprise ce même Death/Doom rampant et poisseux qui a fait la "renommée" d’Hooded Menace jusqu’à aujourd’hui. Un Death/Doom toujours aussi massif, sublimé par un riffing mélodique apportant une grosse saveur automnale et mélancolique à cette atmosphère pourtant déjà chargée par un imaginaire pléthorique (sorcières, malédictions, mort, rites occultes, processions funéraires, cimetières...). Ainsi, malgré la relative lenteur à laquelle se déroulent les quatre titres de Darkness Drips Forth, jamais vous ne réussirez à trouver le temps long.
Et oui, car en dépit d’un growl abyssal offrant bien peu de variations et d’un rythme général plombé, Hooded Menace réussit à insuffler suffisamment de dynamique à ses compositions pour les rendre captivantes du début à la fin. Cela passe par un sens aiguisé de la mélodie. Des mélodies souvent tristes et gorgées de mélancolie qui insufflent au Death/Doom d’Hooded Menace quelque chose de puissant et d’épique absolument saisissant ("Blood For The Burning Oath / Dungeons Of The Disembodied" à 4:48 et 7:19, "Elysium Of Dripping Death" à 3:22 et 6:09, "Ashen With Solemn Decay" à 1:15 et 3:33, "Beyond Deserted Flesh" à 1:37 et 5:29). Mais ce n’est pas tout, il faut également compter sur une écriture riche et intelligente qui fait se succéder de manière cohérente une multitude d’idées alléchantes. De ces compositions à tiroir ressort ainsi une réelle dynamique s’opposant à cette idée de Death / Doom rampant et caverneux qui caractérise pourtant la musique des Finlandais. Les compositions d’Hooded Menace, en constante progression, gagnent de fait considérablement en groove et en énergie là où elles auraient très vite pu tomber à plat faute de moments marquants. Enfin, et ceci est donc naturellement lié, le groupe n’hésite pas à accélérer la cadence de temps à autre afin de rompre avec une certaine monotonie héritée de cette tradition Doom implacable pouvant être parfois handicapante.

Bref, rien n’a vraiment changé dans le camp des Finlandais si ce n’est qu’Hooded Menace a su parfaire sa recette afin de la rendre digeste sur des formats pourtant allongés de deux à trois minutes supplémentaires. Si cela ne constitue pas nécessairement un exploit, je me surprends tout de même à voir systématiquement le temps passer si vite lors de chacune de mes écoutes. Un signe qui ne trompe pas quant à la qualité intrinsèque de ce Darkness Drips Forth à la production impeccable. C’est également la preuve que Lasse Pyykkö et sa bande sont capables de créer une certaine surprise dans un style qui pourtant semble depuis longtemps bel et bien figé (et cela malgré la personnalité très forte d’Hooded Menace). Bien joué.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

9 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
06/12/2017 11:58
note: 8/10
Kedran a écrit : gulo gulo a écrit : Je suis le seul, à entendre du vieux Katatonia dans les mélodies, plus particulièrement celles du premier morceau ?

J'en sais rien mais si c'est le cas faut vraiment que je m'y mette à ce groupe.


Si c'est toujours pas fait, sache que le nouveau persiste, signe et contresigne.
AxGxB citer
AxGxB
15/12/2015 23:09
note: 8.5/10
Je ne suis pas un grand connaisseur de Katatonia mais cette mélancolie doit y être pour quelque chose dans cette comparaison.
Kedran citer
Kedran
15/12/2015 20:57
gulo gulo a écrit : Kedran a écrit : Ouai je note mais il faut que je me penche dessus de toute façon.

Et puis je sais pas pourquoi "Hooded Menace" j'ai toujours cru que c'était un groupe de HxC.


Si c'est une blague elle est excellente ; sinon tu confonds avec Hoods ?


Non non, pas de confusion ^^
gulo gulo citer
gulo gulo
15/12/2015 20:01
note: 8/10
Kedran a écrit : Ouai je note mais il faut que je me penche dessus de toute façon.

Et puis je sais pas pourquoi "Hooded Menace" j'ai toujours cru que c'était un groupe de HxC.


Si c'est une blague elle est excellente ; sinon tu confonds avec Hoods ?
Worthless citer
Worthless
15/12/2015 19:59
note: 9/10
Je te rejoins totalement sur cette impression de voir le temps passer vite à l'écoute de l'album. On ne s'ennuie jamais, le riffing et les mélodies y sont à nouveau énormes.
Kedran citer
Kedran
15/12/2015 19:29
Ouai je note mais il faut que je me penche dessus de toute façon.

Et puis je sais pas pourquoi "Hooded Menace" j'ai toujours cru que c'était un groupe de HxC.
gulo gulo citer
gulo gulo
15/12/2015 19:22
note: 8/10
Kedran a écrit : gulo gulo a écrit : Je suis le seul, à entendre du vieux Katatonia dans les mélodies, plus particulièrement celles du premier morceau ?

J'en sais rien mais si c'est le cas faut vraiment que je m'y mette à ce groupe.


Sur cet album seul, hein.
Kedran citer
Kedran
15/12/2015 19:18
gulo gulo a écrit : Je suis le seul, à entendre du vieux Katatonia dans les mélodies, plus particulièrement celles du premier morceau ?

J'en sais rien mais si c'est le cas faut vraiment que je m'y mette à ce groupe.
gulo gulo citer
gulo gulo
15/12/2015 18:35
note: 8/10
Je suis le seul, à entendre du vieux Katatonia dans les mélodies, plus particulièrement celles du premier morceau ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hooded Menace
Death / Doom
2015 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (16)  7.9/10

plus d'infos sur
Hooded Menace
Hooded Menace
Death / Doom - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Blood For The Burning Oath / Dungeons Of The Disembodied  (11:21)
02.   Elysium Of Dripping Death  (11:33)
03.   Ashen With Solemn Decay  (09:47)
04.   Beyond Deserted Flesh  (10:06)

Durée : 42:47

line up
parution
30 Octobre 2015

voir aussi
Hooded Menace
Hooded Menace
Never Cross The Dead

2010 - Profound Lore Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Labyrinth Of Carrion Breeze (EP)

2014 - Doomentia Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Fulfill The Curse

2008 - Razorback Recordings
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Effigies Of Evil

2012 - Relapse Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Gloom Immemorial (Compil.)

2014 - Doomentia Records
  

Essayez aussi
Mar de Grises
Mar de Grises
Draining The Waterheart

2008 - Firebox Records
  
My Dying Bride
My Dying Bride
Turn Loose The Swans

1993 - Peaceville Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Asphyx
Asphyx
Embrace The Death

1996 - Century Media
  
Disbelief
Disbelief
Navigator

2007 - Massacre Records
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique