chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Himinbjorg - Wyrd

Chronique

Himinbjorg Wyrd
5 ans. C’est la période qu’il avait fallu attendre entre Europa et Chants d’hier, Chants de guerre, Chants de la Terre. C’est celle qu’il aura aussi fallu pour découvrir Wyrd.

Et pour être franc avec vous, je l’attendais au tournant. Je n’avais pas apprécié la direction empruntée par le précédent, que j’avais chroniqué à l’époque pour nos camarades de Postchrist, et cela avait fait bondir Zahaah, le leader de la formation française. J’avais pourtant pris les gants nécessaires et pesé mes mots, bien expliqué ce qui ne me plaisait pas, et précisais aussi que le tableau n’était pas complètement noir. Voici un peu ce que je concluais à l’époque :

« HIMINBJORG a développé un concept fort. On sent que les artistes vivent ce qu'ils racontent. Ils sont sincères, mais l’auditeur qui ne partage pas les mêmes convictions trouvera l'ambiance parodique ou clichesque. Il aura plus l’impression d’écouter des messages de propagande opposés à la mondialisation ou une tentative de faire revivre une "âme celte" en musique plutôt qu’un album de pagan / celtique black metal. Beaucoup resteront de marbre face à ce résultat. De rares, qui parviendront à plonger dans leurs discours, pourraient se laisser envahir par la musique, originale et avec une réelle identité. Il faudra donc mettre de côté les préjugés. »

Et encore maintenant, j’ai l’impression d’écouter un album qui mise trop sur le concept, au détriment des compositions. Il y avait tout de même trois titres qui me parlaient plus, car avec plus d’éléments black, et donc plus proches des albums précédents : « Convictions », « Songes de l’Elfe » et « Destin de sang ». Le reste n’était pas pour moi et j’en faisais part en tant que véritable fan. J’écoutais le groupe depuis longtemps et il me semblait plus honnête de donner ma véritable opinion en tant que tel plutôt que de brouter bêtement l’herbe qui m’était tendue. J’espère donc que mon interlocuteur de l’époque a digéré ma position. Il devrait apprécier un peu plus celle d’aujourd’hui vu que je vais être plus élogieux.

Mais avant tout, un petit coup d’œil sur le line-up. Zahaah a repris contact avec Kahos. Le batteur faisait partie du groupe pour l’excellent Golden Age (2003) et Europa (2005). Il remplace ainsi John qui n’aura pas fait long feu... Les autres musiciens ne sont que des invités. Il s’agit d’amateurs d’instruments traditionnels. Le premier est Christophe Morvan, cornemuseur connu pour avoir été membre de SOLDAT LOUIS ! Les gens de ma génération doivent se souvenir de « Du rhume des femmes » :



Baptiste Labenne est quant à lui joueur de boha. Il officie dans le groupe BOISSON DIVINE, dont voilà un petit extrait avec un titre de 2013 :



C’est bon, vous avez tenté d’écouter ces deux groupes ? Eh bien j’ai une bonne nouvelle, le résultat sur ce Wyrd n’a rien à voir ! Ouf, personnellement j’ai eu peur avec ce genre d’invités que HIMINBJORG se soit encore plus enfoncé dans la forêt des mélodies magiques, du Futhark hallucinogène, des ambiances trop spé pour ma santé mentale. D’autant plus que l’introduction de moins de deux minutes aussi fait peur avec son biniou, ses bruits de petite rivière traversant la paisible forêt et surtout le retour des incantations déclamées en français : « J’en appelle à l’esprit de mes pères. J’en appelle à l’esprit de l’eau et j’en appelle à l’esprit de la terre ! Waaaah, waaaah, waaaah ». Ça s’annonçait mal et j’étais loin d’imaginer la mandale qui allait arriver : un retour aux origines, dans les grandes lignes tout du moins.

