chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

S.V.E.S.T. - Urfaust

Chronique

S.V.E.S.T. Urfaust
Alors que je parlais il y a quelques jours du (relativement) lumineux « Le Diable Est Ma Raison », voici donc le deuxième versant nettement plus sombre de S.V.E.S.T., duo français émérite et méconnu. Première chose, « Urfaust » est sold-out absolument partout alors n'espérez pas trop vous le procurer par des moyens légaux, à moins d'avoir quarante euros minimum à placer dans un disque ou d'attendre une hypothétique ré-édition (messieurs de chez NoEvDia / End All Life, s'il vous plaît...). Il est assez amusant de constater la différence textuelle de ces deux sorties, entre un « Veritas Diaboli Manet In Aeternum » résolument orienté vers une beauté absolue en forme de pureté spirituelle palpable et cet unique full-lenght qui se focalise sur une noirceur totale, dépourvue d'une once de positivisme. Et si le groupe ouvre son dernier EP sur « Et La Lumière Fut », « Urfaust » s'ouvre quant-à-lui sur une « Putréfiance Rédemptrice », soit un concept qui en dit long sur le climat poisseux qui sera développé ici.

On se retrouve donc encore une fois nez à nez avec une production à mi-chemin entre Les Légions Noires, « A Blaze In The Northern Sky » et un fuzz très sincèrement dégueulasse doublé d'une voix saturée probablement enregistrée sur radiocassette Fisher Price. Et vous voulez que je vous dise : on en rien à secouer puisque cette qualité sonore qu'il est presque injuste de qualifier de « qualité », n'empêche pas ce disque de rester un des – si ce n'est LE – meilleurs du True Black. Une créativité immense, une émotion à son paroxysme et un classique qui reste cependant encore trop méconnu du public Black Metal (il n'y a qu'à comparer le nombre de chroniques du Split portant sur la face Deathspell Omega avec celles portant sur la partie de S.V.E.S.T.). Je le conçois. Et même, d'une certaine manière, je l'admets : la formation peut sembler par instants ridicule, noyée dans une masse de sorties typiquement Raw Black au son moisi mais quiconque à déjà un tant soit peu posé une oreille attentive sur les trois titres gargantuesques proposés ici se rendra bien vite compte de l'évidence.

Peu de groupes de Black Metal ont une recherche musicale aussi poussée que celle que propose Darkkarma, unique compositeur du combo (rappelons que Spica s'occupe du chant). Écoutez ces riffs descendants sur « Nuit De Walpurgis » ou encore cette tonalité de basse titanesque sur « Putréfiance Rédemptrice ». Chaque passage, chaque bribe de riff ou même chaque petit break fait mouche grâce à un travail de composition sur les guitares exemplaire. Dieu sait que peu de musiciens arrivent à captiver l'attention de l'auditeur sur un format oscillant entre dix et vingt minutes par morceau, le tout saucé par un rendu sonore complètement à l'antithèse du bon goût léché des productions actuelles et incontestablement « Urfaust » y arrive avec une facilité déconcertante. Et malgré mes propos précédents sur le son de cet opus, je tiens tout de même à préciser quelque chose. J'ai vu un commentaire sur Last.fm il y a quelques temps à ce sujet qui disait : « Urfaust is a really weird, "big", sounding BM album ». En effet, cette affirmation est on-ne-peut-plus-juste : malgré son enregistrement des plus nuls techniquement parlant, on retrouve mystérieusement une espèce de toute puissance musicale. Pour être clair, cet album sonne du feu de Dieu. En partie grâce au Fuzz évoqué ci-dessus qui confère à la basse et aux guitares une résonance de cave mettant à genoux l'auditeur, une rondeur étouffante donnant cette impression que le groupe joue live, juste devant notre nez avec pour seule balance les potards de l'ampli poussés à fond.

Croyez-moi, il est bien difficile de résister longtemps aux trois monstrueux morceaux que propose cette galette. Cependant, je n'ai aucun doute sur le fait que S.V.E.S.T rebutera certains d'entre vous, pour son aspect volontairement sans concessions, jusqu'au-boutiste dans sa pratique de l'art noir. On ne peut pas dire que cet album dense propose des instants de repos ou des « pauses bienvenues » : si vous vous engagez dans « Urfaust », soyez bien sûr que vous n'en sortirez pas indemnes et que la formation vous malmènera pendant ces quarante minutes de pur occultisme. « Urfaust » est un poil masochiste, il faut bien l'avouer, et plonger dans ses trois compositions, c'est accepter une difficulté d'accès et une puissance dévastatrice parfois si grande qu'elle en devient déstabilisante. Cependant, dès la première écoute, le groupe sait disposer à sa guise de passages mémorables qui restent en tête et permettent à l'auditeur de se créer un déclic qui donne immédiatement l'envie de remettre le disque dans la chaîne. On remarquera au bout de quelques temps toutes les subtilités du style S.V.E.S.T, notamment sur les lignes de basse qui s'offrent le luxe d'être très travaillées, incorporant des influences psychédéliques palpables (le passages vers dix minutes sur le premier titre et son lot de guitares tournoyantes en bonus) avec une technique de jeu proche de la « basse chantante », emplie de groove. Comme vous vous en doutez déjà, « Urfaust » est un classique que tout fan de Black Metal se doit d'avoir écouté au moins fois et je peux vous assurer que vous n'êtes pas prêt de vous en remettre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

10 COMMENTAIRE(S)

Sagamore citer
Sagamore
08/08/2017 11:00
Du coup, ça a été repressé par NoEvDia récemment :
http://www.noevdia.com/product-tag/urfaust/
Batu citer
Batu
03/06/2016 02:07
Aussi sombre que la matière noire qui orne l'univers, mais il faut vraiment être d'humeur macabre pour se l'enfiler. Réservé à une certaine élite, sans aucun doute... Divinement satanique.
Sangarn citer
Sangarn
08/12/2015 01:09
C'est complètement énorme, dire que j'étais passé a coté, merci.
Dysthymie citer
Dysthymie
26/11/2015 12:35
note: 9/10
Vu que la compilation ' "Coagula (L'Ether du Diable)" - a été rééditée cette année, en vinyle(en édition limitée), j'ai toujours un peu d'espoir concernant l'album.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
26/11/2015 12:25
note: 9/10
Ouais, mais c'est quand même pas super logique cette élite du petit tirage pour SVEST, parce "Le Diable Est Ma Raison" a quand même été tiré à un nombre d’exemplaires conséquent étant donné qu'il est toujours dispo partout, tout le temps même quasi 8 ans après sa sortie.

Enfin en tout cas, j'espère que quelqu'un pensera à le ressortir ouais, comme tu dis, c'est pas un gros risque financier.
gulo gulo citer
gulo gulo
26/11/2015 12:22
note: 9/10
Ben clairement, y a moyen de faire un tirage épuisé dès les pré-commandes je pense, sans la moindre minuscule prise de risque, et ça m'espante que depuis le temps un label manager n'y ait pas pensé...
D'où ma supposition que le problème doit être de l'ordre de la dissolution de l'élite dans le partage.
FleshOvSatan citer
FleshOvSatan
26/11/2015 10:58
note: 9/10
Droits, ça m'étonnerais franchement. Spica de SVEST est quand même en guest sur "Paracletus", et Hasjarl étant Mr NoEvDia, ça ne devrait pas poser problème de s'entendre...

Mais au pire, carrément un petit 250ex sur CD, juste pour les braves comme nous quoi.
gulo gulo citer
gulo gulo
25/11/2015 18:39
note: 9/10
Y a un problème de droits ? d'ego ? d'intégrité philosophique ?
J'arrive pas à piger comment un disque, certes pas cité partout mais tout de même solidement culte, n'est pas réédité, même à un petit tirage élitiste...
tasserholf citer
tasserholf
25/11/2015 17:03
OUI ! Cette première piste tellement psychédélique !
gulo gulo citer
gulo gulo
25/11/2015 16:12
note: 9/10
RÉÉDITION, MAINTENANT !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
S.V.E.S.T.
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (5)  9/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
S.V.E.S.T.
S.V.E.S.T.
Black Metal - 1997 - France
  

tracklist
01.   Putréfiance Rédemptrice  (18:02)
02.   Nuit de Walpurgis  (09:42)
03.   Epitaphe  (13:50)

Durée : 41.34 min.

line up
Essayez aussi
Arizmenda
Arizmenda
Stillbirth in the Temple of Venus

2014 - Crepusculo Negro
  
Sargeist
Sargeist
Let The Devil In

2010 - Moribund Records
  
Orthanc
Orthanc
L'Amorce du Déclin

2011 - Hass Weg Productions
  
Enthroned
Enthroned
Tetra Karcist

2007 - Napalm Records
  
Conspiracy
Conspiracy
Concordat

2009 - Pulverised Records
  

Dismal
遺·白
Lire la chronique
Krolok
Flying Above Ancient Ruins
Lire la chronique
Përl
Luminance (EP)
Lire la chronique
Endless Chaos
Paths To Contentment
Lire la chronique
French black metal : la relève
Lire le podcast
R.I.P.
Street Reaper
Lire la chronique
Fugazi
13 Songs (Compil.)
Lire la chronique
Midnight
Sweet Death And Ecstasy
Lire la chronique
Meyhnach
Non Omnis Moriar
Lire la chronique
Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report