Les deux premiers titres font tout de suite très mal. « The Sword of Dignity » et « The World of Men Without Virtue - The Circle of Disillusion » signent le retour sont du pur old-HIMINBJORG. Pour ceux qui ne connaissent pas, ils peuvent avoir une légère idée en imaginant le croisement entre BELENOS et KAMPFAR... On revient à de la force, à de la puissance, à des vocaux majoritairement graves et sans fautes de goût... à un résultat black épique. On en prend plein dans les esgourdes. Rien que pour ces deux titres, je vais allumer un cierge en l’honneur de Saint Zahaah ! Cette rage qui manquait tant sur les Chants blah blah blah, elle reste cette fois-ci tangible sur tout l’album mais à des degrés divers, s’habillant parfois de folk / pagan / celtique. Ainsi, les cornemuses s’invitent et jouent les héroïnes sur « The Circle of Warriors » et « Initiation ». Mises en avant, elles ne s’éternisent pas non plus et sont encore entourées d’un esprit guerrier qui confère des atmosphères sombres idéales. Elles se laissent par contre un peu trop aller sur l’intermède de 3 minutes « Another Shore », un instrumental dispensable qui aurait mieux eu sa place en toute fin, comme outro.

Par contre le groupe n’a pas tenu à maintenir un rythme endiablé tout du long et « The Shamanic Whisper » et « The Eternal Light » font plus dans la douceur. Ils empruntent quelques pistes musicales différentes, plus planantes. Je regrette que sur ces pistes la sagesse ne se transforme pas en hargne, ne serait-ce qu’un court moment. C’est ce qui me fait perdre un peu d’attention à la fin de l’album.

A noter enfin que sur l’ensemble de l’album des chœurs qui accompagnent bien les grognements. Ils sont redevenus sont toujours présents, mais ce sont redevenus les vocaux légèrement clairs et mis en fond comme on les appréciait autrefois.

Finalement Wyrd est bien plus plaisant que son prédécesseur. Il prouve que le groupe en a encore sous le pied. Il retrouve ses meilleurs éléments mais baisse un peu trop le rythme sur son dernier quart d’heure pour atteindre pleinement le niveau de ses aînés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
04/12/2015 09:19
note: 7.5/10
Streker a écrit :
Tu as pu écouter le In cauda venenum ? Tu comptes le chroniquer?

J'avais zappé ta question !
Je l'ai réécouté ce matin cet album, et je ne suis pas sûr de le chroniquer en fait. Je le trouve long en fait, normal vu qu'il n'y a que 2 titres de près de 20 minutes, mais c'est un exercice avec lequel j'ai souvent du mal !
je vais réfléchir encore du coup.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
20/11/2015 15:41
note: 7.5/10
Ah mais attention, les 6 premiers titres sont vraiment très bons, je regrette juste que les 3 derniers soient plus calmes et desservent l'ambiance.
7.5/10, la note est correcte.

Mais vu que les premiers albums valent plus, je ne pouvais pas monter trop pour la logique.
Streker citer
Streker
14/11/2015 18:11
Je le reçois bientôt mais la chro m'a refroidi. Pourtant les autres sites l'ont très bien noté. On verra bien. Toute façon peut pas être pire que le dernier...
Tu as pu écouter le In cauda venenum ? Tu comptes le chroniquer?
Sakrifiss citer
Sakrifiss
13/11/2015 16:32
note: 7.5/10
L'album est déjà sorti sur un autre label. Osmose le sortira en décembre !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Himinbjorg
Black Pagan
2015 - Osmose Productions
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  5.75/10
Webzines : (16)  8.12/10

plus d'infos sur
Himinbjorg
Himinbjorg
Black Pagan - 1996 - France
  

écoutez
tracklist
01.   Intro - Call to the Being
02.   The Sword of Dignity
03.   The World of Men Without Virtue - The Circle of Disillusion
04.   The Circle of Warriors
05.   Initiation
06.   The Mirror of Suffering - The Circle of Ghosts
07.   The Shamanic Whisper
08.   Another Shore
09.   The Eternal Light

Durée : 48:01

line up
parution
18 Décembre 2015

voir aussi
Himinbjorg
Himinbjorg
Europa

2005 - Adipocere Records
  

Essayez aussi
Kampfar
Kampfar
Kvass

2006 - Napalm Records
  
Zgard
Zgard
Contemplation

2014 - Svarga Music
  
Zgard
Zgard
Spirit of Carpathian Sunset
(Дух Кар&...

2012 - Darker Than Black
  
Enslaved
Enslaved
Ruun

2006 - Tabu Recordings
  
Árstíðir lífsins
Árstíðir lífsins
Aldafǫðr ok munka dróttinn

2014 - Ván Records
  

Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique